Quels matériaux augmentent de prix ?

La Confédération Construction craint que la guerre en Ukraine n’entraîne une nouvelle hausse des prix des matériaux de construction, surtout ceux de l’acier et du bois. Comment se protéger de ces hausses de prix ? Quelles alternatives envisager ?

Pourquoi les prix continuent-ils de grimper ?

La Russie, l’Ukraine et la Bielorussie sont d’importants exportateurs de bois, d’acier et d’argile servant à la fabrication des carreaux de céramique. Selon la Confédération Construction, il est probable que la guerre et les sanctions imposées à la Russie fassent grimper les prix de ces matériaux.

Depuis le début de l’invasion russe, les prix du pétrole et du gaz ont connu une hausse vertigineuse : 33 % pour le premier, 34 % pour le second. Pour la Confédération Construction, ces hausses risquent fort de se répercuter sur le prix des matériaux. En outre, les sanctions compliqueront la livraison de matériaux en provenance de ces pays. Ainsi, le groupe sidérurgique russe Severstal a déjà annoncé qu’il n’exporterait plus vers l’Europe tandis qu’ArcelorMittal licencie dans ses aciéries ukrainiennes.

Quelle est l’ampleur de la hausse ?

Une enquête de la Confédération Construction montre que les prix des matériaux de construction ont augmenté de 12 % depuis janvier. Les augmentations les plus importantes concernent en particulier l’acier, le bois et les métaux non ferreux. Jusqu’ici, le verre, les matériaux d’infrastructure, les briques et les tuiles sont moins touchés. La moitié des entreprises de construction ne répercutent pas les augmentations sur le consommateur, 29% des entreprises les facturent partiellement et 18% en totalité.

En outre, le conflit ukrainien fait craindre de nouvelles augmentations à 95 % des entreprises. Comme la Russie et l’Ukraine sont de très importants exportateurs de bois et d’acier – ensemble, ces deux pays représentent environ 20 % des importations européennes d’acier – une hausse des prix du bois et surtout de l’acier est probable même si son ampleur est difficile à prévoir.

La Confédération met également en garde contre les fortes augmentations de prix et les retards de livraison qui affectent les carreaux de céramique. Une grande partie de l’argile utilisée pour leur fabrication provient de l’est de l’Ukraine. Sans parler des coûts énergétiques : les fours des fabricants de carreaux fonctionnent au gaz naturel dont le prix a spectaculairement augmenté. Les carreaux les plus grands et les plus épais sont de plus en plus difficiles à obtenir. La situation est moins inquiétante pour la pierre naturelle.

Comment vous protéger contre la hausse des prix

Des briques au lieu de l’ossature bois

L’ossature bois est un mode de construction durable. La structure en bois est préalablement réalisée sur mesure, son montage est rapide et elle offre une excellente isolation. Etant donné que le prix du bois risque de continuer à augmenter, vous pouvez envisager d’opter pour une construction traditionnelle en briques. Le prix des briques ne sera probablement guère affecté par la guerre en Ukraine et ni la Russie ni l’Ukraine n’en sont de grands exportateurs.

Le prix moyen d’une construction à ossature bois oscille entre 1.400 et 1.500 € le m². Le prix indicatif d’une maison traditionnelle en briques est similaire. Si le prix du bois devait fortement augmenter en raison de la guerre, les briques deviendraient une alternative valable.

Inclure une clause de révision dans son contrat

Il n’existe pas de réelle alternative à l’acier.  On l’utilise surtout pour renforcer les poutres et dans l’armature du béton. Tout projet de construction ou de rénovation sera inévitablement impacté par la hausse des prix.

Vous pouvez vous protéger de prix prohibitifs en optant pour un contrat sans clause de révision ni variations tarifaires quotidiennes. Le montant final est fixé à l’avance et ne peut être modifié. Par les temps qui courent, c’est évidemment avantageux pour le consommateur. Si vous avez déjà conclu un contrat, contactez l’entrepreneur pour discuter des possibilités.

Le meilleur de Livios dans votre boîte aux lettres ?

Inscrivez-vous à la newsletter de Livios et recevez deux fois par semaine les dernières nouvelles dans le domaine de la construction et de la rénovation, des conseils utiles et des tonnes d'inspiration.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux