L'architecte se joue de la différence de niveau entre l'habitation et le jardin en pente à Liège

Cette ancienne maison à Liège jouit d'une implantation spéciale à flanc de colline. Le propriétaire tenait à optimiser la relation entre les espaces de logement et le jardin très pentu. L'architecte Patrick Deboutez a réussi le pari au travers d'un jeu d'escaliers et de passerelles.

Il s'agit d'un condensé du récit paru dans Bien bâtir à bon budget 3, une nouvelle édition de Lannoo-At Home Publishers contenant 50 habitations originales et abordables récentes sorties de l'imagination d'architectes belges.

Les propriétaires d'une habitation trois façades située dans une zone verte de la ville, à proximité du centre de Liège, voulaient pour leur rénovation optimiser la relation entre l’intérieur de la maison et le jardin en forte pente. 

Partant de ce souhait, Patrick Deboutez a proposé d’étirer verticalement le volume de l’ancienne cuisine située à l’arrière du bâtiment permettant l’implantation d’une nouvelle fonction – une pièce faisant office de bureau – en connexion directe avec le jardin. La nouvelle construction est articulée au reste de l’habitation par un jeu dynamique d’escaliers et de passerelles.

Dans la partie existante, l’architecte a supprimé l’ensemble des murs de séparation afin de dilater l’espace et a ‘intimisé’ les différentes fonctions en travaillant sur des hauteurs sous plafond variables.

Quelles étaient les caractéristiques de la maison à rénover ?

« L’implantation de la maison est particulière : elle est intercalée entre une voie ferroviaire – qu’elle surplombe – et une colline verdoyante – à laquelle elle s’adosse. L’habitation concernée est mitoyenne sur un seul côté, exposant de la sorte un pignon totalement aveugle. »

« Inscrite en zone verte sur le plan de secteur, la maison offre de sa façade principale, une vue dégagée sur la ville de Liège. A l’instar des habitats voisins sur lesquels elle s’aligne et avec lesquels elle forme un ensemble bâti cohérent, la maison est desservie par une passerelle et une ruelle piétonnes communes, de même que par une volée d’escaliers qui lui sont propres – une restriction majeure à souligner ici est donc l’inaccessibilité du site en voiture. »

Quels étaient les souhaits du maître de l'ouvrage ?

« Le maître d’ouvrage a épinglé d’emblée trois intentions : d’abord créer une communication plus aisée du premier étage avec le jardin, particulièrement pentu ; repenser les vues sur l’extérieur et l’environnement proche ; et enfin améliorer l’apport de lumière naturelle dans les espaces de vie. »

Des trois, quel était, selon vous, le défi le plus difficile à relever ?

« Le développement d’une articulation agréable des espaces de vie avec le jardin situé à l’arrière de la maison. Toute la difficulté de cette articulation reposait sur l’importante différence de niveaux. Autrement dit, si l’objectif crucial était d’ouvrir l’habitat sur le jardin, il convenait de repenser la volumétrie du bâti existant et les accès aux différents niveaux. »

Quelles sont les interventions qui ont permis de relever ce défi ?

« Elles se concentrent dans l’espace ‘annexe’. D’abord, l’articulation d’un nouvel escalier qui distribue la partie neuve de la maison tout en prolongeant la cage d’escalier d’origine. Ensuite, l’ajout d’une mezzanine qui permet le lien, la transition progressive entre les différents niveaux – mezzanine dont la toiture végétale prolonge telle une coulée verte le jardin auquel elle donne accès. Enfin, côté jardin, de grandes baies vitrées, constituées de châssis pliants et coulissants, estompent la limite entre l’intérieur et l’extérieur du logement. »

Le choix d'une finition bois s'est-il imposé de facto ?

« L’utilisation du bois est prédominante dans mon intervention. Le choix de ce matériau est motivé par un souci d’intégration dans le site. Il contribue en effet à une atmosphère sobre et discrète de l'annexe contemporaine. J’ai également voulu travailler "léger" – vu la contrainte d’acheminement des matériaux (passerelle et ruelle piétonnes, escaliers à l’entrée et dans la maison). »

La nouvelle partie apporte également toute la lumière nécessaire dans la maison.

« Positionnées à divers endroits stratégiques du bâti, des ouvertures calibrées diffusent généreusement la lumière dans l’habitation. Cet apport donne réellement forme à l’espace et est accompagné d’un éclairage artificiel en partie intégré dans l’architecture, qui permet aux habitants de profiter de cette atmosphère unique également le soir. »

Fiche technique de cette rénovation 

- Année de rénovation : 2016
- Méthode de construction : construction en ossature bois
- Type d'habitation : trois façades
- Superficie de la parcelle : 770 m²
- Surface habitable : 105 m²
- Matériaux enveloppe extérieure : toiture verte extensive, bardage bois brûlé
- Menuiserie extérieure : châssis bois afzelia (huilé)
- Budget de la rénovation : 108.000 euros (matériaux, TVA, honoraires compris et hors achat de l'habitation)

Lisez l'entièreté du reportage dans Bien bâtir à bon budget 3, une nouvelle édition de Lannoo-At Home Publishers avec 50 habitations originales et abordables récentes sorties de l'imagination d'architectes belges.

Constructions Dewaele

Constructions Dewaele
  • Nouvelle construction
  • Moderne/Contemporaine
  • Ossature bois
Découvrez la maison

Sibomat NV

Sibomat NV
  • Nouvelle construction
  • Rustique/Classique
  • Ossature bois
Découvrez la maison

Produits

Vous avez un projet de rénovation, d'agrandissement ou d'extension?

Thomas & Piron Rénovation

Vous avez un projet de rénovation, d'agrandissement ou d'extension?

Concept de revêtements de façade en bois Woodface®

Outdoor Wood Concepts®

Concept de revêtements de façade en bois Woodface®

Combinez des volets roulants et screens verticaux facilement avec ventilation

Wilms SA

Combinez des volets roulants et screens verticaux facilement avec ventilation

Rénovation virtuelle avec l’Exterior makeover d'E-Board

E-Board

Rénovation virtuelle avec l’Exterior makeover d'E-Board