livios logo

Remplacer sa chaudière reste une valeur sûre. Mais évitez ces erreurs !

Remplacer une chaudière existante est une manière d’économiser rapidement et efficacement de l’énergie. Mais des erreurs sont parfois commises. Jan Deklerck, product manager chez Remeha, souligne les dix pièges qu’il faut absolument éviter. 

1. Acheter une chaudière trop puissante

« Les vieilles chaudières, au gaz comme au mazout, montrent souvent une puissance superflue. Dans ce cas, la chaudière risque de s'allumer et de s'éteindre constamment en essayant d'atteindre la température idéale. Non seulement ce processus mène à des pertes d'énergie significatives, il limite en plus la longévité de votre chaudière. Vous devez donc laisser calculer précisément la puissance nécessaire » conseille Jan Deklerck. 

chaudière

« Les vieilles chaudières, au gaz comme au mazout, montrent souvent une puissance superflue. Vous devez donc calculer précisément la puissance nécessaire »


  

2. Ne pas utiliser un régulateur climatique

Un régulateur climatique couplé à votre chaudière est un must pour épargner de l’énergie. Celui-ci tient compte de la température extérieure via un capteur placé à l’extérieur. Votre chaudière n’est alors opérationnelle que lorsque c’est réellement nécessaire. Une installation plus ancienne, sans capteur extérieur, fournira une température constante afin de toujours combler la moindre perte de chaleur. 

Attention : le capteur extérieur doit être placé à la bonne place. Cela se fait généralement sur la façade nord ou nord-ouest, à une hauteur de 2,5 mètres. 

3. Combiner un thermostat d’ambiance avec des vannes thermostatiques

C’est une erreur souvent commise : « n’utilisez pas de vannes thermostatiques sur des radiateurs placés dans des pièces possédant un thermostat d’ambiance. Vous obtiendrez alors un double contrôle de température et les deux systèmes se contreront » prévient Jan Deklerck. Cliquez ici pour obtenir plus d’info sur les thermostats d’ambiance et les vannes thermostatiques. 

La solution ? Ne placez pas de vannes thermostatiques dans les pièces où vous disposez d’un thermostat d’ambiance. Utilisez-les dans d’autres pièces. C’est même conseillé. Si vous n’utilisez pas de thermostat d’ambiance et que vous utilisez un régulateur climatique, il est préférable de placer des vannes thermostatiques sur tous vos radiateurs. » 

Remeha iSense - regelaar_thermostaat - Remeha (2)

« N'utilisez pas de vannes thermostatiques sur des radiateurs placés dans des pièces possédant un thermostat d’ambiance. Vous obtiendrez alors un double contrôle de température et les deux systèmes se contreront »

Photo Remeha
  

4. Ne pas nettoyer les tuyauteries lors du changement de la chaudière

Les vieilles chaudières contiennent de la saleté, de la rouille et d’autres types de dépôts. « Si toutes ces saletés pénètrent dans votre nouvelle chaudière, il y a de fortes chances que vous rencontriez des problèmes. Les nouvelles chaudières montrent un débit d’eau relativement limité et présentent de grands risques d’encrassement. Dans de nombreux cas, ceux-ci ne sont pas couverts par la garantie. Pensez à nettoyer le réseau de chauffage au préalable et installez les filtres nécessaires : un filtre à poussière avant la chaudière et un filtre à air après la chaudière » conseille Jan Deklerck. 

5. Ne pas évacuer l’oxygène présente dans la chaudière

« Vous avez un vieux chauffage au sol dont les tuyaux ne sont plus étanches à l’air ? Vous devez intervenir ! Plus votre chaudière est alimentée en oxygène, plus difficilement elle fonctionnera. Vous subirez de la corrosion et la qualité de l’eau se détériorera. Au final, la chaudière dysfonctionnera » explique Jan Deklerck. Les solutions – du réglage du circuit à un nouveau chauffage au sol – sont impactantes et coûteuses, mais peuvent être évitées. » 

ZOLDER_QUINTAPRO_MONTEUR

Pensez à nettoyer le réseau de chauffage au préalable et installez les filtres nécessaires.

Photo Remeha
  

6. Ne pas tenir compte du passage du gaz pauvre au gaz riche

Dès 2030, les Pays-Bas cesseront d’exporter du gaz vers la Belgique. Plus d’un million et demi de familles belges seront, dès l’année prochaine, alimentées par du gaz en provenance de Russie ou du Qatar. Le problème ? Les types de gaz diffèrent, entraînant l’impossibilité pour de nombreuses chaudières de fonctionner. « De toute façon, les personnes cherchant aujourd’hui une nouvelle chaudière se verront proposer un appareil adapté aux deux types de gaz. Vous serez donc safe pour l’avenir. » 

7. Fournir une mauvaise alimentation à votre chaudière à mazout

Si vous remplacez votre ancienne chaudière à mazout par une neuve, vérifiez au préalable le type et le diamètre des conduits d’alimentation entre la citerne et la chaudière. « Les dernières chaudières au mazout ont des débits de mazout moins élevés. Si vous les connectez à des tuyaux trop importants, vous courrez le risque que la chaudière au mazout présente des soucis à l’allumage. 

8. Oublier d’adapter les évacuations de fumée

« La plupart du temps, vous remplacerez une vieille chaudière à haute température par une chaudière à condensation. La température des gaz émis est donc bien moins importante. Il est donc important que vous adaptiez les conduits de gaz de combustion. Vous le ferez en appliquant un système de tuyaux modifié. Si vous ne le faites pas, les gaz de combustion vont refroidir et se condenser, entraînant par là des risques d’humidité. » 

conduit d'évacuation des gaz d'échappement

« La plupart du temps, vous remplacerez une vieille chaudière à haute température par une chaudière à condensation. La température des gaz émis est donc bien moins importante. Il est donc important que vous adaptiez les conduits de gaz de combustion. »

Photo Poujoulat Belux
  

9. Ne pas ventiler suffisamment la chambre de combustion

Selon les règles du chauffage actuelles, vous devez fournir de l’air tant dans la partie supérieure qu’inférieure de la chambre de combustion. « Mais c’est souvent ici que le bât blesse » indique Jan Deklerck. « En principe, le contrôleur doit éteindre la chaudière si le nécessaire n’a pas été fait. » 

10. Conserver un boiler électrique

Enfin, Jan Deklerck pointe du doigt une erreur commune. « Si nos clients combinent une chaudière au gaz ou au charbon avec un boiler électrique, nous leur conseillons de remplacer ce dernier par un boiler relié à la chaudière ou un générateur de débit. Vous économiserez ainsi sur votre consommation lors de la production d’eau chaude sanitaire. » 

Conseil supplémentaire

Si vous passez d’un chauffage à haute température à un système à basse température, vous devez aussi vérifier que vos radiateurs peuvent chauffer à basse température. Envisagez le chauffage au sol, le chauffage au mur, les radiateurs surdimensionnés ou encore les ventilo-convecteurs. Attention : vous pouvez parfois conserver vos radiateurs actuels, par exemple si votre maison a été correctement post-isolée. »

13 choses à savoir sur chauffage central

En collaboration avec

Découvrez tous les partenaires

Ce site web est sécurisé par reCAPTCHA et le politique de confidentialité et conditions générales d’utilisation de Google s’appliquent.

track

http://www.livios.be/fr/info-construction/techniques/chauffage-et-refroidissement/chauffage-central/remplacer-sa-chaudiere-reste-une-valeur-sure-mais-evitez-ces-erreurs/