livios logo

Comment économiser sur le gros œuvre : voici 5 conseils

Le gros œuvre représente au moins 50 % des frais d’une construction. Pour une maison bien isolée, avec une finition étanche à l’air, cette quote-part peut même monter jusqu’à 70 %. Quelques points d’attention lors de la conception vous permettront toutefois de réaliser de belles économies, sans pour autant faire de concessions sur la qualité ou le confort, bien au contraire !

1. Choix du terrain à construire

L’économie la plus substantielle commence par le choix du terrain à construire. Une construction jumelée ou une maison mitoyenne nécessite moins de façades, ce qui se traduit directement par une baisse des coûts de construction. Vous réaliserez par ailleurs une économie supplémentaire puisqu’une maison quatre façades nécessite des investissements plus importants pour atteindre un même niveau d’isolation et d’étanchéité à l’air : les centimètres supplémentaires d’isolant, les surfaces de façade plus grandes… sont autant d’éléments qui font monter les prix.

Notons encore deux autres points qui méritent votre attention à l’achat d’un terrain : les fondations et les travaux de terrassement. Ce sont les principales causes de surcoûts imprévus. Vous risquez en effet de perdre des milliers d’euros s’il s’avère, par exemple, que le sol n’est pas suffisamment porteur. Vous pouvez toutefois éviter cette mauvaise surprise en faisant réaliser un sondage du sol au préalable. Cette opération vous donnera également une idée plus précise du coût des travaux de terrassement, puisque le prix de l’évacuation des terres dépend fortement de leur composition.

Zevekote Sper rue

L’économie la plus substantielle commence par le choix du terrain à construire. Une construction jumelée ou une maison mitoyenne se traduit par une baisse des coûts.

Photo Building Factory BVBA
  

DewaeleDewaele-014

La deuxième grande source d’économie est directement liée au projet. Ne construisez pas plus grand que nécessaire.

Photo Maisons Dewaele
  

2. Une conception économique

La deuxième grande source d’économie est directement liée au projet. Un concept simple et compact permet de réduire au maximum le coût de la structure porteuse. Vous pouvez par exemple optimiser les travées en fonction de la portance des hourdis choisis, limiter les ouvertures de façade et les sous-divisions des surfaces vitrées, et opter pour une structure logique, superposant les murs porteurs. Mais cela signifie aussi un minimum d’angles ou de petites folies architecturales.

Ne construisez pas plus grand que nécessaire. Une nouvelle construction coûte aujourd’hui en moyenne 1 600 à 1 700 euros/m², TVA et honoraires d’architecte compris. Vous pouvez donc rapidement calculer ce que vous rapporte une surface plus petite. La suppression d’un garage intégré au volume ou d’une chambre d’amis et la limitation des espaces de circulation comme les couloirs ou le hall de nuit sont des économies évidentes. Vous pouvez également essayer de regrouper autant que possible les espaces humides (cuisine, buanderie, toilettes et salle de bains) pour éviter les frais supplémentaires de conduites d’évacuation et de conduites sanitaires, et gaspiller moins d’eau sur le long terme.

editStamKontichcTheFreshLight090

La méthode traditionnelle est généralement l’option la moins chère. Pourtant, d’autres méthodes de construction sont également intéressantes, comme l’ossature bois.

Photo ARKANA
© STAM architecten  

Vandersanden Lupus 5

En ce qui concerne le revêtement de façade, il est évident qu’il est préférable d’éviter les briques de parement dans des formats hors normes.

Photo Vandersanden
© Lupus  

3. Une utilisation réfléchie des matériaux

Choisissez de préférence vos matériaux dans des dimensions standard pour éviter le travail sur mesure. Limitez par exemple la longueur des travées, afin de pouvoir utiliser des hourdis moins chers. Le choix des matériaux dépend naturellement aussi de la méthode de construction. La méthode traditionnelle est généralement l’option la moins chère. En effet, de nombreux entrepreneurs sont familiarisés avec cette technique et la concurrence peut ainsi faire son travail. Pourtant, d’autres méthodes de construction sont également intéressantes, comme l’ossature bois. Les techniques de préfabrication ont notamment l’avantage d’accélérer l’étape du gros œuvre, qui passe de quelques mois à quelques semaines. Il se peut que les travaux coûtent plus cher, mais si cela vous permet de déménager six mois plus tôt, vous devez l’intégrer dans votre calcul, surtout si vous économisez ainsi un loyer.

En ce qui concerne le revêtement de façade, il est évident qu’il est préférable d’éviter les briques de parement dans des formats hors normes, tout comme les briques d’aspect particulier, qui nécessitent des techniques de production complexes. La combinaison de deux ou plusieurs matériaux de parement est également déconseillée puisqu’elle vous impose de rechercher à chaque fois un entrepreneur distinct, qui vous facturera systématiquement des frais d’installation de chantier.

4. Une toiture bien pensée

À l’instar de vos portes et fenêtres, votre toit représente près de 10 % du coût du gros œuvre fermé. Ici aussi, optez pour une conception la plus simple possible. Évitez les formes complexes, impliquant plusieurs pans de toiture et des tuiles spéciales. Vous économisez ainsi tant sur les matériaux que sur la main-d’oeuvre. Optez pour de simples fenêtres de toit plutôt que pour des lucarnes.

En ce qui concerne la couverture, les tuiles classiques constituent la solution la moins chère mais la fourchette de prix est grande. Les tuiles en béton sont les moins chères, suivies par les tuiles en terre cuite, disponibles dans une multitude de formats et de finitions. Les ardoises coûtent légèrement plus cher mais réclament une structure de toiture moins lourde en raison de leur faible poids. Elles sont toutefois plus difficiles à poser et requièrent le savoir-faire d’un couvreur, alors que les bons bricoleurs peuvent se charger eux-mêmes de la pose des tuiles.

Bardage de toit de façade de toit d'ardoise d'ardoise 800x600

Les ardoises coûtent légèrement plus cher mais réclament une structure de toiture moins lourde en raison de leur faible poids.

Photo Cedral ardoises & lames de façade
  

1109.schoten11

Les fenêtres en PVC sont les moins chères. Si votre architecte dessine une grande baie vitrée, vous devrez obligatoirement opter pour du bois ou de l’aluminium.

Photo Schüco Belgium SA
  

5. L’impact des menuiseries extérieures

Les portes et fenêtres représentent environ 10 % du coût de construction. Si vous construisez une maison de 300 000 euros, comptez donc 30 000 euros. En d’autres termes, il s’agit là d’un sérieux poste, qui permet de belles économies. Tout d’abord, au niveau du concept. Plus la surface vitrée est importante, plus la réalisation sera onéreuse. Les fenêtres en PVC sont les moins chères mais elles ne permettent pas de grandes ouvertures. Si votre architecte dessine une grande baie vitrée, vous devrez obligatoirement opter pour du bois ou de l’aluminium.

L’orientation de la maison joue également un rôle : si vous voulez absolument des fenêtres orientées au sud, vous devrez investir dans une protection solaire, ou du moins réfléchir au risque de surchauffe. En revanche, si vous prévoyez de grandes fenêtres au nord, il vous faudra peut-être opter pour un triple vitrage plutôt qu’un double, ce qui représentera un coût supplémentaire.

Limitez aussi la complexité des fenêtres : plus elles contiennent de subdivisions, plus elles sont chères. Non seulement à cause des profilés supplémentaires mais aussi en raison du processus de production plus complexe. Il en va de même pour les éléments ouvrants : plus il y en a, plus la fenêtre coûtera cher en raison des châssis, poignées et mécanismes de fermeture supplémentaires.

Tenez enfin compte des frais de pose, surtout si votre chantier est difficilement accessible et que la pose réclame du matériel spécifique. Le fabricant de châssis vous facturera ce coût, qui peut vite atteindre un bon 1 500 euros : pour la location d’une grue, la fermeture de la route, l’usage d’un outillage spécifique…

Source : Je vais Construire

12 choses à savoir sur techniques de construction

En collaboration avec

Découvrez tous les partenaires

Ce site web est sécurisé par reCAPTCHA et le politique de confidentialité et conditions générales d’utilisation de Google s’appliquent.

track

http://www.livios.be/fr/info-construction/guide-du-logement/construire/techniques-de-construction/63787/comment-economiser-sur-le-gros-oeuvre-voici-5-conseils/?utm_source=7sur7&utm_medium=partnersite&utm_term=&utm_content=aaa3fdf&utm_campaign=content