livios logo

En images : le concept de fermette revisité

C’est dans la région vallonnée du Heuvelland, en Flandre occidentale, que Petra et Jan (alias AE-architecten) ont construit cette maison contemporaine dont les larges baies vitrées s’ouvrent sur un paysage champêtre. Des différences de niveau délimitent les zones, l’esthétique d’inspiration naturelle venant contrebalancer la géométrie des lieux. Quant à la multiplication des essences de bois, elle n’altère en rien la sérénité ambiante.

À proximité des collines du Kemmelberg, du Rodeberg et du Scherpenberg, se trouvait une charmante ferme qui appartenait, depuis plusieurs générations déjà, à la famille de Jan Baes. Enfant, il y séjournait de temps à autre avec ses parents, ne fût-ce que pour se rendre au parc Bellewaerde, non loin de là. Puis, il y a dix ans, il en est devenu l’heureux propriétaire. Dans un premier temps, ils ont envisagé de rénover ce bâtiment d’après-guerre, avant d’y renoncer après avoir constaté son trop mauvais état. La rénovation n’était donc pas une option, la ferme devait faire place à une construction neuve.

Prescriptions strictes

C’était la première fois que Petra et Jan concevaient une habitation pour eux-mêmes. Ils voulaient de la lumière, de l’espace et le plus de contact possible avec l’environnement. Si, au départ, les prescriptions urbanistiques semblaient contrarier leurs plans, ils ont par la suite considéré comme un défi de les respecter à la lettre et d’aboutir malgré tout à un projet original. Ces règles imposaient notamment : un bâtiment de style fermette, des briques rouges, des tuiles rouges, un détail vertical dans la maçonnerie et de petites fenêtres. L’absence de fondations permettait à Jan et Petra de décider librement de l’implantation de leur bâtiment. Ils ont cependant repris la même orientation, le même axe et quelques lignes de la construction originelle.

Façade avant dédoublée

Si, de loin, cette maison ressemble à une fermette classique, plus on s’en approche, plus ses prouesses architecturales se révèlent. Comme, par exemple, sa lucarne épurée, sa double façade avant ou son patio. Et ce n’est là qu’un avant-goût de l’intérieur. Sur un des côtés de la maison, un patio avec feu ouvert extérieur a été aménagé. C’est là que Jan et Petra profitent de la vue sur le vieux buis. Cette terrasse couverte leur sert principalement à l’entre-saison, pour se détendre et y manger à l’abri du vent et de la pluie. L’idée était aussi que les fenêtres encadrent le paysage. Et c’est une réussite : les scènes champêtres qui se jouent autour de la maison varient joliment au fil des saisons.

Ouverture et intimité

Comme la plupart des maisons de cette région, celle-ci est bâtie sur un terrain en pente. La différence de niveau entre l’avant et l’arrière est d’environ 40 centimètres. À l’intérieur, Jan et Petra ont résolu le problème en jouant justement sur ces différences de niveau. Cela leur a aussi permis de réduire le nombre de cloisons intérieures au minimum. Les différentes zones se distinguent en effet par des marches et des hauteurs sous plafond différentes. Jan et Petra ont de la sorte créé une sensation d’ouverture, sans pour autant porter préjudice à l’intimité. À l’extérieur, Jan et Petra ont souligné la différence de niveau par une bande horizontale de briques aux joints plus larges.

Ensemble cohérent

À l’intérieur, la charpente a été laissée apparente. Bois massif, multiplex et béton définissent l’aménagement intérieur. Quant à la hotte et au foyer, ce sont des pièces uniques, sculptées dans un empilement de plaques de multiplex et dont la forme organique apporte de la vie dans le décor. Les granulats dans le sol en béton sont eux aussi particuliers : la couche supérieure du béton lissé a été abrasée pour les rendre apparents.

Dans la cuisine, le classique îlot a pris la forme d’une table de cuisson : reposant sur des pieds, le plan de travail est revêtu d’une feuille d’inox sablé dans laquelle des cercles ont été découpés au laser pour y encastrer des taques de cuisson et une planche à découper, ainsi qu’un évier. Petra et Jan ont imaginé ce modèle car un îlot monobloc aurait masqué la vue depuis le salon. Le plan de travail intègre également des tiroirs pour les couverts et les assiettes. Quant aux casseroles, poêles et appareils, ils sont rangés dans des placards en multiplex de chêne.

Carrelages artisanaux

La salle de bains se trouve au rez-de-chaussée, quelques marches plus haut que les autres pièces. Les murs sont revêtus de « Hollandse witjes », carreaux de format carré à la surface irrégulière. Le meuble de la salle de bains est réalisé en multiplex de bouleau, avec un lavabo en terrazzo. Et comme le sol présente une légère pente, pas besoin de receveur de douche. Enfin, le rideau, en textile fin, permet d’admirer le paysage tout en se douchant.

Réalisation : AE Architecten
Texte : Katrien Depoorter
Photos : Luc Roymans & Jonah Samyn
Découvrez le reportage complet dans Je vais Construire nr. 444.


Ce site web est sécurisé par reCAPTCHA et le politique de confidentialité et conditions générales d’utilisation de Google s’appliquent.

track

http://www.livios.be/fr/info-construction/dossiers/inspiration/en-images-le-concept-de-fermette-revisite/