3 conseils pour une toiture végétalisée

Les toits verts présentent de nombreux avantages. Tout d’abord, ils sont beaux. Mais cela ne s’arrête pas là ! Les plantes isolent le bâtiment, thermiquement et acoustiquement, et protègent l’étanchéité de la toiture. De plus, la végétation joue le rôle de tampon lors de fortes pluies. Enfin, une toiture végétalisée a un effet positif sur la biodiversité. Pour ces différents motifs, plusieurs villes et communes accordent des primes pour soutenir l’installation de toitures vertes. Voici quelques points dont il faut tenir compte.

Il existe deux types de toit vert : les toits verts extensifs et les toits verts intensifs. Les premiers se composent de plantes grasses et de mousses et ne demandent que très peu d’entretien. Les seconds accueillent des arbres et des arbustes et leur entretien est comparable à celui d’un jardin normal ; ils sont par ailleurs soumis à l’obtention d’un permis d’urbanisme.

1. Charge

Assurez-vous que la structure du toit est capable de supporter la charge supplémentaire. Les toits verts extensifs pèsent de 20 à 120 kg/m². Pour les toits verts intensifs, il faut compter de 300 à 800 kg/m². Un tel poids nécessite donc une structure adaptée. C’est pourquoi les toits verts intensifs sont principalement réservés aux nouvelles constructions.

2. Support lisse

Pour éviter que le poids supplémentaire ne perfore l’étanchéité du toit, le support qui reçoit la membrane ne doit pas être trop rugueux. Ne tenez pas compte de ce conseil s’il y a encore une couche d’isolation entre l’étanchéité et le plancher ou la dalle de support.

3. Racines

En période sèche, les plantes recherchent l’eau. Leurs racines essayent alors de s’insinuer entre les joints et les chevauchements. C’est pourquoi il existe des membranes spécifiques pour les toitures vertes. La certification FLL prouve que la membrane présente une résistance aux racines suffisamment élevée. Qu’il s’agisse d’un roofing ou d’une membrane synthétique, les raccords entre les différentes bandes doivent être aussi résistants que possible. Pour l’EPDM, nous déconseillons l’utilisation de ruban adhésif ou d’une colle de contact.

Source : Je vais Construire

Le meilleur de Livios dans votre boîte aux lettres ?

Inscrivez-vous à la newsletter de Livios et recevez deux fois par semaine les dernières nouvelles dans le domaine de la construction et de la rénovation, des conseils utiles et des tonnes d'inspiration.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux