“C’est absurde de continuer à bâtir de la sorte”

“C’est absurde de continuer à bâtir de la sorte”

Durant les prochains mois, dans le cadre de ‘Carehome of the future’, Livios apportera une attention régulière à l’habitation évolutive. Nous entamons cette série avec l’interview de Mieke Broeders, directrice de l’asbl Enter. Enter est le centre d’expertise flamand pour l’accessibilité, un sens très large étant donné à ce mot.

Qu’est-ce qu’une habitation évolutive ?

Mieke Broeders de l’asbl Enter. « Les valeurs fondamentales de l’habitation évolutive sont la souplesse et l’adaptabilité. »

Photo: Enter vzw

L’habitation évolutive est une question de réflexion à long terme. Lors de sa conception, tenez à l’esprit ce que votre vie sera dans le futur.

Une douche de plain-pied est moderne et accessible. Il n’y a aucune dénivellation entre la douche et le sol.

Photo: Hüppe Belgium

Une maison optimale est à la fois flexible et adaptable. De la sorte, vous pourrez, par exemple, y installer facilement un ascenseur personnel.

Photo: Thyssen Krupp Encasa

Essayez de minimiser au maximum les dénivellations. Cette porte-fenêtre est intégrée au niveau du sol.

Photo: Sapa Building System SA

Les larges portes ne sont pas seulement faciles pour les personnes en chaise roulante, mais aussi pour les poussettes d’enfants ou pour rentrer ses courses à l’intérieur.

« Une habitation évolutive fait référence à tous les aspects de l’accessibilité. Elle est envisagée en fonction de l’évolution des besoins des résidents de celle-ci. Les exigences que vous allez établir pour votre maison vont, en effet, varier au fil des ans. Les enfants d’un jeune couple voleront un jour de leurs propres ailes, modifiant à tout le moins la façon d’habiter son logement. Afin de vous adapter à ces changements, il est important d’avoir une maison flexible et adaptable. »

Flexible et adaptable

« L’idée de base est que le cœur de la maison, sa structure, est conçu pour être une habitation fonctionnelle et flexible, qui pourra très facilement être transformée dans le futur. Pensez, par exemple, à éviter les dénivellations, à prévoir de larges portes et/ou des escaliers faciles à aborder. Ou que, plus tard, vous pourrez organiser différemment les espaces de vie et leur donner une autre destination. »

Pourquoi serais-je concerné ?

« L’habitation évolutive concerne tout le monde. C’est quand même étrange que de devoir déménager parce que, après 20 ans, votre maison n’est plus à votre taille. Tout le monde ne souhaite-t-il pas vivre le plus longtemps possible dans sa propre maison ? C’est une idée fausse que de croire que cette rubrique ne concernerait que les personnes âgées ou handicapées. Tout le monde vieillit. Nous aurons tous, un jour, des cheveux blancs. N’est-ce pas ridicule de continuer à construire des maisons comme si tout le monde allait rester éternellement jeune et en forme ? »

Planifier l’avenir dès maintenant

« Si vous pensez construire ou rénover, réfléchissez aux frais engendrés aujourd’hui, car ils détermineront le coût global d’une éventuelle transformation future. Si vous avez une approche intelligente aujourd’hui, vous ferez de substantielles économies plus tard. C’est donc intéressant, même pour les personnes qui ont une vision purement économique des choses. Si vous souhaitez, plus tard, revendre votre maison, il est quand même plus intéressant de pouvoir toucher un plus large public cible. »

Qu’est-ce que cela signifie pour les plans de construction ?

« Rien de drastique. Pour une nouvelle construction, c’est clairement une question de conception, de réfléchir à comment apporter des solutions durables dans le temps sans augmenter le coût. On n’aborde pas la construction d’une maison évolutive autrement que celle d’une maison normale. Il faut juste intégrer les ajustements nécessaires de façon subtile. En ce qui concerne la rénovation, c’est bien évidemment une autre histoire. Là, vous devrez de toute façon faire face à des frais. »

Le rôle de l’architecte ?

« En tant que candidat bâtisseur, vous devez savoir ce que vous voulez. Je pense néanmoins que l’architecte doit avoir ici un rôle de guide. La thématique n’est pas encore assez abordée lors de la formation, mais les mentalités sont en train de changer. Toutefois, de nombreux architectes ont encore quelques écueils à surmonter. Chez certains, cette approche serait une entrave à leur liberté et ils nourrissent le préjugé selon lequel les personnes vivant au même endroit toute leur vie ne représentent qu’une faible partie de la population. L’idée selon laquelle une habitation fonctionnelle, adaptable et flexible pourrait aussi être jolie n’a pas encore atteint tous les esprits. »

Une conception faite de défis supplémentaires

« C’est un défi supplémentaire pour l’architecte d’intégrer subtilement cette notion d’accessibilité dans son projet. Cela demande une sérieuse dose de créativité. Et ce, d’autant plus que, à l’heure actuelle, les terrains à bâtir et les maisons rétrécissent. Mais un nombre restreint de mètres carrés disponibles et l’habitation évolutive ne sont pas incompatibles. Vous n’avez pas besoin d’espace supplémentaire, mais plus d’un ajustement du concept. »

Vers un label ?

« Je ne suis pas en faveur de lois régissant les constructions évolutives. Nous devrions plutôt aller vers un label qui permettrait aux acheteurs et aux locataires de déterminer à quelle catégorie appartiennent tel ou tel appartement, telle ou telle maison. Ils sauront ainsi où ils se situent. Aujourd’hui, on galvaude des termes comme ‘durabilité’ et ‘adaptabilité à vie’. »

Une vision politique à court terme

« C’est une erreur de ne donner des primes que pour la transformation d’une maison. Pourquoi ne pas récompenser les personnes qui adoptent le concept de construction évolutive dans leur projet ? La sphère politique n’est pas assez consciente que c’est maintenant qu’il faut investir. Nous devons oser penser à l’avenir. Sinon, noter patrimoine immobilier ne pourra s’adapter au vieillissement. En Norvège, par exemple, les candidats constructeurs sont récompensés par des prêts à taux réduits. »

Logement social

« Le logement social doit également être amélioré. Près de chez moi, un nouveau lotissement avec des habitations sociales a été établi. La porte d’entrée est si étroite que la plupart des gens l’ont déjà fait changer. Les nouveaux logements sociaux devraient en tout cas veiller à être accessibles. Jusqu’ici, l’attention sur l’accessibilité n’a jamais concerné que des habitations destinées à des personnes âgées ou atteintes d’un handicap. Les politiques flamands chargés du logement doivent urgemment se pencher sur les questions d’habitation évolutive et d’accessibilité. »

Auteur: Stijn Vandevoordt

Tous les articles sur rénover

Toutes les infos sur rénover se trouvent ici

Maisons à voir

Livingwood

  • Nouvelle construction
  • Rustique/Classique
  • Ossature bois
Découvrez la maison

Maisons Blavier SA

  • Nouvelle construction
  • Moderne/Contemporaine
  • Traditionnelle
Découvrez la maison
Découvrez toutes les maisons