En images : Du caractère mis en lumière

De par ses proportions et ses matériaux, cette maison mitoyenne des années 1950 affiche un caractère somptueux. Mais le cloisonnement des espaces impactait fortement sa luminosité et son contact avec le jardin, rendant l’atmosphère quelque peu écrasante. Autant de problèmes que le collectif d’architectes metamorphOse a solutionnés avec brio.

Cette construction qu’il a de ce fait particulièrement soignée en utilisant des matériaux de qualité et en créant de confortables espaces habillés de belles boiseries et autres ornements. « À l’image de sa façade principale, cette maison était remarquablement bien conservée. Ses propriétaires l’avaient parfaitement entretenue durant de nombreuses années, jusqu’à ce qu’ils la quittent une fois retraités », affirme Delphine Termote, du collectif d’architectes metamorphOse.

Une double problématique

Initialement, les différentes pièces du rez-de-chaussée, de dimensions généreuses, se succédaient de manière traditionnelle, répondant aux mœurs d’antan. Côté jardin, la cuisine présentait une situation très congestionnée. Son volume, plus profond que le reste de la façade arrière, était séparé du reste du séjour, tandis qu’un escalier extérieur menant à la cave forçait un accès latéral à la terrasse et au jardin. L’autre particularité de la façade arrière était la présence d’une large terrasse au premier étage, adossée à un grand mur mitoyen. « En découvrant les lieux, il nous est aussitôt apparu que l’ensemble du volume arrière gagnerait à être rationalisé pour solutionner le manque de contact avec le jardin. »

Nouvelle façade et nouveau volume

L’excroissance de la cuisine a ainsi été abattue pour s’aligner avec le reste de la façade et créer un véritable contact avec le jardin. Les nouveaux propriétaires ont par ailleurs entrevu la possibilité d’étendre la surface du premier étage en exploitant la terrasse surplombant le jardin. « Nos clients souhaitaient disposer d’un bureau directement relié à leur espace de nuit. Nous avons donc pu tirer parti de ce grand mur mitoyen pour dessiner un nouveau volume compact dans l’alignement de la terrasse, en l’incluant à la nouvelle façade arrière entièrement remodelée. »

L’orientation sud-ouest, très favorable à l’apport de lumière naturelle, a naturellement conduit à ouvrir cette nouvelle façade grâce à une imposante baie vitrée coulissante au rez-de-chaussée et un grand vitrage fixe dans le nouveau volume de l’étage. Ces deux fenêtres offrent un contact frontal avec le jardin et apportent un maximum de lumière. « Les transformations réalisées offrent a` la façade arrière une cohérence et une apparence plus contemporaine. Si la brique a été choisie comme parement pour répondre a` l’existant, la teinte et le jeu de calepinage des briques collées tantôt à l’horizontale tantôt à la verticale viennent accentuer le caractère contemporain de l’intervention. »

Décloisonner et éclairer

De l’ouverture totale de la façade arrière a naturellement découlé le décloisonnement des espaces au rez-de-chaussée, afin de profiter de toute la largeur de l’habitation et du plein apport de lumière. Une grande cuisine y a été aménagée, ouverte à la fois sur la salle à manger, le jardin et le reste du séjour. Par la structure existante composée d’arches, les espaces restent néanmoins séquencés, ce qui confère à chacune des zones un caractère personnalisé, renforcé par des revêtements différents. Pour inviter encore plus de lumière dans ces espaces, les architectes ont intégré deux relais. Une large dalle de verre intégrée dans le sol du nouveau volume diffuse vers le bas la lumière émanant du grand vitrage fixe et de la porte-fenêtre donnant sur le reliquat de terrasse, où une seconde dalle de verre a été insérée pour éclairer la cuisine.

Étage privatif et combles aménagés

Le premier étage est entièrement dédié au couple. Dans cet espace lumineux où tout communique sans passage obligé par le palier, le dressing et la chambre placés côté rue sont prolongés par la salle de bains, qui peut s’isoler du nouveau volume adjacent grâce à une paroi coulissante en verre sablé. Le deuxième étage propose trois chambres d’enfant et une salle de douche, créée de toutes pièces en lieu et place de l’ancien accès aux combles. Un nouvel escalier a donc été installé ailleurs pour accéder à l’espace sous toiture, aménagé en une quatrième chambre baignée de lumière, grâce aux trois nouvelles fenêtres de toit. À l’instar des interventions réalisées pour diffuser davantage de lumière dans les espaces du rez-de-chaussée, une dalle de verre a été intégrée au sol, face à l’une des fenêtres, pour amener de la lumière dans la salle de douche des enfants située en contrebas.

Soin et précision

Dans ce projet où toutes les pièces ont fait l’objet d’interventions, on ne peut que relever le soin apporté aux finitions, résultat d’un important travail de préparation et de suivi. C’est le cas de l’articulation entre ancien et nouveau, du mobilier intégré et tiré au cordeau de la salle de bains, des rails de rideaux et de stores encastrés dans les nouveaux faux plafonds équipés de gorges lumineuses, de l’alignement des baies rendant les espaces fluides et apaisants, de la géométrie des lignes offrant des perspectives étudiées, des portes sans chambranles insérées dans le plan des murs, des fenêtres à ouvrant caché, des panneaux coulissants pleine hauteur, des radiateurs tous placés à même hauteur ou encore de la coiffeuse intégrée dans la tablette de la chambre du couple. Rien n’a été laissé au hasard, tout est là, en pleine lumière.

Réalisation : Metamorph0se
Texte : Stephan Debusschere
Photos : Laurent Brandajs
Découvrez le réportage complet dans Je vais Construire n° 441.

Le meilleur de Livios dans votre boîte aux lettres ?

Inscrivez-vous à la newsletter de Livios et recevez deux fois par semaine les dernières nouvelles dans le domaine de la construction et de la rénovation, des conseils utiles et des tonnes d'inspiration.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux