Post-isoler un mur creux : les 4 plus grands "flops"

Remplir le mur creux avec un matériau isolant est une façon rapide d'isoler une ancienne habitation. Au travers de trous percés dans le mur extérieur, le matériau isolant est injecté dans le creux. Cela paraît simple, mais il faut pourtant tenir compte des aspects importants suivants. Hendrik Snauwaert (Isolteam) et Luc Schoonjans (Pluimers) mettent le doigt sur les plus grossières erreurs.  

1. Post-isoler une façade qui ne résiste pas au gel

Une isolation du creux est exclue dans le cas de façades non résistantes au gel, précise d'emblée Snauwaert. “Certains matériaux de façade peut provoquer des dégâts de gel. Comme un mortier à base de sable très sensible au gel, comme le sable jaune. Dans un mur creux non isolé, la façade est chauffée de l'intérieur vers l'extérieur et protégée contre le gel. Après isolation du creux, la façade ne profite plus de cette chaleur venant de l'intérieur et est exposée au gel. L'humidité du mortier à base de sable jaune peut geler et gonfler, provoquant des dommages à la façade.”

Certaines briques sont recouvertes d'émail, si bien qu'elles ne peuvent pas respirer, met en garde Hendrik Snauwaert. “Dans ce cas aussi, vous risquez des dégâts dus au gel si l'eau pénètre dans la brique de façade au travers des joints. En raison de la couche d'émail sur les briques, ces dernières ne sèchent pas suffisamment vite et risquent de geler et de se fendre. Il en va de même des façades peintes : une vieille peinture étanche à la vapeur empêche à la brique de respirer, ce qui entraîne des dégâts de gel.”

2. Ne pas inspecter le creux au préalable

“Le creux doit avant tout et surtout être suffisamment large pour être isolé.”, avertit Snauwaert. “Il doit être de 50 mm au minimum. Avec certains matériaux, il est possible techniquement d'isoler à partir d'un creux de 35 à 40 mm, mais dans certains cas, vous ne bénéficiez d'une prime qu'à partir de 50 mm.”

Luc Schoonjans ajoute : “Pendant la construction de l'habitation et au fil des ans, le creux peut se souiller de restes de ciment, sable ou autres déchets. On le remarque souvent à une décoloration dans le mur. Un essai de forage entre les joints permet de déterminer le degré d'encrassement du creux. Il faut avant tout enlever ces saletés. Si ce n'est pas possible, nous recommandons une isolation par l'extérieur. Si le creux est encrassé, vous risquez que la condensation atteigne le mur intérieur en raison de ponts de mortier et de bavures de ciment. Ceux-ci forment un pont thermique entre la brique de façade et le mur intérieur, ce qui entraîne la formation de moisissure. Une inspection préalable est cruciale.”

3. Ne pas contrôler la qualité de la façade

Briques abîmées, fissures ou joints manquants ont un gros impact sur la fonction protectrice de votre façade. “Une façade qui est en mauvais état ne fait pas suffisamment barrière à l'eau de pluie.”, explique Snauwaert. “Pluie et vent pénètrent dans les différentes ouvertures dans la façade et atteignent l'isolant et provoquent une diminution de la valeur isolante et des problèmes d'humidité.”

L'humidité ascensionnelle constitue aussi un gros problème : “Sous l'effet de l'humidité ascensionnelle, les briques de façade absorbent l'eau contenue dans le sol. Une membrane d'étanchéité dans le mur intérieur et le mur extérieur empêche ce phénomène. Sa fonction est de maintenir l'humidité au niveau du sol. Vous avez de l'humidité ascensionnelle ? Vous devez d'abord traiter les murs.”

Enfin, la façade doit être suffisamment solide. “Y a-t-il suffisamment de crochets dans le creux et sont-ils encore en bon état ? Sinon, vous risquez que la façade se désolidarise de l'habitation”, avertit Snauwaert.

4. Faire appel à un entrepreneur non certifié

Hendrik Snauwaert souligne que tout dépend, en bien comme en mal, de la bonne ou mauvaise exécution des travaux. “En fonction du type de matériau isolant, vous devez respecter une méthode de mise en oeuvre précise. Le mur creux doit être rempli complètement ou suffisamment car le matériau ne peut certainement pas s'affaisser au fil du temps.”

Et surtout faites appel à un installateur certifié. Les entrepreneurs qui disposent un certificat ATG peuvent constituer une référence. 

Luc Schoonjans veut encore tordre le cou à une idée fausse. “Etant donné que l'air immobile isole bien, beaucoup de gens pensent que le creux isole en lui-même bien, mais c'est absolument faux. La valeur isolante d'un mur creux isolé est au moins sept fois supérieure à celle d'un mur creux vide. L'air dans le creux n'est en effet jamais immobile. De plus, le mur intérieur transmet par rayonnement de la chaleur vers le mur extérieur froid. Ce rayonnement traverse la couche d'air.”

Produits

Commandez gratuitement votre magazine d'isolation et ventilation

Rénover et Construire avec Succès

Commandez gratuitement votre magazine d'isolation et ventilation

Thermogyp Comfort, panneau de rénovation pour murs, plafonds et toitures

Gyproc

Thermogyp Comfort, panneau de rénovation pour murs, plafonds et toitures

Couvrez une ouverture en une seule opération avec les grands linteaux en U

Ytong

Couvrez une ouverture en une seule opération avec les grands linteaux en U

Optima: perdez un minimum de place et gagnez un maximum de performance PEB !

Aluthermo SA

Optima: perdez un minimum de place et gagnez un maximum de performance PEB !

Trouvez l’applicateur idéal pour votre crépi de façade !

Willco Products S.A

Trouvez l’applicateur idéal pour votre crépi de façade !

L’isolation de façade : pour votre confort d’habitation et votre portefeuille

Sto

L’isolation de façade : pour votre confort d’habitation et votre portefeuille