Le logement anti-squat : les avantages et inconvénients

Vous cherchez un logement temporaire bon marché ? Vous avez l’âme d’un aventurier ? Peut-être bien que le logement « anti-squat » est fait pour vous. Pour une modique somme, vous louez une habitation unique et souvent spacieuse pour une courte période, offrant à son propriétaire la garantie que son immeuble ne sera pas envahi par des squatteurs. L’idée vous séduit ? Découvrez ici les avantages et inconvénients du logement « anti-squat » et qui sait, vous occuperez bientôt un hall industriel, un immeuble de bureaux ou un château.

Avantages

Bon marché

Le principal avantage pour vous locataire ? Avec un logement « anti-squat », vous vous en sortez à bon prix : pour environ 200 euros par mois, vous pouvez déjà louer un logement et ce, souvent charges incluses. De plus, il s’agit rarement d’un vulgaire studio : dans la plupart des cas, vous disposez même de beaucoup d’espace. Vous pouvez aussi, de la même manière, louer un espace de bureau ou un atelier pour un prix identique.

Emplacements uniques

Autre atout du logement « anti-squat » ? Vous vous retrouvez dans les habitations les plus hétéroclites et uniques. Dans anciennes usines ou immeubles de bureaux aux maisons de maître, écoles et même châteaux : dans des endroits auxquels vous n’auriez même pas pensé. Vous vivrez peut-être bientôt, en déboursant 200 euros par mois, dans un cloître désaffecté ou un ancien musée. De plus les immeubles disponibles sont souvent très spacieux : vous pouvez même y emménager avec un groupe d’amis.

Délai de préavis réduit

Le logement « anti-squat » est loin de ce que vous imaginez ou vous avez trouvé une résidence plus agréable ? Pas de problème : le concept de location « anti-squat » est flexible. En tant que locataire, vous pouvez toujours mettre fin au contrat avec une période de préavis de deux à trois semaines. Ainsi, vous n’êtes pas chevillé à un immeuble qui ne vous plaît pas et vous ne risquez pas de laisser passer des belles opportunités.

Pas de dégradation

Vous êtes propriétaire d’une habitation inoccupée ? Dans ce cas aussi vous avez intérêt à proposer votre bien sur le marché de la location « anti-squat » : vous ne devez alors plus payer la taxe sur les immeubles inoccupés. De plus, vous évitez aussi la détérioration de votre bien et réduisez le risque de vandalisme, d’effraction et d’autres nuisances. Et évidemment, les squatteurs ne viennent pas s’y installer. Vous faites non seulement en sorte que la valeur vénale de votre bien soit préservée, mais lorsque celui-ci est vide, vous y gagnez.

Inconvénients

Peu de sécurité

Les contrats relatifs au logement « anti-squat » sont mensuels, avec délai de préavis de quelque trois semaines. Au niveau de la flexibilité, il s’agit naturellement d'un avantage. Mais c’est à double tranchant : le propriétaire peut mettre fin au contrat aux mêmes conditions. Il y a donc un risque réel que vous deviez chercher un autre logement à court terme. Mais il est vraisemblable que l’agence immobilière qui vous a loué le bien ait une solution alternative à vous proposer.

Conseil : Vous voulez davantage de garanties ? La location provisoire est peut-être une solution pour vous. Vous payez certes plus pour un logement « anti-squat », mais les contrats couvrent des périodes de trois mois à environ un an. De plus, vous avez droit à un plus long délai de préavis.

Offre limitée

L'offre de logements « anti-squat » n’est malheureusement pas aussi large que sur le marché locatif classique. Vous avez donc moins de choix au niveau de l’emplacement et du type de bâtiment. Avec un peu de chance, vous pourrez cependant trouver une habitation unique avec une situation idéale. Mais il faut parfois aussi se contenter d’un logement qui ne vous plaît que moyennement ou qui est moins bien situé.

(Parfois) moins de confort

Le confort est essentiel pour vous ? En fonction du type de bâtiment et de l’emplacement du logement « anti-squat », celui-ci peut manquer des équipements habituels. Comme l’absence d’alimentation en eau et en électricité ou des appareils ménagers défectueux ou un système de chauffage défaillant. Et dans une habitation qui est inoccupée depuis quelques années, les équipements risquent aussi de ne plus être du dernier cri. De plus, impossible de réaliser de grands travaux de transformation dans un logement « anti-squat » : le bien reste la propriété de son propriétaire.

Moins de vie privée

Vous êtes particulièrement attaché au respect de votre vie privée ? Dans un logement « anti-squat », les contrôles imprévus sont autorisés. Le propriétaire et l’agence immobilière ont ce droit. Ils peuvent en effet vérifier que vous entretenez bien l’immeuble et que vous n’y apportez pas de modifications importantes.

Tomwood

Tomwood
  • Nouvelle construction
  • Moderne/Contemporaine
  • Ossature bois
Découvrez la maison

Thomas & Piron Home

Thomas & Piron Home
  • Nouvelle construction
  • Rustique/Classique
  • Traditionnelle
Découvrez la maison