livios logo

Illuminer votre jardin ? Les principaux points d’attention

Lorsque les jours sont plus courts, créez une ambiance agréable dans votre jardin grâce à l’éclairage extérieur. Rien ne vous retient d’installer vous-même des luminaires ou d’autres installations. Cependant, il faut respecter plusieurs règles spécifiques qui vous garantiront un résultat techniquement correct et sécurisé. Nous vous énumérons les principaux points d’attention.

L’adaptation ou l’extension du réseau électrique dans la maison ou au jardin semble facile à réaliser. Attention toutefois : vous ne pouvez pas installer des prises ou lampes supplémentaires au départ d’une prise existante, sans autre forme de procès. De plus, dès que vous le faites à l’extérieur, vous devez tenir compte de quantité d’autres éléments. En effet, en présence d’humidité, l’électricité est dangereuse car elle présente un plus grand risque de court-circuit, d’incendie ou d’électrocution.

1. Faites un plan

L’essentiel, c’est de savoir ce que vous voulez. Démarrez avec un plan d’éclairage : dessinez un plan sur lequel vous indiquez le type de lampe ou d’effet lumineux que vous souhaitez à tel ou tel endroit et les éventuels autres appareils électriques que vous envisagez d’installer, aujourd’hui ou plus tard. Il est important de noter sans attendre la puissance nécessaire pour ces différents appareils. Surtout si vous avez, parmi eux, de gros consommateurs, comme un chauffage de terrasse. Déterminez par la même occasion les éléments d’éclairage et/ou prises que vous souhaitez allumer ou éteindre simultanément ou séparément. Utilisez à cet effet des codes de couleur. Vous aurez ainsi un bon aperçu et découvrirez aisément les circuits pouvant être rassemblés sur un seul et même câble.

Si un circuit se compose uniquement de points lumineux, le nombre de points est illimité. En revanche, s’il contient aussi des prises, vous ne pouvez pas avoir plus de huit prises et points lumineux sur ce même circuit. Tirez ensuite des lignes représentant les câbles électriques qui vous permettront de mettre en œuvre la situation telle que représentée sur le plan. Vous ne devez d’ailleurs pas tirer un câble pour chaque lampe au départ du coffret à fusibles. Même des circuits distincts peuvent être pilotés avec un même « câble principal », à condition de prévoir un embranchement. Ne laissez donc pas les câbles d’alimentation déterminer la position des armatures d’éclairage mais faites l’inverse.

lampes de jardin lumière

Photo Delta Light® nv
  

lampes de jardin lumière

Photo Delta Light® nv
  

2. Prévoir des câbles

La puissance totale des lampes et/ou appareils par circuit, de même que la distance du coffret à fusibles jusqu’au « consommateurs finaux », déterminent le câble ou plutôt la section du câble qu’il vous faudra. Dans la plupart des cas, il s’agira d’un câble d’une section de 2,5 mm2. Un câble de 1,5 mm2 suffira si vous n’avez que de l’éclairage sur le circuit. Adressez-vous à un installateur ou au spécialiste du magasin.

Il s’agira souvent d’un câble EXVB (noir) ou XVB (gris). Ces câbles relativement souples réclament un minimum de protection. Un câble enterré doit être enfoui à au moins 60 cm de profondeur et glissé dans une gaine de protection. Pour ce faire, on utilise généralement une gaine flexible rouge et annelée.

Calculez largement vos besoins en câbles et gaines de protection. Comptez 10 % de plus pour de courtes distances, et 5 % pour des longueurs supérieures à 10 mètres. Le câble doit sortir du sol le plus verticalement possible, à hauteur de chaque raccordement, puis redescendre pour se diriger vers le point de raccordement suivant. Pour pouvoir travailler à l’aise, la boucle doit au moins dépasser de 40 cm hors du sol. Cela signifie donc 60 cm sous terre, 40 cm hors sol, 40 cm pour redescendre jusqu’au sol et encore 60 cm sous terre, soit un total de 2 mètres par point de raccordement.


© Marc Verachtert  


© Marc Verachtert  

3. Réaliser des jonctions en toute sécurité

Chaque câble compte de trois à cinq conducteurs distincts. Ce sont, de manière standard :

  • le fil de mise à la terre : jaune-vert ;
  • un fil qui amène le courant (le conducteur de phase) : rouge, brun, noir ou gris ;
  • un fil qui évacue le courant (le conducteur neutre) : bleu.

Si vous devez coupler deux ou plusieurs câbles en sous-sol, cela doit se faire de façon parfaitement étanche à l’eau. En effet, l’eau a la fâcheuse habitude de pénétrer partout. Elle provoque par conséquent des courts-circuits et/ou des coupures de courant. Choisissez dans ce cas une boîte de dérivation dans laquelle vous couplerez les fils, et remplissez ensuite le tout d’une résine qui durcit rapidement. L’eau n’aura alors aucune prise.

Si l’installation est entièrement hors sol, les choses sont plus simples. Cela dit, il vous faut quand même protéger les conduites avec une « gaine extérieure ». Il s’agit généralement d’une gaine en matière synthétique dure. Pour relier les câbles entre eux, utilisez une simple boîte de dérivation, dans laquelle vous fixerez les gaines ou câbles avec les presse-étoupes fournis en accompagnement. En procédant de la sorte, vous assurez une fixation très solide et vous préservez simultanément la boîte de dérivation de la condensation, de la saleté et des insectes.

Indice d’étanchéité IP

Les boîtes de dérivation, les prises, les interrupteurs, les lampes… portent un indice IP, qui indique à quel endroit vous pouvez les utiliser. Cet indice se compose de deux chiffres. Le premier indique dans quelle mesure l’élément est protégé contre la poussière et les corps solides ; le second correspond au degré d’étanchéité à l’eau. Un produit affichant un indice IP23 est par exemple étanche à l’eau de pluie. Avec un indice IP44, le produit est étanche aux projections d’eau ; avec un indice IP55, il est protégé contre les jets d’eau ; et avec un indice IP67, il est véritablement étanche à l’eau. Les appareils de classe IP23 et IP44 peuvent être utilisés sous un auvent. La classe IP44 convient même pour une installation en plein air, à l’instar des classes IP55 et IP67. Si vous souhaitez intégrer des spots au sol, vous devrez opter pour des produits IP67.

 

SVKSVK-LobbesColormatScriptos402slates403storms401JasmineJeroenGijselinckxPhotography041

Photo SVK
© Jeroen Gijselinckx Photography  

4. L’utilité des prises

Bon nombre d’armatures d’éclairage sont vendues avec un câble électrique moulé, y compris la fiche. N’y touchez surtout pas. Si vous y touchez, vous risquez de perdre la garantie sur l’appareil. En outre, cela vous permet de les raccorder aisément à une prise. Vous avez l’impression de gaspiller votre argent en prévoyant des prises pour les éléments d’éclairage ? C’est loin d’être le cas. Si vous êtes confronté à une perte de courant ou à un court-circuit, vous pouvez débrancher les appareils d’éclairage un par un et trouver ainsi le défaut. Si cela ne suffit pas, vous devrez déconnecter tous les câbles et mesurer la tension en différents endroits.  

En outre, vous pouvez utiliser les prises à d’autres fins : le taille-haie, l’éclairage de Noël, un spot supplémentaire… jusqu’à une rallonge à l’aide de laquelle vous pourrez amener le courant plus loin dans le jardin, via une prise de jardin supplémentaire sur pique ou potelet, et créer de nouvelles possibilités de raccordement.

5. Allumer et éteindre facilement

Reste bien sûr à allumer et éteindre les divers circuits et/ou lampes et appareils, de préférence avec un minimum d’efforts. Placez les interrupteurs à proximité d’un endroit où vous passez fréquemment. Interrogez éventuellement l’installateur sur les possibilités d’une commande sans fil ou à l’aide de détecteurs de mouvement ou d’une combinaison d’un interrupteur crépusculaire et d’une horloge astronomique. Vous pouvez en principe piloter les différents circuits sur la base d’un calendrier et compléter chacun de ces systèmes avec un simple interrupteur on/off.

Si vous avez oublié d’intégrer ces petites astuces dans votre installation, pas de soucis. Vous trouverez, tant dans les magasins spécialisés que dans des magasins de bricolage, des programmateurs hebdomadaires, des interrupteurs crépusculaires et des capteurs que vous pourrez brancher sur n’importe quelle prise. N’oubliez toutefois pas de vérifier leur indice IP.


© Signify  

éclairage extérieur


© Signify  


© Signify  

6. Effets lumineux

Venons-en au point d’orgue de l’installation extérieure : les éléments d’éclairage. Pour cela, optez résolument pour un éclairage LED qui vous garantit à la fois une belle lumière et des économies d’énergie. Lors du choix des armatures et des lampes, l’intensité lumineuse et la température de couleur peuvent s’avérer décisives. L’intensité lumineuse est exprimée en lumens (lm). Il y a des armatures de 100 lm pour les petites touches de lumière et on va jusqu’à des projecteurs de 5 000 lm pour éclairer les grands arbres. La température de couleur est exprimée en kelvins (K). Une température de couleur de 2 700 K procure une lumière blanche chaleureuse. Si vous souhaitez que le rayon de lumière arrive très loin ou si vous voulez mettre en exergue des arbres ou des plantes, mieux vaut opter pour du 3 000 K. Il est possible d’aller au-delà, jusqu’à 6 500 K, ce qui correspond à une lumière très blanche, qui dégage toutefois une ambiance trop froide pour le jardin.

7. Raccorder l’installation

Finalement, vous devez raccorder votre nouvelle installation au coffret à fusibles en prévoyant un fusible propre au circuit extérieur et une protection différentielle (ou un disjoncteur) de 30 mA. Cela relève de la technique et mieux vaut ne pas le faire soi-même.

N’oubliez pas de demander une nouvelle certification après avoir adapté votre installation électrique. Quelqu’un viendra sur place et contrôlera si votre installation est conforme au règlement général sur les installations électriques (RGIE) et si elle est réalisée selon les règles de l’art. Le rapport a une validité de 25 ans, à moins que vous n’effectuiez d’autres modifications (importantes) à votre installation électrique. Conservez-le avec vos papiers d’assurance.

Source : Je vais Construire

En collaboration avec

Découvrez tous les partenaires

Ce site web est sécurisé par reCAPTCHA et le politique de confidentialité et conditions générales d’utilisation de Google s’appliquent.

track

http://www.livios.be/fr/info-construction/finitions/eclairage/types-declairage/illuminer-votre-jardin-les-principaux-points-dattention/