Bois

Le bois est un matériau naturel, ce qui signifie qu'il a besoin de davantage d'entretien en comparaison avec l'aluminium ou le PVC.

Photo: Weldimo

Optez de préférence pour des espèces de bois dures et résistantes, d’autant que la différence de prix que vous payerez pour les espèces de bois de qualité supérieure ne représente qu’une petite partie du budget consacré à la menuiserie extérieure.

Durabilité

La durabilité de l’essence de bois est capitale. Classifiée selon des catégories allant de I à V. La catégorie I, la meilleure, correspond concrètement à une résistance de plus de 25 ans. Selon l’usage, un traitement est recommandé dans les catégories II et III. Les essences de bois des catégories IV et V ne conviennent pas en menuiserie extérieure.

Photo: Camba
  • Afzélia (durabilité I) : est plus cher, mais plus résistant que le meranti et subit moins de retrait et de dilatation. En outre, il est insensible aux champignons et autres vermines.

  • Moabi (I): bois africain très durable avec duramen dur. De teinte rose à rose brunâtre. Essence de bois stable, mais sont usinage n'est pas aisé.

  • Afrormosia (I à II): ce duramen brun doré est très durable et provient d'Afrique. Ce bois se laisse bien usiner. Peu de risque de fissure ou déformation. Résiste bien aux acides et autres substances chimiques.

  • Chêne (II à III) : peu utilisé. Variété chère qui nécessite beaucoup d’entretien. En fonction de l’orientation, l’entretien sera effectué une fois par an ou tous les 2 à 5 ans pour éviter l’apparition de lignes noires dans le bois. Présente une couleur claire, ce qui est rare comparé aux autres essences de bois.

  • Merbau (II) : plus cher que le meranti, mais plus durable. Peut parfois 'suinter' (des taches apparaissent après la pluie parce le matériau est lessivé), mais ce n’est pas grave car ces taches se rincent à l’eau.

  • Meranti (II à IV) : Il existe d’innombrables sortes de meranti, mais seules quelques-unes sont utilisées en menuiserie extérieure. Le meranti dark red est le plus connu d’entre eux.
    Il est cependant souvent difficile voire impossible de faire la distinction entre les différentes sortes. Faites attention à la masse ‘volumique’ du bois (minimum 500 kg/m³). Bon marché.

  • Sipo (II à III) : sipo est une espèce de bois qui a connu une forte progression ces dernières années. Un peu plus cher que le meranti mais se situe entre le meranti et l’afzélia du point de vue de la qualité.
    Le problème avec le bois c’est qu’il est impossible de dire, en tant que profane, de quelle essence il s’agit. Il est donc très important que vous puissiez vous fier à votre menuisier.

  • Douglas (III) : douglas est une essence de bois indigène de durabilité identique à celle du meranti, mais qui est meilleur marché. Ce bois a une couleur jaune brunâtre et un beau motif. Assurez-vous que le menuisier vous offre une garantie contre l’exsudation de résine.

  • Mélèze (III) : mélèze est également une essence de bois indigène de durabilité identique à celle du douglas. Des points de vue prix et aspect, le mélèze est également comparable au douglas. Moins facile à trouver. Existe aussi des profilés de mélèze lamellés-collés qui présentent une plus grande stabilité.

Avantages

  • Aspect et sensation naturels et chaleureux.
  • Produit naturel.
  • Prix: entre pvc et aluminium
  • Moins sensible aux fluctuations de température.
  • Plus souple, davantage de formes sont possibles.
  • Peut toujours être repeint.
  • Les rayures peuvent être enlevées.

Inconvénients

  • Requiert beaucoup d’entretien.
  • Produit naturel et donc, risque accru 'd’imperfections' (petites veines, trous d’insectes).
  • Le profane ne pourra pas voir de quelle espèce de bois il s’agit et peut donc être trompé s’il demande conseil à un détaillant ou un installateur peu scrupuleux. En outre, il existe encore différentes classifications dans les espèces de bois (par exemple, le dark red meranti est bon, le light red ou le white meranti ne sont pas adéquats).
  • Le profane ne peut pas se rendre compte si le bois a subi un bon traitement de conservation parfois, le maître de l’ouvrage effectue lui-même le traitement du bois, mais la qualité de ce traitement peut laisser à désirer. Vérifiez sur l'emballage si les produits que vous utilisez bénéficient d'une autorisation du Ministère de la Santé publique (indiquée par un numéro à 4 chiffres, suivi de la lettre majuscule B) et s'ils sont homologués par l'Association belge de protection du bois (ABPB). Enfin, vous pouvez également vérifier si le produit bénéficie d'un agrément UBAtc.
  • Il est chaudement recommandé de pouvoir se fier au menuisier.
  • La masse volumique est importante, mais le profane n’a qu’une connaissance limitée de la question.
  • Les produits de préservation n’ont-ils pas été appliqués au détriment de l’aspect physique ?
  • Le bois fourni peut différer du bois commandé (tous les arbres sont uniques).