« Nous visons constamment le 8 sur 10 »

A quoi ressemblera le gazon en cette année 2013 ? Quelles sont les tendances ? Willy Reynders, directeur général du bureau d’architecture paysagiste éponyme, met en lumière l’évolution du ‘Jardin flamand’ ces 35 dernières années.

Le gazon classique

Une vaste pelouse est la marque de fabrique d’un jardin classique.

« Avant, les gens regardaient leur jardin d’une manière différente. C’était quelque chose de totalement séparé de leur maison. Maison et espace vert n’avaient rien à voir l’un avec l’autre « se souvient Willy Reynders. « Il y a quelques années, vous aviez accès à de plus grandes superficies. En comparaison à aujourd’hui, les terrains à bâtir de 1.500 m² n’étaient pas une exception. Et si vous devez occuper une certaine superficie avec un budget donné, le gazon reste une option logique au vu de son prix. En outre, une vaste pelouse reste un incontournable des jardins classiques. »

Le jardin comme lieu de collection

« Une grande surface se prête particulièrement bien à l’installation d’une multitude d’essences différentes. Et si les premières plantes indigènes ne sont arrivées que plus tard – en même temps que l’éclosion de la mobilité et du transport – certaines plantes spéciales perdurent. Car le jardin est l’emplacement idéal pour installer une collection, une belle collection de plantes. Plus elles seront nombreuses et exotiques et mieux cela sera. Cela était vrai il y a 10 à 15 ans. Les gens en ont eu assez de cette diversité de plantes. Ils recherchaient la simplicité et le calme. Pas 150 espèces de plantes et plus, mais un nombre limité. »

D’autres souhaits, une autre interprétation

« La liste des souhaits et les demandes ont changé » selon Willy Reynders. Résultat : le jardin façon 2013 a un aspect tout à fait différent.

Photo: Willy Reynders  

« Le concept même de jardin bénéficie aujourd’hui d’une autre interprétation. Cela a des implications évidentes sur son aspect général » explique Willy Reynders. « La volonté et les exigences ont changé. Le jardin façon 2013 est en quête d’intimité, de résultat rapide, de peu d’entretien et de confort. »

Intimité…

« La vie privée est en tête de la liste de souhaits de nos clients » indique Willy Reynders. « Cela n’a rien d’étonnant puisque les terrains à bâtir sont de plus en plus petits et nous vivons de plus en plus près les uns des autres. Alors que les maisons quatre façades étaient, auparavant, le standard, nous devons, aujourd’hui, de plus en plus tenir compte de la présence de voisins à côté ou derrière la maison. Avant d’effectuer le premier dessin, nous effectuons toujours une analyse de la situation du jardin par rapport aux maisons. La première chose que nous faisons, c’est prendre des photos des maisons avoisinantes afin de déterminer où sont situées leurs fenêtres. Quelle est la possibilité de voir dans le jardin ? Le facteur intimité est de plus en plus important. »

... et un peu plus vite, s’il vous plaît !

Petits pavés, petits jardins. L’intimité est un point qui demande de plus en plus d’attention.

Photo: Betafence Belgium NV  

« Cette mise à l’échelle entraîne également que les clients exigent des résultats de plus en plus rapides. Auparavant, les petites plantes étaient populaires : les gens voulaient les voir pousser, voir comment leur jardin prenait forme progressivement. Maintenant, tout doit sauter aux yeux. C’est sans doute compréhensible car vous ne voulez pas attendre des années avant de bénéficier de votre intimité. Se retrouver au centre d’un terrain de football n’est pas ce qu’il y a de plus confortable, non ? C’est pourquoi nous travaillons aujourd’hui avec des plantes de grandes tailles. Pas des plantes d’un mètre, mais tout de suite, par exemple, une haie mature de quatre mètres. A moins que l’on installe des murs de pierres. Vous voyez ainsi comme de petites parcelles peuvent avoir une influence directe sur le choix des plantes et des matériaux. »

Ni élagage, ni arrosage

Les matériaux ‘morts’ comme le gravier et les cailloux ne nécessitent que peu d’entretien. Idéal pour les familles où tout le monde travaille.

Photo: Nidagravel  

« L’utilisation de gabions est également liée à la popularité croissante des matériaux ‘morts’. En effet, ceux-ci ne nécessitent aucun entretien, un autre point important dans la liste des souhaits actuels. Dans le temps, au moins une personne dans chaque ménage avait le temps pour jardiner. C’était nécessaire, car, comme je l’ai dit, les jardins étaient alors plus grands et comportaient plus d’espèces de plantes différentes. Cela entraînait parfois des travaux importants. Ainsi qu’une forme de connaissance. Car chaque plante avait ses particularités et nécessitait une approche différente. Aujourd’hui, les deux membres d’un couple travaillent et n’ont peut-être ni l’envie ni le temps d’entretenir le jardin ? Le choix des gabions est donc logique puisque ceux-ci ne nécessitent ni élagage, ni arrosage. »

L’herbe n’est plus un must

« Vous pouvez déjà voir que le marché anticipe les jardins sans entretien » indique Willy Reynders. « Il suffit de penser au robot-tondeuse. Ou à l’arrosage automatique. »

Photo: GARDENA  

Tondre le gazon est le travail de jardinage par excellence. Mais y a-t-il encore de la place pour du gazon dans un jardin moderne ? « Ce n’est certainement plus une exigence en soi » estime Willy Reynders. « Nous avons déjà réalisé des jardins sans un brin d’herbe. A la place d’une pelouse, nous utilisons le gazon comme accent. Et encore, nous optons le plus souvent pour du gazon synthétique. Vous remarquez que le marché répond à cette attente de jardins sans entretien. Pensez, par exemple, à une robot-tondeuse. Ou à un système d’arrosage automatique. »

Le vert, symbole de sérénité

Willy Reynders : « Le vert acquiert une autre fonction. Auparavant, c’était la couleur de votre jardin. Désormais, la couleur est synonyme de sérénité. »

Photo: Willy Reynders  

Le gazon n’est donc plus incontournable. Cela s’applique-t-il aux plantes en général ? Les parterres de fleurs et d’arbustes sont-ils définitivement bannis au profit de matériaux ‘morts’ tels que les carrelages, les pavés ou les gabions ? « Non, mais le vert a acquis une autre fonction. Auparavant, il apportait de la couleur au jardin, désormais il est synonyme de sérénité. Il forme la structure de votre jardin, mais toujours en combinaison avec d’autres matériaux. Tout est toujours une question de bonnes proportions. »

Coloré toute l’année

« C’est une question de bonnes proportions. »

Photo: Willy Reynders  

« La couleur est désormais question de bonnes accentuations » souligne Willy Reynders. « A titre d’exemple : auparavant, les gens optaient pour un pot de fleurs assez neutre et une plante rouge. Aujourd’hui, le pot sera rouge et la plante plutôt verte. On retrouve de la couleur dans les pots, les meubles de jardin, les coussins, le tablier de la table… De la sorte, vous offrez facilement et rapidement un nouveau look à votre jardin. Les jardins d’aujourd’hui sont flexibles. En noir et blanc, vous lui offrez un look élégant, alors que le jaune, le gris et le blanc le rendront plus joyeux. De la sorte, vous pourrez profiter toute l’année de ses couleurs. Concernant les plantes, vous êtes forcément liés aux périodes de floraison, ce qui fait que votre jardin n’a pas toujours le plus heureux des aspects. Parfois donc, vous lui attribueriez un 5 sur 10. Mais aujourd’hui, les gens visent constamment le 8 sur 10. »

Moins de variétés

« Lors de rénovation, nous remarquons aussi que les demandes vont vers moins d’entretien. Auparavant, les gens étaient en quête de nouvelles plantes, de nouvelles fleurs. Aujourd’hui, ils souhaitent éviter ce qui demande beaucoup de travail. Les espaces regroupant de nombreuses espèces de plantes ont fait place à moins de variétés. »

Plus de confort…

En cas de rénovation de jardin, certaines parties demandent une grande quantité de travail.

Photo: CoboGarden  

Ce n’est pas le dernier point de la liste des souhaits. « Nous souhaitons tirer plus de confort de notre jardin. Cela est dû au fait que le jardin n’est plus réellement séparé de votre habitation, mais bien un nouvel espace de vie à part entière. C’est d’autant plus vrai lorsqu’on est confronté à des terrains à bâtir plus petits : en permettant de passer de l’intérieur vers l’extérieur avec un minimum d’effort, vous maximalisez votre espace. Le confort des espaces intérieurs est littéralement transposé vers l’extérieur. Pensez, par exemple, à une cuisine extérieure, à la qualité et à la finition d’un mobilier de jardin moderne ou à l’atmosphère offerte par un éclairage de jardin. Nous voulons des possibilités de chauffage sur notre terrasse, mais aussi de pouvoir y écouter de la musique. »

... pour le même prix ?

Les dalles de jardin de 60 sur 60 centimètres étaient auparavant utilisées de temps en temps, désormais, c’est une taille standard.

Photo: CoboGarden  

« Le confort coûte naturellement de l’argent. Que vous choisissiez de semer 20 m² de pelouse ou que vous décidiez de construire une terrasse sur la même surface, il y a un coût supplémentaire certain. Mais comme le jardin est plus petit, vous devez transformer moins de mètres carrés pour le même budget. Un couple où les deux personnes travaillent ont forcément plus de budget à consacrer à leur jardin » remarque Willy Reynders. « Ils ont également un travail stressant et ne sont peut-être pas enclins à enfiler leurs gants de jardinage après une journée de boulot. Ils s’attendent à ce que leur jardin respire la paix. C’est une autre raison qui explique pourquoi nous n’y trouvons qu’un nombre limité d’espèces de plantes. Un méli-mélo de plantes sauvages n’est pas forcément zen. Notre cadence de vie détermine donc également ce que nous attendons de notre jardin. »

Un phénomène cyclique

Terminons en jetant un regard sur l’avenir. Sommes-nous arrivés à un point de non-retour avec cette conception stricte et sobre de nos jardins ? « Naturellement non » conclut Willy Reynders. « D’ici 10 ou 15 ans, le jardin sera une nouvelle fois complètement différent. Les vieux jardins sont riches de plantes différentes. Qui dit que nous ne retournerons pas vers cette tendance ? Les jardins sont comme la mode : ils bougent constamment. Tout est cyclique. C’est ce qui rend les choses intéressantes. Quelque chose de statique n’est pas passionnant. »

Produits

Du béton au jardin ? Naturellement !

infobeton.be

Du béton au jardin ? Naturellement !

Gravel Fix Pro - Une démarche assurée sur le gravier

ACO Garden

Gravel Fix Pro - Une démarche assurée sur le gravier

Authentica: pour créer des environnements stylés

Wienerberger pavés en terre cuite

Authentica: pour créer des environnements stylés