Placer un plan de travail dans une cuisine

Avec les portes de meuble, le plan de travail détermine en grande partie l’aspect de la cuisine. Vous voulez rafraîchir votre cuisine ? En remplaçant le plan de travail, vous obtiendrez déjà un résultat surprenant.

Placer un seul plan de travail est une opération qui reste relativement simple. S’il s’agit de deux plans de travail ou plus, il faudra être attentif à la finition des angles. Etant donné que la pose d’un plan de travail en béton ou en pierre naturelle (en matériau lourd) n’est pas à la portée du bricoleur moyen, nous n’en parlons pas ici plus en détail.

Fournitures :Outillage :
  • Vis
  • Plaquettes d’assemblage
  • Colle à bois
  • Ruban de masquage
  • Profilé d’assemblage
  • Mastic de silicone
  • Serre-joint
  • Perceuse
  • Scie sauteuse
  • Mètre ruban
  • Lime
  • Fraise (facultatif)

Etape 1 : choisir le plan de travail

  • 10327 places feuille de calcul
  • Dans la mesure du possible, veillez à ce que le plan de travail soit suffisamment grand.
  • Soyez également attentif à la hauteur du plan de travail. Si vous vous tenez debout et que vous placez vos bras dans l’évier, vous devez pouvoir toucher le fond de l’évier avec le bout de vos doigts. Pour contenter tous les membres de votre ménage, vous avez intérêt à trouver le bon compromis.
  • Songez aussi au confort d’utilisation, à la résistance à l’usure et aux griffes.
  • Il faut savoir que les couleurs claires agrandissent davantage une pièce que les couleurs sombres. Sur un plan de travail foncé, la graisse et les autres taches se voient moins.
  • Les plans de travail avec une finition mate permettent de mieux dissimuler les griffes.
  • Le budget disponible intervient évidemment aussi.
  • Quelles sont les dimensions maximales du plan de travail ? Est-il constitué d’un seul ou de plusieurs morceaux ? Prêtez aussi attention au bord de finition : est-il droit, arrondi ou profilé ?
  • Veillez à ce que la structure portante soit suffisamment solide. Il n’est pas évident de remplacer un plan de travail en bois par un plan en pierre naturelle beaucoup plus lourd.
  • Il existe une grande variété de couleurs et de matériaux :

Matériau de synthèse/stratifié :

  • Matériau le plus populaire grâce à son prix abordable et sa facilité d’entretien.
  • Durable si de bonnes qualité et finition.
  • Les bords sont le plus souvent réalisés en synthétique intégral coloré : bonne protection, belle finition.
  • Deux possibilités : un plan en stratifié est préférable (couche plus épaisse et support plus solide) à un plan en mélaminé.
  • Vérifiez que les raccords aux angles sont étanches. Sinon, l’eau risque de s’infiltrer et la plaque d’aggloméré de gonfler.

Pierre naturelle :

  • Matériau lourd, extrêmement dur et très beau, mais onéreux.
  • Par son poids relativement élevé, vous devez vérifier au préalable que la structure va pouvoir supporter ce poids.
  • Réalisé sur mesure.
  • Choisissez plutôt un type de pierre naturelle peu ou non poreux comme le granito ou la pierre bleue.
  • Résiste mieux à l’eau que le matériau synthétique, mais il faut rester prudent.
  • Plus la pierre naturelle est dure, mieux elle va résister aux rayures.
  • Les rayures s’éliminent en polissant à nouveau la pierre naturelle.
  • S’il est protégé avec un bouche-pores, le granit n’absorbe plus l’eau et est donc mieux protégé contre les taches.
  • Faites attention que certains produits d’entretien ne conviennent pas pour la pierre naturelle : demandez conseil en magasin.

Pierre composite ou grains de granit :

  • Alternative bon marché au granit.
  • Fabriqué à partir de matériau de synthèse ou de grains de granit moulus.
  • Très bonne stabilité des couleurs et résistance à l’usure.
  • Résiste bien aux acides, rayures et températures extrêmes.

Synthétique intégral :

  • Egalement appelé Corian, mais il s’agit en réalité d’une marque.
  • Disponible en différentes couleurs, il ressemble au marbre.
  • Plus cher que le granit.
  • Résiste bien aux rayures. Eliminez les éventuelles griffes avec de la paille de fer.
  • Inconvénient : ne résiste pas aussi bien aux températures élevées (attention donc avec les casseroles chaudes).

Bois massif :

  • Beau et chaud, mais pas très bon marché.
  • Essences les plus répandues : hêtre, chêne et teck.
  • Durabilité et résistance aux rayures : en fonction de la dureté de l’essence de bois.
  • Entretien :
    • S’il est protégé par une couche de vernis ou de laque, le plan de travail en bois exige autant (ou aussi peu) d’entretien qu’un plan en synthétique.
    • S’il est huilé ou imprégné : aspect plus beau, mais demande plus d’entretien.

Inox:

  • Convient parfaitement bien dans une cuisine au design épuré.
  • Un peu plus cher.
  • Vous pouvez intégrer un évier et d’autres éléments également en inox.
  • Facile à entretenir.
  • Sensible aux rayures.

Plan de travail en béton :

  • D’aspect robuste et industriel. Plait surtout aux amateurs d’intérieurs modernes et styles épurés. Très tendance dans les lofts.
  • Exige le plus souvent un travail sur mesure qui représente beaucoup de main-d’œuvre. Relativement cher donc comparé aux autres plans de travail.
  • Relativement lourd : vérifiez donc que la structure de l’armoire peut supporter un tel poids.
  • Par nature, le béton est très poreux. Il faut donc le recouvrir d’une bonne finition et les pores doivent être bouchés avec une huile pour éviter les taches et faciliter l’entretien.
  • Est disponible en différentes couleurs.
  • Vous pouvez éventuellement le placer vous-même, mais si vous êtes néophyte, il est quasi impossible d’obtenir un résultat entièrement satisfaisant. Réaliser un coffrage et un décoffrage nécessite une bonne dose de savoir-faire.

Carrelages :

  • Vous pouvez aussi carreler le plan de travail.
  • Les carrelages émaillés sont solides et résistants à l’humidité.
  • Les joints, en revanche, résistent moins bien à l’humidité, aux acides et aux graisses.
  • Lisez pour ce faire le truc&astuce ‘Carreler un plan de travail’.

Etape 2 : inspecter le plan de travail

  • 10327 places feuille de calcul
  • Dans le commerce, vous pouvez faire scier votre plan de travail sur mesure, au risque cependant qu’il ne se place pas correctement contre le mur si ce dernier présente des irrégularités. Dans ce cas, vous avez intérêt à le scier vous-même.
  • Posez le plan de travail sur les armoires et poussez-le contre le mur.
  • Vérifiez que le débordement par rapport aux armoires basses est pareil sur toute la longueur du plan de travail. Si ce n’est pas le cas, rectifiez à l’aide d’une scie sauteuse. Pour éviter que le panneau ne présente des échardes au niveau du trait de sciage, appliquez au préalable du ruban de masquage sur la portion que vous allez couper. Lisez aussi notre truc&astuce ‘Scier’.
  • Otez le ruban de masquage et passez le bord à la lime.
  • Repositionnez le plan de travail et vérifiez qu’il soit bien placé contre le mur et que son débordement soit uniforme.
  • Si le plan de travail doit encore être découpé pour l’installation d’un évier ou d’une plaque de cuisson, réalisez ces découpes maintenant à l’aide des gabarits livrés avec vos accessoires.

Etape 3 : joindre les plans de travail

  • 10327 places feuille de calcul
  • Si vous devez raccorder plusieurs plans de travail, vous pouvez procéder de différentes manières.
  • Les plans de travail avec bords droits sont faciles à raccorder. Placez-les jointivement et assemblez-les en vissant une ou plusieurs plaquettes d’assemblage. Avant de les assembler à l’aide de vis, veillez à ce que les deux morceaux soient bien jointifs.
  • Une autre option consiste à coller les deux morceaux à l’aide par exemple de colle à bois.
  • Les plans de travail avec bords arrondis ne doivent pas être assemblés avec une plaquette. A cet effet, utilisez de préférence un profilé d’assemblage. Un bon bricoleur peut aussi réaliser un assemblage à l’aide d’une fraise et des chevilles en bois. Pour cette dernière méthode, vous avez néanmoins besoin d’un gabarit. Ce dernier est cher, mais vous pouvez aussi le louer.
  • Revenons au profilé d’assemblage. Mesurez la largeur du plan de travail et scier le profilé sur mesure. Fixez celui-ci sur un plan de travail, appliquez du mastic de silicone sur l’autre plan de travail, rapprochez les deux plans de travail pour les assembler et éliminez l’excédent de mastic.
  • Montez évier et plaque de cuisson en respectant les instructions de montage et appliquez du mastic sur tous les bords.
  • Si le résultat n’est pas satisfaisant, vous pouvez dissimuler les trous au moyen de mastic de colmatage coloré spécial.

Etape 4 : fixer les plans de travail

  • 10327 places feuille de calcul
  • Fixez le plan de travail sur les armoires de cuisine. Utilisez à cet effet des vis que vous allez visser dans le plan de travail par le bas en passant par les armoires.
  • Veillez à ce que les vis ne soient pas trop longues. Utilisez éventuellement un serre-joint pour maintenir le plan de travail en place.

Etape 5 : réaliser les finitions

  • 10327 places feuille de calcul
  • S’il s’agit d’un plan de travail synthétique, appliquez les lamelles de stratifié sur les bords.
  • Vous pouvez maintenant polir votre plan de travail s’il est en pierre composite.
  • Un plan de travail en bois se doit d’être poncé et protégé à l’aide d’une huile. Demandez conseil au fabricant.

Le meilleur de Livios dans votre boîte aux lettres ?

Inscrivez-vous à la newsletter de Livios et recevez deux fois par semaine les dernières nouvelles dans le domaine de la construction et de la rénovation, des conseils utiles et des tonnes d'inspiration.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux