livios logo

Infiltration d'eau de pluie : un jeu d'enfant avec les blocs de rétention

A l'approche de l'automne, la quantité d'eau pluviale à absorber sur de courtes périodes va augmenter. Avec l'augmentation des surfaces bâties et pavées ou asphaltées, l'eau de pluie a de plus en plus de mal à s'infiltrer dans le sol. Conséquence ? D'une part, le sol se dessèche, d'autre part, les égouts ne sont pas capables d'absorber rapidement toute cette quantité d'eau qui s'écoule des surfaces dures. La solution ? Stocker l'eau de pluie et l'infiltrer dans votre propre jardin.

Construction d'une véranda

Les blocs sont composés de laine de roche absorbante et affichent une capacité de rétention de 94 %. Cela signifie que chaque bloc peut stocker plus de 110 litres d'eau de pluie.

Photo ACO Garden
  

Le nombre de blocs nécessaires dépend de la perméabilité de votre sol et de la surface dure que vous raccordez au système.

Photo ACO Garden
  

La plupart des communes proposent heureusement des primes pour la réutilisation de l'eau de pluie. A Holsbeek, la famille Vervloessem-Barzeele a pu compter sur une intervention de 250 €.

Photo ACO Garden
  

La conduite de passage du premier bloc d'infiltration est raccordée à la conduite d'amenée. Vous pouvez y intégrer une chambre de visite, afin de prévenir l'introduction de feuilles et saletés dans les blocs.

Photo ACO Garden
  

La famille Vervloessem–Barzeele d'Holsbeek souhaitait construire une véranda avec une toiture d'une surface de 32 m², à l'arrière de leur maison existante. Seulement, à cet endroit, il n'y avait aucun raccordement ni à une citerne d'eau de pluie ni à l'égout. La solution qui consistait à tirer des conduites jusqu'à la rue à l'avant de la parcelle a rapidement été écartée. Non seulement, elle aurait impliqué pas mal de travaux de démolition, mais il était également très compliqué techniquement de prévoir la pente nécessaire à l'écoulement de l'eau dans les tuyaux. Ce qui aurait eu pour conséquence d'alourdir allègrement la facture.

Capacité de rétention 94 %

Les blocs d'infiltration d'ACO se sont avérés la meilleure alternative pour leur projet. “Un tel bloc fait 100 cm de longueur, sur 20 cm de largeur et 60 cm de hauteur et comporte une conduite de passage”, rapporte market manager Raphaël Van Overstraeten. Ils sont composés de laine de roche absorbante et affichent une capacité de rétention de 94 %. Cela signifie que chaque bloc peut stocker plus de 110 litres d'eau de pluie. Eau qui va ensuite s'infiltrer lentement dans le sol.”

Installation simple

Pour placer les blocs dans le sol, une tranchée de 125 cm de profondeur et 30 cm de largeur a été creusée avec une petite excavatrice. “Vous pouvez économiser ces frais en creusant vous-même cette tranchée à la bêche. Les blocs ont ensuite été posés et raccordés entre eux via la conduite de passage.” Le nombre de blocs nécessaires dépend, selon Van Overstraeten, de la perméabilité de votre sol et de la surface dure que vous raccordez au système.

Pratique pour les petits jardins

Ces blocs sont modulaires et compacts. “Pratique pour les jardins qui sont de plus en plus petits aujourd'hui. Vous pouvez aussi prévoir plusieurs lignes, notamment au niveau du trop-plein de votre citerne d'eau de pluie qui récolte l'eau du toit en vue d'être réutilisée. Pour cette famille, nous avions prévu une vingtaine de blocs. Nous avons dès le départ tenu compte de la quantité d'eau provenant des caniveaux de la terrasse qui devaient être placés plus tard.”

Tests de sol

A la base, il convient d'analyser la perméabilité du sol, car il se peut que votre sous-sol ne se prête pas à l'installation d'un système d'infiltration. Comment le savoir ? Nous prévoyons un test de sol, mais une société de sondage de sol délivre des attestations de sol officielles, sans la moindre surprise par la suite.”

Chambre de visite

La conduite de passage du premier bloc d'infiltration est raccordée à la conduite d'amenée. Vous pouvez y intégrer une chambre de visite, afin de prévenir l'introduction de feuilles et saletés dans les blocs et de permettre un inspection du système. Pour le dernier bloc, il existe plusieurs possibilités. Vous pouvez raccorder la conduite de passage dans un trop-plein vers l'égout ou comme à Holsbeek, dans un boîtier de ventilation dissimulé entre les plantes et qui fait aussi office de trop-plein de secours.

“Jamais totalement fermé”

Si vous prévoyez un trop-plein sur la chambre de visite, vous pouvez terminer la ligne au moyen d'un bouchon. “Nous recommandons de ne jamais fermer complètement le système d'infiltration, à moins que des tests démontrent une résistance du sous-sol suffisante”, conseille Van Overstraeten. “Mais un test de sol effectué en mars ou en juin n'offre pas toujours les garanties suffisantes, en octobre, l'eau contenue dans le sol sera capable d'absorber totalement ou partiellement la capacité de rétention. Vous devez en tenir compte lorsque vous placez un système d'infiltration.”

Côté prix

Le prix indicatif pour un bloc d'infiltration est de 60 €, TVAC. “Pour cette famille, cette solution s'est avérée moins chère que les travaux de démolition et la pose de nouvelles conduites d'évacuation. La plupart des communes proposent heureusement des primes pour la réutilisation de l'eau de pluie. A Holsbeek, la famille Vervloessem-Barzeele a pu compter sur une intervention de 250 €.” 

-------------------

Aidez d’autres bâtisseurs et rénovateurs en partageant cet article

https://www.livios.be/fr/info-construction/amenagements-exterieurs/terrasse-et-allee/placement/37788/infiltration-deau-de-pluie-un-jeu-denfant-avec-les-blocs-de-retention/