livios logo

Les erreurs les plus fréquentes à l’achat d’un bien immobilier

Se loger est quelque chose de subjectif. Il faut qu’une synergie s’établisse entre vous et votre future habitation et vous devez prendre de nombreux facteurs en considération. Se fondant sur une enquête menée auprès de ses agents immobiliers, CENTURY 21 a constaté que les considérations des Belges au moment de l’achat d’un bien immobilier s’avèrent parfois après coup moins pertinentes voire carrément erronées. Century 21, après avoir enquêté auprès de ses agents, a déterminé que les considérations faites par les candidats acheteurs avant achat ne sont pas toujours relevant, et peuvent même être erronées. Le groupe immobilier a établi dix erreurs récurrentes et propose à chaque fois une solution.

L’achat d’un bien immobilier n’est pas une mince affaire et dans ce processus complexe, les acheteurs se risquent parfois à négliger certains éléments alors qu’ils accordent au contraire trop d’importance à d’autres. Des erreurs qui sont en outre faciles à éviter grâce aux conseils pratiques qui suivent.

1. Ne pas se fixer une date butoir dans la recherche

Se fixer une échéance dans la recherche d’un bien est une excellente chose qui aide à prendre une décision définitive. Mais ne soyez pas obsédé par cette échéance. Si vous vous fixez une date butoir trop proche et que vous la voyez arriver à grands pas, vous pourriez prendre une décision précipitée que vous risquez de regretter plus tard. D’autre part, si vous vous étiez par exemple juré de visiter au moins 8 biens avant de prendre une décision et que le quatrième s’avère être la maison de vos rêves, ne reportez pas l’achat plus longtemps.

2. Ne sélectionner les biens qu’en fonction de ce que l’on attend

Épargnez-vous de nombreuses frustrations : ne sélectionnez pas seulement les biens en fonction de vos desideratas, mais tenez compte de vos moyens financiers et du potentiel de chaque bien. La règle générale veut que vous puissiez consacrer à peu près 1/3 de vos revenus à un bien immobilier (loyer ou remboursement de votre crédit hypothécaire), mais vous devez bien sûr aussi tenir compte de votre situation familiale personnelle pour déterminer le montant final. Tenez par exemple également compte du potentiel qu’offre chaque bien et soyez par exemple attentif à la possibilité de transformer le grenier en espace de vie, de réaménager le rez-de-chaussée ou au fait que le quartier est en train de (re)prendre de la valeur.

acheter live reloging couple


© Getty Images  

Photo Sto
© Nick Cannaerts  

3. Sélectionner les biens en ne considérant que ce que l’on ne veut pas

En sélectionnant des biens sur la base de ce que vous ne voulez pas, vous courez le risque de passer à côté de quantité de petites merveilles. Déterminez au préalable quelques critères indispensables et ne rayez de la liste que les biens qui ne répondent pas à ces critères incontournables. Non seulement vous élargissez ainsi l’éventail des possibilités, mais vous pouvez aussi comparer plus objectivement les biens sur le marché.

4. Ne s’intéresser qu’à la façade

Dans le même ordre d’idées, visitez l’habitation avant de porter un jugement. Car une photo ne dit pas tout. La façade ne vous plaît pas ? Prenez quand même la peine de jeter un oeil à l’intérieur, peut-être que cette façade cache un petit bijou, que toute l’arrière maison a été rénovée ou que vous allez tomber amoureux du splendide jardin.

5. Ne pas prendre en considération l’emplacement de la maison

Ayez toujours la situation du bien en tête quand vous le visitez. Une chambre peut s’agrandir, un grenier se transformer, mais la situation d’une habitation est définitive. Lorsque vous envisagez un bien, tenez aussi bien compte de la distance jusqu’à votre travail et jusqu’à l’école des enfants, de la proximité d’un boulanger, d’un supermarché et/ou d’un boucher. Le coût des déplacements domicile-travail ou domicile-école est un élément à ne pas négliger. Un environnement calme offre quantité d’avantages, mais peut aussi s’avérer frustrant si vous devez toujours prendre la voiture.

6. Ne pas contrôler le permis de bâtir

Une habitation au calme peut avoir un revers : ces habitations sont parfois situées en zone non constructible. Au fil du temps, la commune peut décider de transformer la zone où se trouve votre habitation par exemple en zone de récupération d’énergie ou en zone inondable. Ne manquez donc pas de contrôler le plan régional d’affectation et le plan d’exécution spatial pour la zone dans laquelle se trouve votre bien. Vérifiez également si tous les bâtiments (et annexes) ont été construits avec un permis.

Photo Aliplast Aluminium Systems
© ©Alu-Xtra Kessel  

Acheter 800 * 600 biens immobiliers


© Thinkstock  

7. Tenir compte des avis des uns et des autres

Il est logique que vous ressentiez le besoin de demander conseil à quelques proches, mais ne prenez pas cela comme base pour vous forger votre propre opinion. Les goûts et les couleurs sont différents et ce qui est important pour vous ne le sera pas pour quelqu’un d’autre. En fin de compte, c’est vous qui devrez vivre dans le bien acheté.

8. Ne pas considérer les maisons qui dépassent de peu votre budget

Voyez quels sont vos moyens financiers et fixez-vous un budget maximum. Mais osez aussi visiter les biens qui sont juste au-dessus de votre budget. Il est toujours possible de faire une offre, et ainsi d’acquérir un bien à un prix inférieur au prix de mise en vente.

9. Oublier de considérer les frais annexes

Déterminez au préalable le budget que vous pouvez et voulez consacrer à l’achat. Tenez également compte dans votre choix des frais connexes inévitables tels que les frais de notaire, l’assurance incendie, le précompte immobilier… Analysez aussi à l’avance les frais de rénovation éventuels ou nécessaires et faites une estimation réaliste des petites et/ou grandes transformations que vous souhaitez faire ensuite. Envisagez d’étaler ces transformations dans le temps.

10. S’obliger à prendre une nuit de réflexion

Après un processus de préparation calme et rationnel, n’ayez pas peur de vous laisser guider par l’émotion. Si vous ‘sentez’ bien une habitation, n’hésitez pas !

En collaboration avec

Découvrez tous les partenaires

Ce site web est sécurisé par reCAPTCHA et le politique de confidentialité et conditions générales d’utilisation de Google s’appliquent.

track

http://www.livios.be/fr/info-construction/guide-du-logement/construire/cle-sur-porte/les-erreurs-les-plus-frequentes-a-lachat-dun-bien-immobilier/