livios logo

Rénover : plafonnage en bon état ?

Votre intérieur dépend de la qualité du plafonnage. Lors d’un projet de rénovation, vérifiez donc toujours que le plafonnage est en bon état. Pour rénover un plafonnage, vous avez le choix entre une nouvelle couche de plafonnage humide ou une finition sèche avec des plaques de plâtre.

En bon état ?

Lors d’un projet de rénovation, vérifiez toujours que le plafonnage est en bon état en veillant aux points suivants : 

  1. Passez votre main pour vérifier que le plafonnage est sec. Au toucher, il ne peut être froid, ni humide. Attention : il se peut que le plafonnage soit froid, mais quand même en bon état. Mais dans ce cas, il s’agit d’un enduit de ciment.
  2. Frappez la couche de plafonnage avec votre main pour vérifier son adhérence. Un bruit creux indique qu’il y a un problème.
  3. Frottez la surface du plafonnage. Le plafonnage ne peut pas fariner, car il sera pratiquement impossible de peindre la surface.
  4. Pressez le plafonnage avec votre doigt. En principe, votre doigt ne peut pas s’enfoncer, car cela signifie alors que le plafonnage n’est pas suffisamment dur.

Enlever 

Si la qualité du plafonnage laisse à désirer, vous allez devoir l’enlever pour appliquer ensuite une nouvelle couche de finition. Utilisez pour ce faire burin et marteau… et de l’huile de coude. Si votre plafonnage est irrégulier et présente des trous et rugosités, il n’est pas utile de le replafonner entièrement. Ni de le poncer car vous risquez de ne pas obtenir une surface parfaitement égale. Le mieux à faire est d’appliquer une nouvelle fine couche de plafonnage de 1 à 3 mm (en fonction des irrégularités) sur le plafonnage existant. Pour ce faire, il existe dans le commerce des enduits spéciaux.

Lors d’un projet de rénovation, vérifiez toujours que le plafonnage est en bon état.


  

Si la qualité du plafonnage laisse à désirer, vous allez devoir l’enlever.

Photo Gyproc
  

Pour la nouvelle couche de finitions, vous avez deux options : un plaffonage humide ou sec.

Photo Ytong
  

Plafonnage humide ou plafonnage sec ?

Pour la nouvelle couche de finitions, vous avez deux options : un plaffonage humide ou sec. Le plâtrage humide exige une bonne dose de savoir-faire. De plus, vous ne pouvez pas interrompre le travail aussi facilement, car le mortier préparé doit être posé en une seule fois. Pour les personnes qui construisent eux-mêmes leur maison et y consacrent leur temps après leur journée de travail, c’est une méthode qui n’est donc pas intéressante.

Une finition sèche avec des plaques de plâtre a l’avantage de ne nécessiter que très peu d’eau et donc de ne pas exiger de (longs) temps de séchage, contrairement au plafonnage humide. Autrement dit, vous pouvez réaliser la finition des murs directement. Un autre avantage des plaques de plâtre est que leur mise en œuvre est une tâche que vous pouvez facilement réaliser vous-même (avec l’aide éventuel d’une autre personne). Par conséquent, elles permettent aussi de substantielles économies.

Isolation 

Si vous réalisez la finition intérieure à l’aide de plaques de plâtre, vous pouvez profiter de l’occasion pour renforcer l’isolation en plaçant un isolant entre le mur et la plaque de plâtre. Ceci représente une énorme plus-value surtout dans les anciennes maisons dont le niveau d’isolation est généralement faible. 

9 choses à savoir sur travaux de plafonnage


https://www.livios.be/fr/info-construction/gros-oeuvre/murs/travaux-de-plafonnage/renover-plafonnage-en-bon-etat/