Souder

 

Souder est une technique qui permet d’assembler des métaux. Pour souder, vous avez besoin d’un flux à souder, d’un fer, d’une lampe à souder ou d’un chalumeau, et de métal d’apport (fil ou baguette). Ce métal est un alliage ou un mélange constitué essentiellement de plomb et d’étain. Il existe divers mélanges, en fonction de l’application.
Attention : tous les métaux ne se prêtent pas au soudage. L’aluminium (à moins d’ajouter un liquide) et les métaux chromés ne se soudent pas.

Le liquide à souder risque d’éclabousser, si bien que vous devez toujours porter des lunettes de protection pour vos yeux, ainsi que des gants de travail.

Fournitures :Outillage :
  • Flux à souder
  • Fil d’apport à souder
  • Nettoyant pour fer à souder
  • Papier abrasif
  • Lunettes de protection
  • Gants de travail
  • Fer à souder
  • Lampe à souder

Étape 1 : nettoyer la surface à souder

  • Pour une bonne adhérence, il est important que la surface à souder soit bien propre. Eliminez peinture, graisse, oxydation, etc.
  • Poncez les pièces à assembler et enlevez les éventuelles ébavures.
  • Utilisez un liquide ou une pâte à souder pour éliminer les oxydes. Ce produit permet de nettoyer le point de contact des deux pièces pendant le soudage et fait en sorte que le métal fondu forme un beau cordon qui adhère bien.
  • Il existe un flux à souder adapté à chaque métal. Pour l’acier inoxydable, par exemple, il faut un produit relativement agressif pour éliminer le voile d’oxydation, tandis que pour le cuivre, ce type de flux est trop fort. Par sécurité, n’utilisez jamais un flux trop puissant, car il risque d’endommager le métal (corrosion).
  • Les flux à souder sont disponibles sous forme de pâte ou sous forme liquide. Ce produit est parfois déjà incorporé, sous forme résineuse, dans le fil d’apport (fil à âme décapante). Une âme décapante ne suffit généralement que pour des petits assemblages d’étain ou de cuivre propre par pointage. Pour des assemblages plus importants, utilisez toujours un flux liquide.

Lors du soudage des conduites d’eau potable, il est important d’utiliser un produit de soudure sans plomb !

Étape 2 : brasage fort ou brasage tendre ?

  • Il existe une différence entre le brasage fort et le brasage tendre. La différence entre les deux tient à la température de fusion de l’assemblage et la fonction du matériau à souder.

Brasage tendre

  • La température peut atteindre 450 degrés.
  • Utilisé pour les conduites d’eau, les installations de chauffage et les câbles électriques.
  • L’alliage d’apport est constitué d’étain et selon l’application, il est complété de cuivre et parfois d’argent.
  • Le soudage est surtout réalisé au fer à souder ou à la lampe.

Brasage fort

  • La température peut atteindre 700 degrés.
  • Pour des assemblages qui doivent résister à des contraintes importantes, comme des machines ou pièces de vélo.
  • L’alliage d’apport est constitué de zinc, d’argent et de cuivre.
  • Egalement utilisé pour des assemblages qui, d’un point de vue fonctionnel, risquent de chauffer jusqu’à 175 degrés et plus. Songez aux axes des moteurs.
  • Utilisez de la poudre de brasage fort comme flux et un métal d’apport en argent.
  • Le soudage se fait au chalumeau.

Étape 3 : souder

  • Pour chaque application, il existe un fil d’apport distinct. Demandez conseil en magasin.
  • Pour atteindre les points de fusion tant pour le brasage fort que pour le brasage tendre, chauffer la pièce uniformément.

Tendre

  • Lorsque le métal d’apport commence à fondre, maintenez-le sur le joint de l’assemblage.
  • Enlevez le fer à souder uniquement lorsque le cordon est parfaitement étanche.
  • Laissez refroidir. N’utilisez pas d’eau pour accélérer le refroidissement, cela risque d’endommager l’assemblage.
  • Nettoyez enfin les embouts ou pistolets à souder. Frottez avec un linge humide, mais n’utilisez ni lime, ni papier abrasif, ni produits chimiques.

Fort

  • La température est encore plus importante lors du brasage fort. Réglez donc correctement votre chalumeau.
  • Chauffez les deux pièces à assembler.
  • Le fer et l’acier doivent rougir avant de pouvoir être soudés. Le cuivre convient en cas de couleur rouge foncé.
  • Continuez à chauffer l’assemblage lorsque vous appliquez le métal d’apport, mais dirigez la flamme sur les pièces à assembler plutôt que sur le produit à souder.
  • Laissez refroidir et éliminez l’excédent de métal d’apport.