livios logo

La jeunesse d'aujourd'hui ... préfère vivre comme ses parents

Une maison, un jardin, un animal ? Cela reste l'objectif ultime de tous : selon le rapport sur les tendances de la société Maisons Blavier, près de deux jeunes sur trois affirment vouloir posséder leur propre maison avec un jardin. Et de préférence, une maison clé-sur-porte qui ressemble à la maison parentale. Le résultat ? Les jeunes continuent à vivre de plus en plus longtemps avec leurs parents pour épargner : jusqu'à l'âge de trente ans. Acheter et rénover une habitation ? Cette idée fait fuir les jeunes. Mais nos compatriotes plus âgés n'y tiennent pas beaucoup non plus.

Les maisons clé-sur-porte plus populaires

Près de deux jeunes sur trois affirment vouloir posséder leur propre maison avec un jardin.

Photo Maisons Blavier
  

Des plans de construction en vue ? Pour les jeunes, une maison clé-sur-porte reste l’option la plus populaire : la moitié d'entre eux veulent acheter une maison ou un appartement clé-sur-porte cette année. Mais 38 % préfèrent rénover une habitation existante. 19 % des jeunes sont néanmoins encore séduits par l'idée de construire. Leur préférence va clairement à une maison : 70 % préfèrent avoir une maison avec jardin, 11 % préfèrent vivre en appartement. Ces tendances se poursuivent avec les autres groupes d'âge. Les différences sont néanmoins moins significatives.

Rénover ? Trop de chichis

Les jeunes préfèrent payer 50 000 à 200 000 euros de plus pour avoir une maison clé-sur-porte plutôt que de rénover une maison.

Photo Maisons Blavier
  

L'avenir du marché du logement ? Rénovation et habitation compacte au centre d'un village ou d'une ville. Malheureusement, les jeunes ne le voient pas comme ça : ils préfèrent payer 50 000 à 200 000 euros de plus pour avoir une maison clé-sur-porte plutôt que de rénover une maison. Cela leur permet d’éviter une rénovation économe en énergie et tous les coûts additionnels. 70 % préfèrent même attendre d’acheter jusqu’à qu’une maison clé-sur-porte rentre dans les limites de leur budget. La moitié d'entre eux n'ont tout simplement pas envie de rénover. 41 % préfèrent faire autre chose de leur temps ou ne se sentent pas capables de gérer une rénovation.

Attendre égal plus d’impact sur l’économie

Et la situation économique ? La confiance des acheteurs et des constructeurs/rénovateurs belges s'en est trouvée amoindrie. 21 % d’entre eux reportent leur projet, 7 % l'annulent même : une augmentation de respectivement 8 % et 3 % par rapport à l'année dernière. Environ autant de compatriotes qu'en 2017 ont étalé leur projet sur une plus longue période. Le nombre de Belges qui, à cause de la crise économique, ne ressentent aucun impact sur leur projet ? Ce pourcentage est passé de 47 % à 37 %. Le manque de confiance influence clairement vos plans de construction et d'achat. Qu'est-ce qui pourrait restaurer la confiance des Belges ? Des informations claires et transparentes sur les primes et les avantages fiscaux.


https://www.livios.be/fr/info-construction/guide-du-logement/acheter/parcours-dachat/52849/la-jeunesse-daujourdhui-prefere-vivre-comme-ses-parents/