Choisir et stocker son bois de chauffage

Choisir et stocker son bois de chauffage

Un poêle au bois constitue une source de chaleur agréable. Il faut néanmoins savoir quelles essences de bois utiliser et comment les stocker, car ces deux aspects déterminent en effet un fonctionnement optimal et sain du poêle ou feu ouvert.

Fournitures :
  • Bois
  • Blocs d’allumage
  • Poêle au bois ou feu ouvert
  • Allumettes

Étape 1 : choisir le bois

  • Le type de bois que vous utilisez a un impact considérable sur la qualité de la combustion et la production de chaleur du foyer. Nous distinguons :

Bois dur et bois tendre

Photo: Livios
  • En ce qui concerne l’émission calorifique, il y a peu de différence entre le bois dur (hêtre, chêne, meranti, …) et le bois tendre (bouleau, aulne, tilleul,…). Mais la plupart des gens préfèrent le bois dur pour les belles flammes et la longue durée de combustion.
  • Le bois tendre brûle plus vite et votre poêle ou feu devra donc être alimenté plus souvent. Par ailleurs, ce dernier est moins cher.
  • Si vous possédez un poêle à accumulation qu’il ne faut alimenter en bois que pendant quelques heures pour profiter toute la journée d’une agréable chaleur, le bois tendre vaut tout aussi bien que le bois dur.
  • Si vous avez un poêle ordinaire, que vous devez alimenter en permanence, le bois dur est plus pratique.

Résineux et feuillu

  • Dans un poêle, vous pouvez brûler du bois d’arbres feuillus comme résineux. S’il s’agit d’un feu ouvert, le bois de feuillu a la préférence, pour des raisons de sécurité.
  • Lorsqu’il se consume, le résineux crépite et pète, à cause de l’accumulation plus importante de gaz dans le bois. De plus, des morceaux de bois peuvent éclater hors du feu, ce qui peut conduire à des situations dangereuses si vous avez un feu ouvert.
  • Attention aussi avec le bois résineux saturé en résine. Ce type de bois entraîne un dépôt de suie dans la cheminée et produit des étincelles lors de la combustion.
  • Le bois de feuillu libère plus rapidement les gaz de bois, de telle sorte qu’il crépite moins.
  • Pour un feu ouvert, vous avez intérêt à brûler du bois qui se consume sagement, comme le hêtre ou le bois d’arbres fruitiers.
  • Le bois résineux brûle moins longtemps que le feuillu, bien que le saule et le peuplier se consument aussi relativement vite.

Chaude ou belle combustion

  • Si vous préférez une chaleur de rayonnement élevée, le hêtre, le frêne, l’acacia et le bois d’arbres fruitiers sont conseillés. Parmi les bois que l’on trouve chez nous, le bois de charme est celui qui possède le plus grand pouvoir calorifique et donc aussi, la meilleure transmission de chaleur.
  • Si vous attachez plus d’importance au spectacle que produisent les flammes qu’à la chaleur proprement dite, vous devez brûler du frêne ou du chêne. Ces essences de bois produisent de belles flammes changeantes et crépitent davantage.

Longue ou courte durée de combustion

  • Comme nous l’avons dit plus haut, le bois dur se consume moins vite que le bois tendre et le résineux brûle moins longtemps que le feuillu. Ci-dessous, vous trouverez un aperçu des essences de bois présentes chez nous qui brûlent le plus et le moins longtemps.
    • - Pommier (se consume le plus longtemps)
    • Haie de hêtre
    • Hêtre
    • Poirier
    • Chêne
    • Bouleau
    • Frêne
    • Noyer
    • Platane
    • Erable
    • Aulne
    • Saule
    • Pin sylvestre
    • Peuplier - Sapin (se consume le moins longtemps)

Comme pour les autres déchets comme le papier, le carton ou le plastique, il est déconseillé de brûler du bois traité (provenant par exemple de déchets de démolition) car celui-ci libère des substances nocives qui sont mauvaises pour la santé et l’environnement. De plus, l’assurance risque de se rétracter en cas d’incendie s’il s’avère que vous avez brûlé du bois traité.
Les panneaux d’aggloméré, de carton compact, de multiplex, ainsi que le bois lasuré, imprégné, peint ou traité d’une autre manière ne peuvent donc pas être mis dans un poêle. Le bois humide est également à proscrire. Le bois humide provoque une combustion incomplète et libère des substances nocives. De plus, le bois humide dégage moins de chaleur car une partie de la chaleur est utilisée pour faire évaporer l’humidité.

Briquettes, bûchettes et pellets

Photo: Livios
  • Au lieu de fendre ou d’acheter votre bois, vous pouvez aussi brûler des briquettes ou bûchettes qui existent en diverses versions.
    • Bûchettes de bois densifié (à la paraffine) : celles-ci sont constituées d’un mélange de sciure et de paraffine. Elles offrent une belle combustion. Elles sont faciles à allumer et se consument longtemps.
    • Briquettes de lignite : ces briquettes de lignite comprimé brûlent vite et longtemps, mais elles sont mauvaises pour l’environnement car elles libèrent entre autres du dioxyde d’azote, de la suie et de fines particules.
    • Briquettes de bois : fibres et copeaux de bois comprimés. Lente combustion et écologiques.
    • Les pellets de bois : granulés de déchets de bois comprimés. Pour pouvoir brûler ces pellets, vous devez posséder un poêle spécial.

Étape 2 : stocker le bois

Photo: Livios
  • Si vous êtes allé chercher votre bois vous-même, entreposez-le dans un endroit sec et aéré, comme une grange ou un débordement de toiture contre un mur.
  • Pour favoriser la ventilation, vous pouvez laisser quelques aérations dans le tas de bois.
  • Du bois fraîchement coupé doit sécher au moins pendant deux ans. Ensuite, déplacez-le dans un endroit mieux protégé, totalement à l’abri de la pluie. Posez-le de préférence sur des palettes, de telle sorte que l’air circule au bas du tas de bois et que l’humidité du sol ne pénètre pas dans le bois.
  • Le bois que vous achetez doit également être stocké directement à un endroit sec et protégé de la pluie. Nous vous conseillons donc d’acheter votre bois de chauffage en été…

Étape 3 : brûler le bois

Photo: Livios
  • Pour allumer votre feu, utilisez des petits morceaux de bois et des blocs d’allumage.
  • Lorsque le feu a pris, posez des plus gros morceaux sur le feu, sans exagérer afin de ne pas étouffer le feu.
  • Si la fumée qui se dégage est pratiquement invisible, cela signifie que la combustion est optimale.
  • Si nécessaire, rajoutez du bois en quantité raisonnable et avec précaution.
Difficulté:

Tous les articles sur poêles et foyers

Toutes les infos sur poêles et foyers se trouvent ici