livios logo

10 astuces sur le collage des briques de parement

Depuis quelques années déjà, la tendance est aux joints minces. Nous voulons voir la brique plus que le joint. Le collage constitue, à cet égard, la solution idéale. Voici dix choses à savoir sur cette technique.

1. 8 % de joints

Les joints occupent 20 % de la surface d’une façade maçonnée de manière traditionnelle. Dans une façade collée, ils n’en occupent que 8 %. On voit donc principalement la brique, ce qui confère un aspect unique à la façade. À l’inverse d’une maçonnerie classique, la couleur de la brique n’est pas altérée par celle des joints et détermine à elle seule le look de la façade.

2. Un vieillissement moins rapide

Les mousses et les algues salissent traditionnellement les joints et se propagent ensuite sur les briques. Dans les façades collées, le joint n’est pas visible, ou à peine. Ce joint en retrait est dès lors moins exposé aux éléments naturels et vieillit moins vite. Votre façade paraîtra donc moins vite sale. Vous pouvez naturellement nettoyer les joints classiques en les grattant et en rejointoyant la façade. Malheureusement, cette opération est coûteuse. Une façade collée vous évite cette dépense.

VandersandenRega1

Photo Vandersanden
  

collage Terca

Photo Terca
  

3. Un ensemble plus solide

Les constructeurs choisissent souvent des briques de parement comme parachèvement pour les façades, même en combinaison avec des méthodes de construction plus légères telles que la construction en ossature bois, le CLT… De ce fait, certains éléments de construction comme les linteaux au-dessus des fenêtres et des portes ne peuvent pas toujours être soutenus par le mur porteur intérieur. Dans une façade maçonnée traditionnellement, c’est le joint entre les briques qui constitue l’élément le plus faible. Dans une façade collée, le point faible, c’est la brique elle-même.

La façade collée est dès lors jusqu’à trois fois plus solide. Si l’on a des ouvertures de façade raisonnables, les briques collées peuvent dès lors servir d’éléments constructifs, sans prévoir de support supplémentaire tel qu’un linteau en béton ou en acier. De plus, la coulisse du mur creux peut être beaucoup plus étroite. En effet, si le professionnel ne fait que coller les briques ensemble, la colle ne débordera pas. Ce risque est plus important quand on utilise du mortier.

4. Quasiment pas d’efflorescences

La colle est très hydrophobe. Du coup, la façade est pour ainsi dire insensible aux efflorescences qui surviennent souvent suite à l’utilisation d’un mauvais ciment. Du sable sale ou de l’eau polluée peuvent en effet laisser des efflorescences de sel sur la façade après le séchage. Vous n’aurez pas ce souci avec le collage.

5. Plus ergonomique

Nous l’oublions parfois, mais les techniques de collage ont d’abord été inventées pour rencontrer les souhaits du professionnel. En utilisant des pistolets à colle, il ne doit plus porter de seaux de ciment, ni se pencher sans cesse.

VandersandenWapperSnowdust2

Photo Vandersanden
© Wapper Snowdust  

Façade de WienerbergTerca

Photo Terca
  

6. Délai de construction plus court

Une façade collée ne doit plus être rejointoyée, ce qui réduit la durée des travaux. Vous louez un échafaudage ? Vous devez bloquer la rue ou le trottoir ? Cela aussi sera moins long ! C’est d’ailleurs pour cette raison que bon nombre de promoteurs immobiliers optent pour cette méthode de travail.

7. Délai de séchage plus court

Les colles durcissent plus vite que le mortier. Elles sont dures après environ 24 heures. Cela permet de poser plus vite des linteaux – qui restent nécessaires pour les grandes baies de façade – et de retirer plus vite les étançons. Attention toutefois en cas de pluie et de températures inférieures à 5 °C. Il faut alors protéger le collage frais. En cas de gel, à l’instar de la maçonnerie classique, le travail est à l’arrêt.

8. Pas plus simple

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le collage de briques de parement n’est pas plus simple que la maçonnerie classique. Il faut plutôt le voir comme une spécialisation de la maçonnerie classique. Une personne qui ne maîtrise pas les méthodes de base ne pourra pas non plus réaliser une belle façade collée.

Vandersanden Groupe bis 2017

Photo Vandersanden
  

Façade Wienerberger TercaDesimpelWB-2019A-Putte-011

Photo Terca
  

9. 30 % plus cher

Même plus de vingt ans après son développement, le collage reste quelque 30 % plus cher que la maçonnerie et le jointoiement classiques. Le mortier-colle est sensiblement plus cher que le traditionnel mortier gris. La réalisation est également plus chère. En effet, il vous faut plus de briques puisque le joint est plus mince. Le prix a cependant beaucoup diminué ces dernières années, pour deux raisons. D’abord, parce qu’il y a davantage de fournisseurs de colles et donc plus de concurrence sur le marché. Ensuite, parce que les entrepreneurs se sont familiarisés avec cette nouvelle méthode, ce qui réduit le prix de la mise en œuvre.

10. Pas récupérable

Le mortier-colle est plus solide qu’un mortier classique. Par conséquent, il est impossible de dissocier les briques par la suite. Il est dès lors difficile de les récupérer, comme cela se fait dans les vieilles maisons. Le collage n’est donc pas la solution la plus adéquate en matière de construction circulaire.

Source : Je vais Construire

En collaboration avec

Découvrez tous les partenaires

Ce site web est sécurisé par reCAPTCHA et le politique de confidentialité et conditions générales d’utilisation de Google s’appliquent.

track

http://www.livios.be/fr/info-construction/gros-oeuvre/murs/facade/10-astuces-sur-le-collage-des-briques-de-parement/