livios logo

En images : une maison en sablier

Bruno et Nathalie souhaitaient vivre au calme, dans une maison à leur image. Sur cet ancien parking encadré par deux maisons traditionnelles, l’architecte Arnaud Screpel, du bureau ARTERA Architectes, a conçu un ensemble composé d’une superposition de volumes dont les découpes sont autant contextuelles que conceptuelles. 

L’habitation étant fondamentalement composée de deux blocs superposés, Arnaud Screpel a dès lors cintré le volume du rez-de-chaussée à la manière d’un sablier, en créant une double découpe oblique afin de créer des dégagements latéraux. En plus de l’apport supplémentaire de lumière qu’elles procurent à travers les grands vitrages, ces découpes offrent davantage d’espace extérieur sur les flancs de la maison, tout en créant une dynamique et des perspectives, et sans perdre réellement d’espace intérieur. Ce premier volume comporte aussi une découpe au niveau de la façade avant, occupée par un large carport qui protège la zone d’entrée de la maison.

Le second bloc vient se poser sur le premier. Plus petit, il correspond aux espaces du hall d’entrée, de la première chambre et du salon au rez-de-chaussée. Totalement rectangulaire, il présente des débordements qui couvrent les arêtes du premier volume et créent de petites zones d’ombrage, tout en offrant une protection aux grands châssis en aluminium.

Structure traditionelle

Si l’architecture du projet est bien éloignée de celle du voisinage, sa structure est tout à fait traditionnelle. Blocs de terre cuite, béton et acier pour les plus grandes portées constituent les principaux matériaux de la maison, dont les toitures plates accueillent des panneaux photovoltaïques. Le traitement des façades est plus particulier. Les façades latérales sont parées de briques claires dont les joints ont été creusés pour alléger le rendu final et marquer l’horizontalité. Les façades avant et arrière, tout comme les bordures du carport, sont pour leur part habillées de panneaux en aluminium anodisé et de bois brûlé en bardage.

Unification et diversité

Cette juxtaposition et ces contrastes ont été transposés à l’intérieur. La volonté des maîtres d’ouvrage était d’unifier tous les espaces en utilisant un seul revêtement de sol, à savoir la résine époxy, qui couvre même l’escalier dont la base en béton a d’abord été revêtue de tôle métallique. Pour compenser l’aspect froid de ce matériau, renforcé par les murs tout de blanc vêtus, l’architecte a fait largement usage du bois pour composer l’ensemble du mobilier intégré et des placards nécessaires pour le rangement, la maison ne comportant ni cave ni grenier. Pour éviter de tomber dans le piège de l’uniformisation, quatre essences de bois ont été utilisées pour créer des ambiances différentes dans les pièces et leur donner une chaleur particulière.

Dans le hall d’entrée, c’est le bouleau qui est à l’honneur. Il compose le grand vestiaire situé sous l’escalier ainsi que les panneaux de la cage d’escalier. Le noyer a pour sa part investi le salon, tandis que le pin a servi à fabriquer le dressing de la chambre principale, à l’étage. Le chêne, enfin, s’est imposé dans le mobilier de la cuisine, étant donné que Bruno et Nathalie ont eu l’opportunité d’acquérir tel quel cet ensemble tout droit sorti d’une salle d’exposition. Sa configuration a conditionné la pose d’une paroi qui l’isole du salon et intègre une partie des placards et des appareils électroménagers, créant ainsi une circulation au sein du séjour.

Posé pour la nuit

Le petit volume posé sur le rez-de-chaussée et formant la zone de nuit accueille deux chambres, une salle de bains, un dressing ainsi qu’une buanderie qui abrite par ailleurs la pompe à chaleur air-eau alimentant tout le système de chauffage par le sol de la maison. Ouvert sur le palier, le grand dressing de la chambre principale, en façade arrière, sépare la chambre proprement dite de la salle de bains, où se côtoient une grande douche à l’italienne, un double lavabo et une baignoire-îlot aux courbes arrondies, à l’instar du miroir. De quoi couler des jours heureux. 

Réalisation : Arnaud Screpel - ARTERA architectes
Texte : Stephan Debusschere
Photos : Laurent Brandajs
Découvrez le reportage complet dans Je vais Construire nr. 446.


Ce site web est sécurisé par reCAPTCHA et le politique de confidentialité et conditions générales d’utilisation de Google s’appliquent.

track

http://www.livios.be/fr/info-construction/dossiers/inspiration/en-images-une-maison-en-sablier/