5 idées reçues sur les chauffe-eau solaires

Le nombre de primes accordées pour les chauffe-eau solaires a diminué l'année dernière, bien qu’il s’agisse d’une source d’énergie renouvelable qui permet d’économiser sur votre facture d’eau. La cause ? Il y a encore beaucoup d'idées reçues sur les chauffe-eau solaires. En collaboration avec Belsolar, l’association belge des chauffe-eau solaires, nous vous aidons à y voir plus clair.

Idée reçue 1 : je n’ai pas d'eau chaude lorsqu’il n’y a pas de soleil

Un chauffe-eau solaire ne fonctionne pas avec la chaleur, mais avec la lumière du soleil. Le système se compose de capteurs solaires et d’un réservoir (chauffe-eau). Vous placez les capteurs solaires sur votre toit, votre façade ou sur le sol qui absorbent ainsi la lumière du soleil. Ils utilisent cette énergie pour chauffer le liquide contenu dans les capteurs. Le liquide réchauffé est dirigé vers le réservoir via une pompe où l’échangeur de chaleur transmet la chaleur à l’eau sanitaire. Ainsi, même en hiver ou par temps nuageux, vous pouvez chauffer votre eau sanitaire avec un chauffe-eau solaire.

Idée reçue 2 : je dois remplacer l'intégralité de mon installation de chauffage pour installer un chauffe-eau solaire

Vous ne devez effectuer aucuns travaux importants si vous installez un chauffe-eau solaire. Vous pouvez simplement le placer à côté de votre chaudière de chauffage, que vous pouvez conserver. S'il n'y a pas assez de lumière de soleil, votre chaudière peut chauffer l'eau sanitaire à la température souhaitée.

Idée reçue 3 : les capteurs solaires sont rapidement hors service

Les capteurs solaires sont généralement fabriqués en verre borosilicate et répondent à des exigences de qualité élevées. Ce verre de sécurité est autonettoyant, ne chauffe pas, résiste aux fortes pluies et à la grêle, et même aux impacts de ballon de football.

Idée reçue 4 : les capteurs solaires nécessitent beaucoup d’entretien

Le fluide qui assure le transfert de chaleur entre les capteurs et le réservoir est constitué d’un mélange d’antigel et d’eau. Ce liquide ne doit être contrôlé qu'une fois tous les trois ans et éventuellement remplacé. Un chauffe-eau solaire peut facilement fonctionner pendant 25 ans. Pendant cette période, vous devrez peut-être remplacer la pompe ou la vase d'expansion.

Idée reçue 5 : le retour sur investissement ne compense pas la dépense

1000 euros le m² est une bonne indication de prix pour une installation de chauffe-eau solaire complète, pose comprise. Pour un ménage moyen, 5 m² de capteurs solaires suffisent. Vous investissez donc en moyenne 5 000 euros. Vous pouvez également demander une prime dont le montant peut aller jusqu'à 2750 euros en Flandre, 2500 euros à Bruxelles et 3000 euros en Wallonie. Ainsi, vous pouvez récupérer le prix de l’installation d’un chauffe-eau solaire en moins de six ans. Les capteurs installés plein sud sous un angle de 45° donnent le meilleur rendement. 

En savoir plus ? Lisez tout ce que vous devez savoir sur les chauffe-eau solaires.

Produits

INISOL: système solaire pour la production de votre eau chaude sanitaire

De Dietrich

INISOL: système solaire pour la production de votre eau chaude sanitaire

Les énergies renouvelables: système solaire et pompes à chaleurs

Remeha

Les énergies renouvelables: système solaire et pompes à chaleurs

Chauffe-eau thermodynamiques SHP

STIEBEL ELTRON

Chauffe-eau thermodynamiques SHP