livios logo

En images : un loft lumineux dans une ex-malterie

Les architectes Ilse Cayron et Tom Platteeuw ont transformé une ancienne usine malinoise en quatre logements unifamiliaux. Ilse et son mari se sont installés dans le loft du premier étage, où ils ont créé une association très réussie entre passé et présent. L’impressionnant meuble de cuisine, les rangements pleine hauteur et le patio contrastent joliment avec les nombreux éléments d’origine.

Il y a huit ans, les banques, tout comme l’urbanisme de la ville de Malines, ne savaient pas encore comment gérer un habitat communautaire. Par ailleurs, comme les deux couples devenaient propriétaires de plusieurs unités de logement, ils n’ont pratiquement bénéficié d’aucune prime. « C’est dommage, car nous avons valorisé une surface inoccupée et créé des logements supplémentaires en ville. Cela devrait être encouragé, non ? », estime Ilse.

Deux lofts + deux appartements

La malterie, qui date de l’entre-deux-guerres, est l’œuvre de Jos Chabot, architecte réputé pour son style moderniste. Il comporte deux étages de 290 mètres carrés chacun, ce qui est largement suffisant pour deux ménages. Les deux couples y ont astucieusement aménagé quatre unités de logement : à l’arrière, ils se sont réservé deux lofts, et à l’avant, ils ont aménagé deux appartements, aujourd’hui loués. Au rez-de-chaussée, il restait suffisamment d’espace pour installer le bureau d’Ilse et Tom.

Il n’y a jamais eu de discussions quant à qui occuperait quel étage. Tom et Kenneth préféraient l’intimité du rez-de-chaussée, tandis qu’Ilse et Jonathan optaient pour le premier étage, encore plus lumineux. Ils ont réalisé un maximum de travaux eux-mêmes, et tous ensemble : maçonner de nouveaux murs intérieurs, couler un escalier en béton, monter des cloisons en plaques de plâtre, aménager des ouvertures dans la dalle de béton pour y créer des patios… Pendant quatre ans, ils ont consacré tout leur temps libre et tous leurs congés à ce projet.

Respecter l’histoire

Presque tous les bâtiments malinois de Jos Chabot sont classés, à l’exception de la malterie. Toutefois, Ilse et Tom ont tenu, dans leur projet, à rester proche de l’esthétique originelle et à conserver des éléments authentiques. Ainsi, toutes les ouvertures de fenêtre ont été conservées telles quelles : ils y ont juste placé de nouveaux châssis steel look évoquant les modèles d’autrefois. Ces fenêtres étant placées très en hauteur, elles apportent une grande luminosité dans le bâtiment tout en protégeant les occupants des regards indiscrets. Rideaux ou tentures sont donc superflus…

Pour renforcer le contraste entre ancien et neuf, les architectes ont choisi, pour les nouvelles baies vitrées, de sobres châssis en aluminium. À l’intérieur, ils ont simplement repeint les briques d’origine et recouvert les nouvelles maçonneries d’un enduit. Au premier étage se trouvaient quelques murs à mi-hauteur et une cuve suspendue, qui ne cadraient pas avec le projet et qu’il a donc fallu supprimer. Toutefois, les vestiges du passé ne manquent pas, à l’image du plafond qui a gardé le même aspect que lorsque la malterie était en activité. En d’autres termes, la transformation respecte l’histoire.

Meuble d’apothicaire

Le loft d’Ilse et Jonathan est divisé en espaces clairement définis. À l’entrée, on passe devant des toilettes et un vestiaire sur la gauche, avant de déboucher dans la cuisine. Un espace bureau un peu plus fermé se trouve sur la droite. Chaque nouveau mur a été conçu comme un rangement ouvert afin d’accueillir livres, disques, cadres et souvenirs.

Le meuble de cuisine est une composition unique d’éléments bas en bois, d’un plan de travail en chêne, d’une crédence en zelliges noir mat, d’une cuisinière à l’ancienne et de rangements hauts en MDF noir divisés en carrés qui ont l’apparence de tiroirs, ce qu’ils ne sont pas. Ainsi, certaines de ces portes sont pourvues d’un spot à l’intérieur, pour éclairer le plan de travail. Si Jonathan a donné au maximum carte blanche à son épouse, il y avait une chose à laquelle il tenait particulièrement : un bar.

Matériaux limités

Une zone de circulation traverse tout le loft, s’intégrant aux espaces qu’elle parcourt, tout en imprimant une fonction à chacun d’eux. Au centre, du côté droit, se trouve le salon, avec un poêle à bois qui, par temps froid, sert de chauffage d’appoint en complément du chauffage par le sol sous le béton lissé.

Les chambres sont aménagées à l’arrière, tout comme la salle de bains. Cette dernière comporte deux lavabos, une baignoire en pose libre et une douche. Le long du mur court un banc en bois sous lequel des paniers accueillent les produits de soin et les serviettes de toilette : Ilse et Jonathan ne voulaient pas avoir de placards dans cette pièce. Les lavabos reposent sur un plan de travail en bois, soutenu par une barre en acier ancrée dans le mur. Ilse et Tom ont conçu ensemble l’aménagement des deux intérieurs, et ont ensuite confié la réalisation des éléments sur mesure à un menuisier qui a également fabriqué la grande table à manger d’Ilse et Jonathan.

La plus belle vue

Les luminaires – des suspensions et des appliques noires de style industriel – sont en parfaite harmonie avec l’esprit du lieu. Pour maximiser l’apport de lumière naturelle et pouvoir aménager des terrasses, les architectes ont prévu un patio à chacun des deux niveaux. Celui d’Ilse et de Jonathan mesure dix mètres carrés et donne sur la couronne de quelques arbres. 

Des portes vitrées s’ouvrent largement en accordéon sur le patio, ce qui est bien agréable lorsque le couple invite des amis pour un barbecue : cela leur permet de manger dedans tout en ayant l’impression d’être dehors. Et si le patio est trop petit, il y a toujours la grande terrasse de toit, à laquelle tous les résidents de la malterie ont accès. Dans la cave, les architectes ont fait installer une citerne d’eau de pluie de 10 000 litres, ce qui est idéal pour deux ménages. Les toilettes des lofts et du bureau y sont raccordées.

Réalisation : IT-architecten
Texte : Katrien Depoorter
Photos : Yannick Milpas
Découvrez le reportage complet dans Je vais Construire nr. 445. 

Ce site web est sécurisé par reCAPTCHA et le politique de confidentialité et conditions générales d’utilisation de Google s’appliquent.

track

http://www.livios.be/fr/info-construction/dossiers/inspiration/en-images-un-loft-lumineux-dans-une-ex-malterie/