Réaliser soi-même les saignées pour l'électricité : le plan par étapes imparable

Des travaux sales, mais parfaitement réalisables. C'est pratiquement la réponse classique des bâtisseurs/rénovateurs lorsque vous leur demandez s'il est possible de réaliser soi-même les saignées pour l'électricité. Est-il si difficile de meuler et casser ? Jusqu'à ce que vous vous trouviez nez à nez avec un mur en blocs de maçonnerie … A l'aide, comment dois-je m'y prendre ? Nous avons demandé conseil à Jo Michiels de Selfmatic. Avec pour résultat ce plan par étapes imparable !

Ce qu'il vous faut pour commencer c'est un bon plan : dans quelle pièce, à quels endroits et combien il aura-t-il de prises, interrupteurs et points lumineux ?

Photo: Brainbox®  

Tracez les boîtiers d'encastrement au moyen d'un niveau.

Photo: Easykit  

Lorsque vous cimentez les boîtiers attention aux stries : celles-ci doivent toujours se trouver sur le côté ! Meulez toujours un espace plus grand que le boîtier en lui-même.

Pour meuler, vous disposez de plusieurs outils. Michiels préfère la meuleuse d'angle. "Investissez surtout dans une bonne lame."

Photo: Gamma Belgique  

L'opération de meulage est terminée ? Un burin et un marteau feront le reste.

Photo: Easykit  

Avant de reboucher les saignées, humidifiez-les. Le mortier adhèrera mieux.

Photo: Easykit  

Vos boîtiers d'encastrement sont bien fixés ? Passez aux câbles. Placez des restes de câbles dans la saignée pour fixer ceux-ci. Ils ne bougeront pas pendant le rebouchage.

Photo: Luminus  

Le plan commence par un plan

Notre plan commence par euh… un plan. Un aperçu du nombre de prises et à quels endroits dans quelles pièces. Aussi des endroits où vous placez les points lumineux et les interrupteurs. A moins d'être un as de la technique, décidez-en avec votre électricien ou fournisseur de matériel électrique. Ils connaissent les particularités du câblage de salle de bains et peuvent répartir de manière logique les différents circuits. Utilisez un plan de votre habitation sur lequel vous indiquez ces éléments pour chaque niveau. Si vous ne savez pas très bien quelles armatures lumineuses placer à quels endroits, vous pouvez toujours faire dresser un plan d'éclairage.

1. Tracer

Avec ce plan comme référence, tracez ensuite sur les blocs de construction les saignées et boîtiers. Ces derniers serviront à encastrer les prises et interrupteurs. Les saignées, quant à elles, serviront à encastrer les câbles. "Une craie peut faire l'affaire si vous construisez à sec, mais vos pastels gras préférés sont une meilleure solution”, dit Jo Michiels en plaisantant. "S'il pleut, pas de risque qu'elles s'effacent. Un feutre à alcool est aussi une option. Choisissez dans tous les cas une couleur qui contraste fort. Si vos traces se voient à peine, une fois qu'il y aura de la poussière, vous n'y verrez plus rien."

Commençons par les boîtiers d'encastrement...

  • Tenez compte de la hauteur finale de votre sol. Le nombre de centimètres nécessaires pour arriver à ce niveau se trouve sur le plan en coupe de vos plans de construction/rénovation. Attention : souvent, cette hauteur n'est pas identique à tous les étages. Au rez de chaussée, on prévoit souvent une couche isolante plus épaisse qu'à l'étage.
  • Dessinez les interrupteurs et prises partout à même hauteur.
  • Parfaitement de niveau ? Pour gagner du temps, utilisez une planche avec des points de référence.
  • C'est vous qui décidez bien entendu de la hauteur à laquelle vous encastrez vos boîtiers. En principe : 110 centimètres en dessous de l'interrupteur, pour une prise de contact 25 centimètres. Thermostats, écrans d'affichage et parlophones à 1,50 m.
  • Plusieurs boîtiers ? Les prises de contact se placent sur une ligne horizontale, les interrupteurs verticalement. Pour les premiers, un maximum de quatre et pour les derniers, trois.
  • Laissez suffisamment d'espace entre ceux-ci et les futures plinthes et chambranles de portes. Tenez compte également du sens d'ouverture de la porte en question.
  • Un boîtier d'encastrement mesure environ 8 cm sur 8. Un carré de 10 sur 10 suffit. L'espace libre sert par la suite pour faciliter le câblage.
  • Dessinez les carrés parfaitement de niveau. Vous pouvez par la suite corriger leur positionnement au moment du rebouchage, mais c'est une première étape pour obtenir des prises et interrupteurs bien droits.

... et terminons par les saignées

  • Jamais horizontales, toujours verticales ! En oblique uniquement si vous ne pouvez faire autrement.
  • A partir du boîtier, tracez une ligne droite vers le bas. Ou pour certains interrupteurs : vers le bas et vers le haut.
  • Une saignée mesure un peu plus de deux doigts. Prévoyez suffisamment d'espace pour un point d'intersection entre plusieurs câbles.
  • Plus d'une prise ? Réalisez une saignée vers la première et une vers la dernière, pour faciliter le raccordement.

2. Meuler et enlever de la matière

Enfilez le masque à poussière, pour commencer à meuler ! Il existe plusieurs outils pour réaliser cette tâche. Vous avez notamment le choix entre une meuleuse d'angle, une fraise murale ou une rainureuse … "Pour le bricoleur, une simple meuleuse de sous-marque suffit. La qualité de la lame est plus importante – je préfère une lame au diamant de 230 millimètres. Du matériel solide capable de creuser sur une profondeur suffisante", explique Michiels. "Une double lame ? Je ne trouve pas ça pratique. Elle se bloque souvent à cause des morceaux de briques qui se détachent. Et elle ne permet pas de creuser des trous pour les boîtiers."

Evitez le dégagement de poussière

Meuler produit des quantités de poussières. Certaines marques d'outillage y remédient en prévoyant un raccord pour aspirateur sur leurs outils. Autre option : une personne qui meule et une autre qui récolte la poussière avec un aspirateur industriel. Autre astuce du cru : humidifiez les murs quelques minutes avant le meulage avec un vaporisateur pour plantes. Cela aide aussi un peu. "Il n'y a pas de remède miracle", précise Michiels. "Si c'est possible, meuler toujours avant le placement des nouveau châssis." Autre bon conseil : un vêtement de travail à usage unique, de solides gants de travail, des lunettes de protection et des protections auriculaires sont indispensables.

  • Travaillez toujours en position stable.
  • Les boîtiers d'encastrement ne peuvent dépasser de plus d'un demi-centimètre le plan du mur. Creuser de préférence trop profondément plutôt que trop à l'étroit.
  • Pour les saignées, prévoyez environ deux doigts d'épaisseur.
  • Creusez davantage au centre où cela se casse plus facilement.
  • Vous pouvez traverser l'étanchéité.
  • Enlevez de la matière avec un marteau et un burin.
  • Brossez ou aspirez bien après. Le mortier n'adhère pas bien sur des surfaces poussiéreuses.

 3. Reboucher

Bonne nouvelle : la partie la plus sale du travail est faite. Il faut maintenant dérouler, fixer et reboucher. "Il est important que tout soit bien fixé, de manière à ce que rien ne glisse ou ne se détache pendant le rebouchage final de la saignée."

Les boîtiers d'encastrement

  • Assemblez le nombre de boîtier souhaités.
  • Dégagez les passages pour les gaines dans les boîtiers.
  • Idem pour les manchons intermédiaires. Vous devrez pouvoir passer d'un boîtier à l'autre.
  • Préparez un mélange à base de mortier. Il existe des sacs de mortier prêt à l'emploi. Faites attention au temps de mise en œuvre. Pour les boîtiers, vous pouvez également utiliser du mortier-colle pour plaque de plâtre.
  • Humidifiez la surface avec un vaporisateur pour plantes ou avec une brosse à main et un seau d'eau.
  • Etalez le mortier avec une truelle contre les bords droit et gauche de la saignée. Projetez ensuite du mortier au centre de la saignée et le tour est joué. Placez les boitiers de niveau.
  • Veillez à ne pas boucher les trous pour le passage des câbles. Sinon, vous devrez les rouvrir par la suite.

Le câblage

  • Déroulez les câbles et fixez-les en insérant des goulottes avec tire-câble dans la saignée.
  • Entre la saignée et le sol, placez un bloc de construction sur le câble.
  • Préparez une bassine de mortier ou un mortier prêt à l'emploi.
  • Ici aussi humidifiez avant.
  • Rebouchez la saignée. La surface peut être irrégulière. Le plafonnage adhèrera mieux.
  • Ne rebouchez pas la saignée au-delà d'un centimètre en haut en bas de la membrane d'étanchéité.
  • Fixez les câbles au sol. Ils ne bougeront pas pendant le coulage de la chape ou du matériau isolant. Utilisez des bandes métalliques perforées pour plusieurs câbles, du câble nylon pour un seul câble. Ou fixez-les aux tuyaux de gaz, d'eau ou d'évacuation.

Et encore les boîtiers

Ultime étape ! Les boîtiers d'encastrement sont solidement fixés ? Vous pouvez réaliser leur finition. Mettez un peu de mortier sur la lèvre du joint et pressez-le à l'aide d'un tire-joint. Veillez à ce que les joints soient bien rebouchés partout – votre plafonneur vous en sera reconnaissant. Voila, le travail est terminé !

Produits

Rénovation facile avec  coupole en verre iWindow Flex

Skylux

Rénovation facile avec coupole en verre iWindow Flex

Le show-room Niko : découvrez l'habitation intelligente

Niko Home Control

Le show-room Niko : découvrez l'habitation intelligente

Une collection d’intérieur et d’extérieur brillante qui ne passe pas inaperçue

kreon

Une collection d’intérieur et d’extérieur brillante qui ne passe pas inaperçue

LivingLight, un vaste choix de plaquettes de recouvrement décoratives

BTicino

LivingLight, un vaste choix de plaquettes de recouvrement décoratives