livios logo

Toiture sarking : une solution idéale en rénovation

Vous aimeriez isoler ou rénover votre toiture sans devoir renouveler la finition intérieure ? La toiture sarking est la solution qu’il vous faut ! En quoi la méthode est-elle intéressante ?

Rénovation

Une rénovation de toiture se déroule généralement comme suit : un couvreur renforce d’abord la structure existante, place une sous-toiture et pose une nouvelle couverture au choix. L’isolation se fait ensuite par l’intérieur, à l’aide de matelas ou de panneaux isolants que vous appliquez entre les chevrons ou les fermes ou par-dessous, et que vous recouvrez ensuite d’un pare-vapeur pour empêcher l’humidité provenant de l’intérieur de pénétrer dans l’isolation ou la structure du toit. Enfin, on termine par la finition intérieure, à l’aide, par exemple, de plaques de plâtre ou de lambris de bois.

Cette méthode comporte toutefois quelques inconvénients dont le premier est que, s’il existe déjà une finition intérieure, il faut démonter celle-ci et la refaire ensuite. Le deuxième inconvénient est la place que prend la couche d’isolation. Au vu des exigences actuelles en matière d’énergie et de confort, 15 à 20 cm d’épaisseur n’ont rien d’exceptionnel. Dans la plupart des cas, les chevrons ou les fermes ne sont pas suffisamment épais, ce qui nécessite un travail de charpenterie supplémentaire permettant de fixer l’isolant. On perd donc de l’espace à l’intérieur de la maison.

batibouw 2019 recticel

L'inconvénient de la méthode classique est la place que prend la couche d’isolation. Au vu des exigences actuelles en matière d’énergie et de confort, 15 à 20 cm d’épaisseur n’ont rien d’exceptionnel.

Photo Recticel Insulation
  

isolateiplaat-sarking-2

Vous n'aimeriez pas renouveler la finition intérieure ou perdre l’espace à l’intérieur de la maison ? La toiture sarking est la solution qu’il vous faut !

Photo Unilin Insulation
  

Toiture sarking

Il existe toutefois une solution pour éviter ces deux inconvénients majeurs : la toiture sarking. Elle implique que l’isolation – sous forme de panneaux rigides – soit fixée du côté extérieur, par-dessus la charpente existante. C’est sur ces panneaux que seront posés les éléments de couverture. En théorie, le couvreur ne doit donc même pas entrer dans la maison.

La méthode sarking traditionnelle

De l’intérieur vers l’extérieur, une toiture sarking traditionnelle se compose comme suit : plancher de toiture, pare-vapeur étanche à l’air, isolation, sous-toiture, couverture.

  • Plancher de toiture : au-dessus de la charpente, on pose un plancher de toiture composé de panneaux d’aggloméré ou de panneaux OSB. Ils permettent de disposer d’un support plat pour la suite de la construction.
  • Pare-vapeur étanche à l’air : cette membrane assure l’étanchéité à l’air de la toiture et empêche l’humidité de pénétrer dans la charpente depuis l’intérieur ; idéalement, elle devra être raccordée, au niveau de la rive du toit, à l’étanchéité à l’air des éléments contigus tels que les murs latéraux.
  • Panneaux d’isolation : les panneaux rigides en PUR ou en PIR sont les plus appropriés ; pour garantir l’étanchéité à l’air et au vent, mais aussi la qualité physique du bâtiment, il est conseillé d’installer un pare-vapeur étanche à l’air sous les panneaux d’isolation.
  • Sous-toiture : la sous-toiture (membrane ou panneaux perméables à la vapeur et étanches à l’air) protège contre la pluie, les chutes de neige légères et la poussière, tout en contribuant à l’étanchéité à l’air. Il est donc important que les joints entre les différents éléments (lés ou panneaux) soient parfaitement étanchéifiés à l’aide de ruban adhésif. Conseil : certains panneaux isolants sont déjà dotés d’une membrane de sous-toiture sur une face. Cela facilite le travail du couvreur qui peut ainsi assurer l’étanchéité à l’eau et à l’air en un seul geste.
  • Couverture : c’est sur la sous-toiture que viennent les lattes et les contre-lattes, sur lesquelles on fixe ensuite la couverture. Le choix du matériau est identique à celui dont vous disposez pour une toiture traditionnelle : tuiles, ardoises, zinc…
la Batibouw King durée 2016

De l’intérieur vers l’extérieur, une toiture sarking traditionnelle se compose comme suit : plancher de toiture, pare-vapeur étanche à l’air, isolation, sous-toiture, couverture.

Photo Kingspan Insulation N.V.
  

Toit d'isolation de toit isolant L-Ments

C’est sur la sous-toiture que viennent les lattes et les contre-lattes, sur lesquelles on fixe ensuite la couverture : tuiles, ardoises, zinc…

Photo Recticel Insulation
  

La toiture sarking prête à l’emploi

Il existe aussi des éléments de toiture autoportants prêts à l’emploi. Avec ces panneaux dotés d’une âme isolante en PUR ou en PIR, il suffit d’une seule opération pour réaliser la structure porteuse, l’isolation, l’étanchéité à l’air et à la vapeur, ainsi que le lattage pour la couverture. Ces éléments se posant perpendiculairement aux pannes horizontales, la présence de fermes ou de chevrons n’est pas nécessaire. De plus, on peut directement y fixer les tuiles, les ardoises ou tout autre matériau de couverture. Cette méthode est particulièrement intéressante lorsqu’il s’agit de remplacer quasiment toute la toiture. En revanche, si la charpente existante, chevrons ou fermes compris, est encore en bon état, la méthode sarking traditionnelle sera plus indiquée.

Le grand avantage des éléments de toiture isolants est le gain de temps. Au lieu des quelques semaines nécessaires à la construction d’une charpente entièrement neuve, les travaux durent au maximum cinq jours et le risque de malfaçons est beaucoup plus limité. De la même manière que dans la méthode traditionnelle, le bouclier isolant continu au-dessus des pannes élimine le risque de ponts thermiques. Les éléments de toiture isolants prêts à l’emploi sont plus chers mais, pour comparer valablement les différentes solutions, il faut prendre en compte le gain de temps, et donc le coût réduit de la main-d’œuvre.

Éléments de toit d'isolation de toit

Il existe aussi des éléments de toiture autoportants prêts à l’emploi. Le grand avantage est le gain de temps.

Photo Recticel Insulation
  

feuille d'isolation sous-toiture

La pose d’une toiture sarking nécessite d’ajuster de nombreux détails. L’architecte ou le couvreur déterminera le meilleur détail de finition à mettre en œuvre.

Photo Unilin Insulation
  

Points d’attention

1. Permis d’urbanisme

Si vous optez pour une toiture sarking, c’est probablement parce que vous souhaitez une isolation renforcée répondant aux normes énergétiques les plus strictes. Sachez toutefois que cette méthode entraîne une rehausse de la toiture, ce qui nécessite un permis d’urbanisme. C’est également le cas pour les interventions structurelles, telles que le remplacement des pannes ou des chevrons. Ces travaux pourraient, par ailleurs, être l’occasion d’installer de nouvelles fenêtres de toit… pour lesquelles il faut également un permis.

2. Adaptations

La pose d’une toiture sarking (la méthode traditionnelle en particulier) nécessite d’ajuster de nombreux détails. L’architecte ou le couvreur déterminera le meilleur détail de finition à mettre en œuvre. Des adaptations sont également nécessaires au niveau des gouttières et des éventuels raccords avec les maisons mitoyennes et la cheminée. Si l’ancienne cheminée n’est plus utilisée – ce qui est souvent le cas lorsqu’il y a une chaudière gaz à condensation ou une pompe à chaleur –, vous pouvez envisager de la démolir. Les fenêtres de toit existantes doivent être surélevées pour se trouver dans le même plan que la toiture. Néanmoins, il faudra probablement les remplacer car il est peu probable qu’elles répondent aux exigences les plus récentes en matière d’isolation ; elles risquent donc de former des ponts thermiques dans la toiture.

3. Isolation acoustique

Les panneaux d’isolation rigides d’une toiture sarking sont de moins bons isolants acoustiques que les matériaux d’isolation souples comme la laine minérale. Pour les chambres sous toit, prévoyez une couche d’isolation acoustique supplémentaire à l’intérieur. Si vous optez pour des éléments de toiture prêts à l’emploi, sachez qu’il en existe des versions acoustiques.

Quel budget ?

Pour ce qui est des matériaux, une toiture sarking – traditionnelle ou sous forme de panneaux autoportants – coûte plus cher qu’une isolation classique par l’intérieur. Mais ne vous arrêtez pas à ce premier constat car d’autres facteurs interviennent dans la comparaison – notamment l’absence de nouvelle finition intérieure. Demandez conseil à votre architecte afin de choisir en connaissance de cause.

Source : Je vais Construire  

En collaboration avec

Découvrez tous les partenaires

Ce site web est sécurisé par reCAPTCHA et le politique de confidentialité et conditions générales d’utilisation de Google s’appliquent.

track

http://www.livios.be/fr/info-construction/gros-oeuvre/isolation/isolation-du-toit/toiture-sarking-une-solution-ideale-en-renovation/