livios logo

S’équiper d’un thermostat intelligent : une bonne idée ?

Pilotage automatique des chaudières, thermostats intelligents, vannes thermostatiques programmables ou connectées, domotique à commande vocale… L’évolution de la régulation de nos chauffages est digne d’un roman de science-fiction. C’est à qui fera les promesses les plus alléchantes ! Mais cette tendance au « toujours plus » répond-elle vraiment au « toujours mieux » ou n’est-ce que de la poudre aux yeux destinée à ouvrir de nouveaux débouchés commerciaux ?

Si l’on s’en tient au principe, la régulation d’un système de chauffage se définit comme l’application d’organes de pilotage qui maintiennent le système dans un état le plus proche possible d’une consigne. Cette définition identifie clairement les deux principaux éléments visant à assurer le confort de nos habitations : d’une part, la consigne de température à atteindre et, d’autre part, le système technique qui doit garantir sa stabilité. La difficulté d’une régulation optimale vient de l’inconstance de la consigne de température, qui change selon de nombreux paramètres : horaires et types d’occupation, apports d’énergie intérieurs, sensibilité des occupants au chaud et au froid…

Sources d’énergie multiples

Les sources d’énergie sont nombreuses au sein de nos habitations, et participent à augmenter la température. Citons l’énergie libérée par l’activité humaine, celle dégagée par les appareils (frigo, TV, ordinateur…), les apports solaires passifs à travers les vitrages… La quantité de chaleur produite par ces sources va influencer l’intensité et la durée de la production d’énergie par le système de chauffage, qui intervient pour pallier la différence entre la température de confort souhaitée et celle atteinte par l’énergie de ces sources. Le système de chauffage doit donc s’adapter constamment à des besoins fluctuants et être capable de moduler en permanence la production et la distribution de chaleur. Plusieurs solutions s’offrent à vous.

Les sources d’énergie sont nombreuses au sein de nos habitations, et participent à augmenter la température. Citons l’énergie libérée par l’activité humaine, celle dégagée par les appareils...

Photo Electrolux Belgium nv/sa
  

... et les apports solaires passifs à travers les vitrages. La quantité de chaleur produite par ces sources va influencer l’intensité et la durée de la production d’énergie par le système de chauffage.

Photo Schüco Belgium SA
  

1. Les vannes thermostatiques

La température de consigne varie dans le temps, en fonction des heures d’occupation des locaux, et diffère selon les locaux. L’exemple type est celui de la salle de bains, occupée sporadiquement matin et soir, avec une température de confort supérieure à celle des autres pièces. Ce simple constat implique qu’une régulation optimale ne peut être assurée que par un dispositif local, fonctionnant automatiquement et intégrant les plages horaires et la température d’utilisation du local. Les vannes thermostatiques programmables répondent parfaitement à ce besoin. À noter que les modèles de base permettent d’agir manuellement sur la température des locaux, mais pas de déterminer à l’avance les périodes où le chauffage est nécessaire. Leur utilité est donc limitée.

2. Le thermostat d’ambiance

Une commande thermostatique permet de régler la température du chauffage et d’opérer un réglage horaire. Le minimum conseillé est la régulation du producteur de chaleur (chaudière, pompe à chaleur…) par une sonde extérieure, complétée par un thermostat d’ambiance et des vannes thermostatiques. Cette solution est parfaite pour la famille « traditionnelle », à savoir deux parents qui travaillent à horaires fixes, les enfants à l’école et des habitudes de vie répétitives. Elle permet en effet de déterminer des plages horaires de fonctionnement pour chaque jour de la semaine, et de programmer une température de consigne raisonnable et orientée économie.

Certains systèmes sont dotés d’un logiciel d’auto-apprentissage. Ils intègrent vos habitudes et affinent la programmation en accumulant les informations et en synthétisant votre profil. On parle alors de thermostat « intelligent », dans la mesure où les différents composants du système communiquent entre eux, sans aucune intervention de votre part. La plupart des thermostats intelligents peuvent par ailleurs être pilotés à distance.

robinet thermostatique radiateur-

Les vannes thermostatiques programmables permettent d’agir manuellement sur la température des locaux.

Photo Selfmatic
  

2

Une commande thermostatique permet de régler la température du chauffage et d’opérer un réglage horaire.

Photo Remeha
  

3. La régulation à distance

Plus on s’écarte du schéma familial traditionnel, plus l’occupation fluctuante des lieux devient la base de la régulation. Il ne s’agit plus de raisonner en termes de programmation hebdomadaire mais bien quotidienne, voire instantanée. La flexibilité est de mise et le système de régulation doit travailler en continu. Supposons que vous quittiez votre travail deux heures plus tard. Puisqu’il est inutile de chauffer votre habitation à ces heures creuses, le fait de pouvoir commander votre installation à distance s’impose comme une évidence.

Grâce à un système de régulation piloté, vous pouvez récolter des informations via le net et interagir à distance avec les installations fixes du bâtiment. Vous pouvez ainsi augmenter ou diminuer le chauffage sans être physiquement chez vous. Différents systèmes utilisent la géolocalisation de votre smartphone pour déclencher automatiquement le chauffage dès que vous vous rapprochez de votre domicile ou le couper lorsque vous sortez de chez vous. Quelles sont les possibilités ?

  • On/off
    La première : le démarrage ou la mise à l’arrêt du chauffage via un thermostat d’ambiance connecté. Ce thermostat régule le brûleur de la chaudière. C’est du « tout » ou « rien ». La solution est simple et facile à gérer mais peu performante.
  • Température de l’eau
    La seconde proposition : passer du mode on/off à une régulation plus fine, en modifiant à distance la consigne de température du circuit. L’intérêt est de moduler en continu la température de l’eau de chauffage, et donc la chaleur diffusée par les radiateurs, en agissant sur la vanne à trois voies qui mélange l’eau des circuits aller et retour. La solution est efficace.
  • Pilotage des vannes
    La troisième possibilité : le pilotage individuel des vannes thermostatiques connectées, ce qui permet de modifier la température local par local. Contrairement aux solutions précédentes, la température du circuit de chauffage n’est pas modifiée. Les vannes modulent uniquement le débit d’eau dans les radiateurs.
  • Solution combinée
    La dernière solution : combiner les propositions ci-dessus pour obtenir une régulation à distance agissant à la fois sur la mise en marche de la chaudière, la température du circuit et le débit des vannes. C’est la solution la plus efficiente, à même de garantir un maximum de confort et d’économies.
RemehaRemehaeTwistcosyAMBIANCE

On parle de thermostat « intelligent », dans la mesure où les différents composants du système communiquent entre eux, sans aucune intervention de votre part.

Photo Remeha
  

Chaudière murale à gaz Viessmann avec smartphone

La plupart des thermostats intelligents peuvent par ailleurs être pilotés à distance.

Photo Viessmann Belgium SPRL
  

thermostat pour chauffage et ventilation

Vous pouvez ainsi augmenter ou diminuer le chauffage sans être physiquement chez vous.


© Itho Daalderop  

Pas que des atouts

La régulation à distance présente toutefois quelques inconvénients. La programmation du chauffage se fait sur base du profil préférentiel de l’utilisateur principal, et ne prend pas en compte les besoins des autres membres de la famille. On peut sans doute combiner plusieurs commandes mais il y a des limites. Dans la pratique, le responsable de la régulation à distance devra intégrer toutes les demandes de confort des autres membres de la famille. Si les besoins sont trop divers, il faudra en conclure que la seule solution est de maintenir un chauffage permanent de l’habitation.

Une autre question fréquente concerne la facilité d’installation d’un système connecté, souvent mise en avant par les fabricants. Il faut admettre que le placement d’un thermostat sans fil est simple et à la portée de tous. Néanmoins, plus le système propose de fonctionnalités et plus il interagit avec un nombre important d’éléments de l’installation fixe, plus l’opération se complexifie. Pour un système complet, faire appel à votre chauffagiste peut s’avérer utile, sinon indispensable.

Conseil : Nous avons sélectionné trois packages de démarrage. Découvrez leur prix.

Conclusion

Théoriquement, plus la régulation est fine et variable, plus grande sera l’économie réalisée. En pratique, le résultat ne génère aucune économie si la régulation classique de votre installation correspond bien à vos habitudes, et risque de s’avérer négatif si le suivi de la régulation est inapproprié. Un thermostat intelligent piloté a du sens si vos besoins en chauffage varient constamment, si vous êtes féru de technologie et si vous voulez tenir à l’œil votre consommation. Deux aspects doivent absolument être évalués : l’adéquation avec les besoins de tous les membres de la famille et la rentabilité de l’investissement.

Source: Je vais Construire

13 choses à savoir sur chauffage central

En collaboration avec

Découvrez tous les partenaires

Ce site web est sécurisé par reCAPTCHA et le politique de confidentialité et conditions générales d’utilisation de Google s’appliquent.

track

http://www.livios.be/fr/info-construction/techniques/chauffage-et-refroidissement/chauffage-central/sequiper-dun-thermostat-intelligent-une-bonne-idee/