livios logo

Premiers secours pour les amateurs de vert sans jardin

La verdure... nous en raffolons, et plus il y en a, mieux c’est. Le manque de nature est une des principales raisons pour lesquelles les gens ne veulent pas habiter en ville. Mais les moyens de réaliser ses envies de verdure, même sans jardin, ne manquent pas. 

Mur végétal

La façon la plus simple et la meilleur marché d’habiller votre façade de vert consiste à placer une plante grimpante. Certaines espèces, comme le lierre, la vigne ou l’hortensia grimpant, sont si résistantes qu’elles n’ont pas besoin de tuteur. Un mur suffit pour qu’elles se fraient un chemin jusqu’à quinze mètres de hauteur. 

Photo GGGreen
  

Photo GGGreen
  

« Il ne peut rien se passer »

« Les gens ont tendance à penser que les plantes grimpantes abîment le mur, mais tant que
votre mur est sec et que les joints sont en bon état, il ne peut rien se passer », affirme Pieter Goossens, collaborateur de projet au Proefcentrum voor Sierteelt (PCS) à  Destelbergen. 

Embellir le paysage urbain

Bon nombre de villes et communes accordent des primes pour l’aménagement d’un « jardinet de façade », qui consiste à retirer un pavé du trottoir pour faire pousser une plante grimpante. Rien d’étonnant, car vous contribuez ainsi à embellir le paysage urbain. Attention : avant de commencer à casser le trottoir, vous devez d’abord demander une autorisation auprès de votre administration communale ou municipale.

Photo GGGreen
  

Photo GGGreen
  

Des années de patience

Une façade verte avec enracinement dans le sol est certes bon marché, mais elle requiert une bonne dose de patience. « Les plantes grimpantes n’atteignent la hauteur souhaitée qu’après plusieurs années », explique Pieter Goossens. Dès que la façade est entièrement recouverte de verdure, vous devez rapidement maîtriser la plante. Car en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, le lierre se glissera sous votre toiture ou s’invitera chez vos voisins.

Entretien

Tenez donc compte du fait que vous devrez monter vous-même sur l’échelle pour le taillage annuel ou bien faire appel à un professionnel du jardin. Mais les fabricants ont entre-temps trouvé des solutions pour freiner cette croissance débridée. Pieter Goossens : « Au PCS, nous testons un limiteur de croissance automatique pour plantes grimpantes. L’entreprise belge GG Green distribue un système avec un cadre en aluminium sous tension électrique qui contient automatiquement les jeunes pousses de lierre ou de vigne. » D’après le site web de l’entreprise, vous pouvez installer le « stop lierre » vous-même.

Photo Getty Images
  

Photo Getty Images
  

Offrez un bon départ à votre plante grimpante
Une plante grimpante a besoin de s’enraciner et est dès lors sensible à la sécheresse au départ. Plantez-la donc au printemps ou en début d’automne plutôt qu’au coeur de l’été. Les plantes achetées en racines nues se repiquent idéalement en hiver.

Jardin vertical

Si vous avez un budget plus important, vous avez tout intérêt à opter pour un véritable jardin vertical comprenant différentes fleurs et plantes. Un tel système de façade verte sans enracinement dans le sol est plus onéreux, mais offre aussi une solution à celui ou celle qui habite au deuxième ou troisième étage d’un immeuble d’appartements. Vous ne devez au demeurant pas forcément recouvrir directement toute la façade de végétation ; vous pouvez très bien vous limiter à une partie de mur dans un premier temps.

Photo www.gevelgroen.be
  

Photo www.gevelgroen.be
  

40 à 80 kilos par m2

D’après Pieter Goossens, il n’y a aucun risque d’infiltration d’eau ou d’accumulation d’humidité dans le mur. « Une bâche imperméable ou un petit vide d’air est généralement prévu pour éviter que de l’humidité ne s’infiltre dans le mur. » Attention : vous avez besoin d’un local technique pour installer la pompe de l’arroseur automatique. Il s’agit de constructions relativement lourdes avec des charges de 40 à 80 kilos par mètre carré.  Assurez-vous que votre façade est bien adaptée à un tel système.

A partir de 250 euros

« Nous voyons de plus en plus d’exemples de systèmes de mur vivant en ville », déclare Pieter Goossens. « Pour l’instant, ces systèmes intéressent surtout les entreprises, car le prix effraie beaucoup de particuliers. Comptez en moyenne 400 à 600 euros du mètre carré. Au coût unique de l’achat, il faut ajouter les frais récurrents pour l’entretien des plantes.

Photo Getty Images
  

Photo www.groengevel.be
  

Prêtes à l'emploi

Il existe aussi des alternatives meilleur marché. Plusieurs entreprises proposent des systèmes avec arrosage simplifié, ce qui fait baisser le coût pour l’arrosage et la commande. Ces solutions prêtes à l’emploi sont disponibles à partir de 250 à 300 euros par mètre carré. Il existe également des modules que l’on peut installer soi-même. » 

Photo Muurtuin
  

Photo Muurtuin
  

 

https://www.livios.be/fr/info-construction/amenagements-exterieurs/amenagement-et-entretien-du-jardin/conception-de-jardins/premiers-secours-pour-les-amateurs-de-vert-sans-jardin/