Intégrer un vide : des architectes partagent leurs meilleurs conseils

Un vide ne contribue pas seulement à l’apport de lumière et à la sensation d’espace, mais permet aussi aux différents étages de la maison de communiquer entre eux. Ces atouts lui valent d’être régulièrement utilisé dans les constructions neuves compactes. Quelques architectes nous livrent leurs conseils.

Sentiment d’espace

Un vide est une ouverture pratiquée entre deux ou plusieurs étages. Cette ouverture dans le sol ou le plafond offre de nombreux avantages et bien des perspectives car vous créez un sentiment d’espace. Dans le même temps, le vide permet des relations entre les espaces aménagés en surplomb ou en contrebas. Un vide constitue aussi une solution supplémentaire pour augmenter l’apport de lumière et faire circuler l’air. Il offre par exemple la possibilité de rendre habitables les pièces en sous-sol qui ne bénéficient d’aucune lumière naturelle. Ou vous pouvez étendre une pièce sur deux niveaux : le séjour pourrait avoir son coin salon au rez-de-chaussée et son coin TV au premier étage. En résumé, on dira que la présence d’un vide augmente la dynamique d’une pièce ou d’un espace.

Transformer les inconvénients en atouts

À en croire les architectes, il ne peut être question de réels désavantages, même si certains préjugés ont la vie dure : un vide coûte cher, crée des courants d’air et entraîne des nuisances sonores. Ce à quoi les architectes répondent qu’un concept bien pensé et des solutions techniques adéquates éliminent ces supposés inconvénients.

1. Le coût élevé

On entend souvent dire qu’un vide coûte cher. Et effectivement, l’argent investi dans son aménagement ne procure pas de surface habitable supplémentaire. « Mais c’est ignorer que l’architecture est bien plus qu’une accumulation de surfaces utiles, rétorque Peter Ketsman. Il s’agit aussi d’expérience. Si vous désirez malgré tout utiliser cette surface, vous pouvez opter pour un sol vitré qui maintiendra le contact visuel, la sensation d’espace et l’apport de lumière. De plus, vous limiterez la propagation du bruit et maîtriserez mieux votre consommation d’énergie. »

2. Les courants d’air

On dit aussi que les vides provoquent des courants d’air, c’est-à-dire un déplacement d’air causé par la montée de l’air chaud, générant un phénomène de convection qui pousse l’air froid vers le bas. La « chute » de l’air plus frais crée le courant d’air que vous ressentez. Pour éviter cette sensation peu agréable, assurez-vous d’une bonne distribution et d’un bon contrôle de la chaleur à chaque étage. La solution la plus appropriée est de travailler avec des parois chauffantes (sol ou murs) sur une surface aussi grande que possible.

Cela permet de maintenir la température du chauffage à un niveau relativement bas tandis que l’air se déplace moins rapidement. Le choix se porte souvent sur le chauffage par le sol mais, dans un vide, le chauffage mural constitue une excellente alternative. Ces systèmes diffusent la chaleur par rayonnement, et non par convection, ce qui élimine toute sensation de courant d’air. Pour une efficacité maximale, on conseille, pour le sol ou les murs, de choisir un revêtement présentant une bonne inertie thermique, comme le béton, le carrelage ou les briques.

3. Le bruit

Du fait de l’ouverture, les bruits aériens se transmettent facilement d’un étage à l’autre. Vous avez peu de contrôle sur cette transmission du bruit dans l’espace qui se trouve en contact direct avec le vide, mais vous pouvez limiter les nuisances dans les autres pièces. « Avec des portes adaptées et correctement placées, vous créez une barrière acoustique entre les pièces autour du vide et les autres pièces », explique Jan Cretskens. Songez également à des matériaux qui absorbent les sons : rideaux, tapis, sièges en tissu, panneaux acoustiques ou faux plafond en plaques de plâtre à perforations continues. Ceux-ci peuvent supprimer la réverbération et atténuer les bruits gênants.

Emplacement : un choix réfléchi

Vous êtes désormais convaincu qu’il est possible de pallier les inconvénients d’un vide ? Il reste toutefois quelques points à examiner, et ce, dès la phase de conception. Le plus important étant de bien réfléchir à l’emplacement du vide. « Un vide ne s’aménage pas au hasard. Il doit apporter une véritable plus-value à l’expérience spatiale, à l’interaction entre les pièces situées à des niveaux différents ou à l’apport en lumière, indique Peter Ketsman. Il n’existe donc pas de solutions toutes faites qui s’appliqueraient en toutes circonstances. Les propriétés intrinsèques du bâtiment et le contexte déterminent le ou les endroits où il est souhaitable ou nécessaire d’avoir plus de vue, de luminosité et de sentiment d’espace. »

Les pièces autour d’un vide

Réfléchissez bien aux pièces qui ceinturent le vide car un lien mal pensé pourrait causer des désagréments sonores. Il suffit de penser à une pièce de séjour, dont la fonction est dynamique, et à une chambre à coucher, au caractère intime. Demandez-vous aussi si vous désirez vraiment que telle ou telle pièce soit en contact avec le vide. Le concept est peut-être magnifique aujourd’hui, mais n’oubliez pas que dans 10 ou 25 ans, vous devrez pouvoir continuer à vivre avec ce choix radical. Pour éviter de le regretter, prévoyez, par exemple, un hall de nuit que vous pouvez fermer, et ainsi isoler du vide, lorsque vous le souhaitez. La cuisine n’est pas non plus une pièce intéressante autour d’un vide car les bruits et les odeurs se répandent facilement dans toute la maison.

Il est nettement plus judicieux de relier entre eux – autrement dit autour du vide – des espaces de vie comme le coin TV, le salon, la pièce consacrée aux hobbys, le bureau… Mais si vous travaillez souvent à domicile, vous savez que les autres occupants ne sont pas nécessairement silencieux. Aussi, si votre bureau est en contact, via le vide, avec une pièce de vie, prévoyez idéalement une séparation acoustique, comme une paroi vitrée : vous conserverez le contact visuel tout en bloquant les bruits gênants.

Source : Je vais Construire

Le meilleur de Livios dans votre boîte aux lettres ?

Inscrivez-vous à la newsletter de Livios et recevez deux fois par semaine les dernières nouvelles dans le domaine de la construction et de la rénovation, des conseils utiles et des tonnes d'inspiration.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux