À l’image : Une vieille ferme rénovée durablement

Frauke Hamerijck, céramiste, et son époux Joachim, gérant, ont rénové leur maison, située à Ninove. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette maison est pleine de caractère. Cette rénovation a pris du temps, a été mûrement réfléchie, et le couple a choisi ses partenaires pour la mener à bien en fonction de leur bonne réputation.

« Lorsque notre nouvelle maison est arrivée sur le marché, nous avions arrêté de chercher », explique Frauke. Cela faisait cinq ans que le couple recherchait désespérément une maison à Ninove. Une maison plus spacieuse, au calme, et qui pourrait abriter l’atelier de Frauke, qui est céramiste. « Nous avions même fait appel à un architecte en vue de rénover notre ancienne habitation, et nous sommes tombés sur cette maison. Une magnifique vieille ferme. » Les personnes intéressées étaient nombreuses, ils ont donc dû agir rapidement. Quelques jours plus tard, l’affaire était conclue. « C’est là que les péripéties ont commencé », plaisante Frauke.

La construction durable, pas encore vraiment intégrée

« Dès le départ, il était évident que nous voulions une habitation écologique. Nos architectes, du bureau objekt architecten à Alost, ont d’emblée compris ce que nous voulions, et le plan qu’ils nous ont présenté était fantastique. Ils avaient plutôt de l’expérience dans la construction traditionnelle qu’avec des matériaux écologiques, mais cela nous a permis de découvrir des choses ensemble », poursuit Frauke.

Pour les fondations, ils ont par exemple envisagé le granulat de verre cellulaire, avant d’y renoncer, car ce matériau est pour ainsi dire indisponible en Belgique. Pour les murs, ils ont opté pour des briques de chanvre. « Nous avons installé une citerne d’eau de 15.000 litres en lieu et place des traditionnels 10.000 litres, et du triple vitrage à la place du double vitrage exigé. Ces choix ont un prix, mais nous étions sûrs de nous. »

Wanted : professionnels et professionnelles

C’est par le bouche-à-oreille que le couple a trouvé tous les professionnels et fournisseurs avec lesquels il a collaboré. Un professionnel en recommandait un autre, et ainsi de suite. C’est d’ailleurs comme cela qu’ils sont arrivés chez Puur Bouwen. « Ils nous ont aidés avec les travaux structurels », explique Frauke. La maison est une rénovation « box-in-box » avec une extension en briques de chanvre. La nouvelle partie est indépendante de la façade extérieure, ce qui permet à l’habitation de respecter les normes énergétiques les plus strictes. Un cadre, fixé sur les anciens murs, accueille les briques de chanvre. Et les nouveaux murs de l’extension sont arrivés préfabriqués sur chantier.

« Nous avons eu beaucoup de mal à trouver une entreprise capable de réaliser les forages pour notre pompe à chaleur géothermique. Peu d’entreprises proposent ce service, et celles qui le font sont submergées de travail. Et pourtant, ces travaux ne durent qu’une journée. Nous avons fini par trouver quelqu’un, à nouveau sur recommandation. »

Une pompe à chaleur sans panneaux solaires

Il n’y a pas encore de panneaux solaires, mais c’est prévu. « Nous devons encore déterminer leur meilleur emplacement. Sur le toit, ce n’est pas possible, en raison de l’ombrage trop important des nombreux vieux arbres du jardin. Nous recherchons donc un endroit dans le jardin. Sans panneaux solaires, une pompe à chaleur consomme paraît-il beaucoup, mais je trouve que cela se combine bien avec notre chauffage par le sol », explique Frauke. « L’appareil règle tout, y compris le refroidissement inversé. J’en suis très satisfaite. »

Budget : construction durable vs. traditionnelle

« Nous avons parfois été surpris », admet Frauke. « En effet, certains choix plus durables étaient juste impossibles à mettre en œuvre, ou bien trop chers. Vous entendez souvent des gens dire que la construction durable ne doit pas nécessairement être chère. Nous avons donc souvent comparé avec les prix de la construction traditionnelle. Et bien, cette dernière est souvent moins chère. Est-ce parce que le marché des matériaux écologiques est plus modeste ? Ou parce que ces matériaux sont plus chers ? Je ne sais pas. »

Le plan de la maison est en losange. Cette forme se retrouve en une multitude d’autres endroits, comme les poignées des armoires. Il en va de même avec le bois. « Nous avons opté pour du mélèze pour les châssis, et donc également pour notre parquet et les armoires de cuisine », ajoute Frauke. Plusieurs choix initiaux ont déterminé de nombreux aspects ultérieurs du projet. Le résultat ? Une maison au caractère unique. « J’en suis très fière, même des petites imperfections. »

L’amour de l’artisanat

Si le résultat est plus que réussi, c’est, selon les propriétaires, en partie grâce aux différents professionnels qui ont œuvré à la réalisation de leur projet de rêve. « Je suis très satisfaite de chaque professionnel, entrepreneur et artisan avec lesquels nous avons collaboré. Leur créativité, leur passion, l’entente que nous avions avec eux… C’était extraordinaire. De vrais artisans et artisanes. Notre escalier en colimaçon en acier, conçu d’une seule pièce, en est un bel exemple. Ce n’était pas l’option la plus simple et la moins chère, mais cet artisan y a mis tout son cœur. J’y repense à chaque fois que j’emprunte cet escalier », sourit Frauke.

« Parfois, la chance vous tourne un peu le dos, comme avec l’électricien qui n’avait aucune expérience des murs en torchis et qui les a endommagés. Ou le plan de travail en terrazzo de la cuisine, qui était 10 centimètres trop court suite à une erreur du fournisseur… Ils ont résolu le problème en coulant une « rajoute » sur place, mais trois mois plus tard, des fissures sont apparues, il a donc fallu trouver une autre solution. »

« Les erreurs de conception sont inévitables, surtout dans le cas d’une rénovation. Et par souci d’écologie, nous ne voulions pas non plus remédier à chaque erreur, ou faire refaire. Donc on fait abstraction des deux angles droits en torchis, dans une maison tout en arrondis… », plaisante Frauke. « En fin de compte, ce n’est qu’une maison. Évidemment qu’on y consacre beaucoup de temps et d’argent, mais votre vie n’en dépend pas. Et cela participe à son histoire… Construire, c’est un processus de recherche. »

Le meilleur de Livios dans votre boîte aux lettres ?

Inscrivez-vous à la newsletter de Livios et recevez deux fois par semaine les dernières nouvelles dans le domaine de la construction et de la rénovation, des conseils utiles et des tonnes d'inspiration.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux