livios logo

Jan et Sabine construisent une maison à ossature bois compacte : “La banquette de fenêtre est l’élément visuel fort de l’intérieur”

Jan, Sabine et leurs trois enfants habitent une maison à ossature bois unique. Il y a quelques années, ils se sont mis en quête d’un projet de cohousing dans la région de Gand. Pour décider finalement de construire une maison unifamiliale. Leur regard s’est posé sur une parcelle triangulaire à Mont-Saint-Amand. Ils voulaient non seulement un lieu de vie agréable, mais aussi une habitation durable et éco-énergétique. Ce que le bureau d’architecture 2PK a su traduire dans la réalité !

À la rue Jos Verdegem à Mont-Saint-Amand, la maison à ossature bois de Jan et Sabine saute aux yeux directement. Leur nouvelle construction présente un pignon avant revêtu d’un bardage en bois en diagonale. “Jan et Sabine ont frappé à notre porte pour imaginer une habitation à ossature bois confortable équipée de matériaux chaleureux et durables”, raconte l’architecte Peter Geldof, gérant du bureau d’architecture 2PK. “Ce qui leur importait c’était de pouvoir profiter de la vue sur le parc avoisinant depuis n’importe quelle pièce de leur habitation.”


© 2PK architecten - Marble Moon  


© 2PK architecten - Marble Moon  


© 2PK architecten - Marble Moon  


© 2PK architecten - Marble Moon  


© 2PK architecten - Marble Moon  

Compacte, mais spacieuse

Le bureau d’architecture 2PK a conçu, en collaboration avec Wart Thys, une habitation compacte au profit d’un maximum d’espace au jardin. “En dépit du caractère compact, nous sommes parvenus à préserver la vue et à créer une belle sensation d’espace avec beaucoup de luminosité”, déclare Peter Geldof. L’habitation se répartit sur trois niveaux. Au rez-de-chaussée se trouvent une grande pièce à vivre ouverte sur le jardin avec vue également sur le parc voisin, ainsi qu'une réserve et un w.c. Le premier étage se compose de deux chambres à coucher, d’une salle de bains avec w.c. séparé et d’un espace polyvalent. Au dernier étage se logent encore deux chambres et un espace destiné aux techniques.

Espace polyvalent avec banquette de fenêtre

L’un des souhaits des occupants était de disposer d’un espace polyvalent faisant partie de l’espace de vie, mais pouvant en être facilement isolé. “Cet espace se trouve au premier étage. À cet endroit, nous avons prévu une grande banquette de fenêtre d’où l’on peut admirer le parc. Cette banquette de fenêtre ressemble à une estrade qui peut être ouverte. Sous celle-ci se trouve un filet, élément de contact avec le séjour en bas”, explique Peter Geldof. “En fonction du moment, vous pouvez ouvrir ou fermer l’estrade.” 

Ce banc de fenêtre ressemble à une estrade qui peut être ouverte.


© 2PK architecten - Marble Moon  

Sous celle-ci se trouve un filet, élément de contact avec le séjour en bas.


© 2PK architecten - Marble Moon  

En fonction du moment, vous pouvez ouvrir ou fermer l’estrade.


© 2PK architecten - Marble Moon  

Recours massif au « sur-mesure »

La fenêtre dans l’espace polyvalent avec la banquette et le filet a été spécialement fabriquée sur mesure. Le tour de fenêtre a été habillé d’un cadre en bois. L’aménagement des espaces de vie aussi a nécessité pas mal d’interventions « sur-mesure ». “La cuisine blanche associée au bambou et la bibliothèque ont aussi été fabriquées sur mesure, tout comme l’escalier. Ainsi, la cage d’escalier au rez-de-chaussée est pourvue de petites fenêtres qui créent un contact visuel avec le séjour et la rampe au premier étage est totalement constituée de barreaux verticaux en bois.”

La cuisine blanche associée au bambou...


© 2PK architecten - Marble Moon  

... et la bibliothèque ont aussi été fabriquées sur mesure.


© 2PK architecten - Marble Moon  

Éco-énergétique

Jan et Sabine n’ont pas seulement mis un point d’honneur à intégrer des matériaux durables, mais désiraient aussi atteindre des niveaux E (performance énergétique globale de l’habitation) et S (efficacité énergétique de l’enveloppe du bâtiment) maximum avec un minimum de moyens financiers. Le résultat ? Un niveau E de 9 et un niveau S de 20. “Nous y sommes parvenus grâce une isolation renforcée (30 cm cellulose en toiture, 30 cm laine de verre et de bois sur les murs, 20 cm XPS au sol et triple vitrage) associée à des techniques éco-énergétiques. Le couple a notamment installé douze panneaux photovoltaïques sur le toit, un système de ventilation D avec récupération de chaleur et un échangeur de chaleur pour douche, l’eau résiduelle de la douche préchauffant l’alimentation en eau de celle-ci. Pour respecter leur budget, Jan et Sabine ont choisi une chaudière au gaz. Mais les conduites pour une pompe à chaleur sont déjà prêtes pour nous permettre une intégration dans le futur.”

Fraîcheur agréable en été

Les nombreux vitrages ont constitué l’un des défis dans cette maison à ossature bois.  Comment y créer un confort thermique sans surchauffe en été ? “Nous avons opté pour des sous-planchers avec une chape supplémentaire. Aux étages également, une chape de 8 cm a été installée au-dessus de l’isolation de sol pour que les sols soient plus lourds. Ce système augmente l’inertie thermique et améliore aussi l’acoustique de l’habitation”, précise Peter Geldof. Par ailleurs, pratiquement toutes les fenêtres sont équipées de screens qui font barrière aux rayons du soleil lorsqu’il fait très chaud et permet l’intégration d’un système de refroidissement nocturne.

La cage d’escalier au rez-de-chaussée est pourvue de petites fenêtres...


© 2PK architecten - Marble Moon  

... qui créent un contact visuel avec le séjour.


© 2PK architecten - Marble Moon  

La rampe au premier étage est totalement constituée de barreaux verticaux en bois.


© 2PK architecten - Marble Moon  

Respect du budget…

Le défi majeur consistait à réaliser tous les travaux dans le budget fixé. “Le terrain a été complètement retourné jusqu’à 2 mètres de profondeur à cause d’une pollution du sol qui n’avait jamais été traitée. Par conséquent, nous avons dû installer une dalle de fondation complète . Nous avons dû absorber ce coût supplémentaire tout en maintenant le budget global en équilibre. Mais grâce à un bon suivi et l’excellente collaboration entre les différents intervenants et entrepreneurs, nous avons gagné ce pari”, déclare Peter Geldof. “Initialement, aucun budget n’avait été prévu pour un abri à vélos dans le jardin. Mais retroussant leurs manches, les propriétaires ont quelque peu épargné leur budget.”

… et du délai

Au total, les travaux de construction ont duré onze mois. Les travaux de terrassement ont débuté en août 2018 et la remise des clés a eu lieu en juin de l’année suivante. “Juste à temps”, précise Peter Geldof. “Pendant les travaux, Jan et Sabine vivaient avec deux enfants dans une petite maison de rangée et attendaient leur troisième pour la deuxième moitié de juillet. Le but était de déménager avant l’accouchement. Et tout s’est passé comme prévu !”

12 choses à savoir sur techniques de construction

En collaboration avec

Découvrez tous les partenaires

Ce site web est sécurisé par reCAPTCHA et le politique de confidentialité et conditions générales d’utilisation de Google s’appliquent.

track

http://www.livios.be/fr/info-construction/guide-du-logement/construire/techniques-de-construction/jan-et-sabine-construisent-une-maison-a-ossature-bois-compacte-la-banquette-de-fenetre-est-lelement-visuel-fort-de-linterieur/