Que coûte un poêle à pellets ? De l'appareil à l'entretien

L’ambiance d’un poêle à bois combiné au confort d’un chauffage central : pas étonnant que de nombreuses personnes succombent au charme d’un poêle à pellets. Mais vu l’éventail de l’offre, il est important de déterminer le budget que vous souhaitez y consacrer. Wim Vanlede de chez Stroomop souligne les points d’attention à garder à l’esprit.

Déterminant pour le prix : le matériau pour le foyer.

Photo: Stroomop  

1. L’appareil : de 1.500 à 5.500 euros (hors TVA)

Une fourchette de prix gigantesque. « Cela vient de la grande différence dans le matériau pour le foyer, allant du plus simple au haut de gamme » explique Wim. Il distingue trois niveaux de qualité :

  • Une tôle d’acier en combinaison avec de la fonte : de 1.500 à 2.300 euros
  • La fonte avec la brique réfractaire : de 2.300 à 3.500 euros
  • La brique réfractaire avec de la vermiculite : de 3.500 à 5.500 euros

Durée de vie

« Un appareil en acier vivra entre 10 et 15 ans ; Si vous payez plus, celle-ci peut aller jusqu’à 25 ans. Je conseille généralement d’y consacrer plus de 2.500 EUR. Logique : pour un foyer à bois classique, vous payez entre 1.000 et 3.000 euros, tandis qu’un poêle à pellets électronique et sophistiqué contient un système de brûlage complexe. »

Bruit, efficacité et confort

Trois autres raisons d’y consacrer une somme plus importante : moins de bruit, plus de rendement et plus de confort. « Les modèles à bas prix font partie d’une classe de bruit 3 : outre la combustion, vous pouvez entendre le ventilateur pour air chaud et le moteur de l’hélice. Dans une classe 2, le moteur fait moins de bruit. À partir de 3.500 euros, vous êtes dans la classe de bruit 1 : sans soufflerie, sans bruit de combustion et avec un moteur suffisamment silencieux. L’utilisation se veut aussi plus intuitive, avec un écran tactile à la place de boutons. »

Trois raisons d’y consacrer une somme plus importante : moins de bruit, plus de rendement et plus de confort.

Photo: SAEY-Home-Garden  

2. Installation : de 150 jusqu’à plus de 900 euros

« Les frais d’installation varient fortement » indique Wim Vanlede. 

  • De 150 à 500 euros : situation existante, seul le poêle est changé, le tuyau de cheminée reste le même.
  • De 600 à 900 euros : situation dans laquelle un tuyau flexible en acier inoxydable doit être placé dans la cheminée.
  • À partir de 900 euros : il n’y a ni cheminée ni extracteur d’air. Une nouvelle tuyauterie en inox ou en acier doit être placée et un apport d’air doit être prévu pour la combustion.

3. Entretien : de 90 à 180 euros

Les coûts d’entretien varient entre 90 et 180 euros. « Nous le conseillons certainement la première année. Ensuite, les utilisateurs peuvent s’acquitter de la tâche eux-mêmes. Le ramonage de la cheminée coûte de 50 à 90 euros par an », toujours selon Wim Vanlede.

4. Frais d’utilisation : de 240 à 1.100 euros par an

Les pellets coûtent de 4,8 à 5,5 cents par kWh. En supposant une consommation annuelle moyenne de 5.000 à 20.000 kWh, vous payerez donc au moins 240 euros et au maximum 1.100 euros par an.

Achetez malin : achetez en été

Wim Vanlede donne un conseil d’achat malin supplémentaire. « Les scieries fonctionnent à plein régime en avril. Les excédents apparaissent donc en été. C’est à ce moment que vous effectuez le meilleur achat. »

Les pellets coûtent de 4,8 à 5,5 cents par kWh.

Photo: Viessmann Belgium SPRL  

5. Conclusion

Que coûte un poêle à pellets ? Au total, environ 5.000 euros (hors tva).

Appareil 3.500 euros
Installation 525 euros
Entretien 135 euros
Pellets 670 euros
Total 4.830 euros