livios logo

Nick et Catheline chauffent consciemment au bois : « Nous sommes indépendants énergétiquement »

Le terme ‘habitation à basse énergie’ nous fait penser presque automatiquement à des panneaux solaires et une pompe à chaleur. Cependant, Nick et Catheline ont donné un autre contenu au facteur de l’énergie renouvelable lors de la construction de leur maison à ossature bois. Ils ont opté pour un poêle à bois qu’ils utilisent aussi bien pour leur chauffage central que pour leur eau chaude sanitaire. En plus de la chaleur accueillante chez eux, le poêle garantit également l’indépendance énergétique de ce couple anversois.  

Chaleur accueillante

Le choix d'un poêle a toujours été évident pour Nick et Catheline. « Mes parents ont toujours chauffé à l’aide d’un poêle et dans notre maison précédente, il y en avait aussi un. Nous y sommes donc habitués depuis toujours », raconte Nick. « Un poêle rend la maison très accueillante et il est agréable de regarder le feu. En outre, il nous semble important d’utiliser ainsi une source d’énergie renouvelable. »

Surchauffage

Cependant, la combinaison d’une habitation à basse énergie et un poêle ne semblait pas si évident dans un premier temps. « Au début, l’entreprise de construction avait même un avis plutôt négatif sur l’emploi d’un poêle dans notre maison. Ils craignaient des problèmes de surchauffage vu que notre maison est si bien isolée. » Heureusement, cette crainte s’est révélée inutile. « Le poêle n’est pas trop grand et il est aquifère », explique Nick. « Deux tiers de la chaleur passent à l’eau, qui est à son tour stockée dans un réservoir tampon. Ainsi, nous pouvons bien stocker la chaleur et l’espace ne reçoit qu’une quantité limitée de chaleur. Et nous n’avons donc pas de problèmes de surchauffage non plus. En outre, de cette façon nous sommes énergétiquement indépendants vu que notre poêle fournit de l’eau chaude sanitaire et l’eau du chauffage au sol. » 

Reportage poêle Arkana

Photo ARKANA
  

Vue latérale du reportage poêle Arkana

Photo ARKANA
  

Tuyaux de reportage de poêle Arkana


  

Autre source d’énergie

L’option d’un poêle à bois était un choix très conscient fait par Nick et Catheline. « Je ne choisirais jamais un poêle à gaz. Un jour, on avait considéré l’achat d’un poêle à pellets parce que celui-ci est un peu plus propre à l’usage et un peu moins poussiéreux. Ce type de poêle a aussi cette flamme accueillante et vous utilisez également le bois comme source énergétique renouvelable. Mais à mon goût c’est quand même différent d’un poêle à bois. Si nous n’avions pas installé de poêle à bois, j’aurais plutôt opté pour une pompe à chaleur », raconte Nick.

Stock de bois

Jusqu’il y a peu, le couple pouvait obtenir le bois facilement via leur famille. Ainsi, ils ont construit une réserve considérable qui leur permet de continuer pendant quelque temps. « Surtout puisque notre consommation dans la nouvelle construction est très réduite. Nous ne consommons pas plus de quatre mètres cube par an, ce qui alimente le chauffage complet de notre maison. » Pour garantir que le bois sèche suffisamment, Nick et Catheline le conservent pendant au moins deux ans dans un abri à bois dans le jardin.

Avantages et désavantages

Ils sont très satisfaits du fonctionnement du poêle. « C’est surtout le fait qu’il est aquifère, ce qui présente un grand avantage pour nous. Ensuite, nous avons choisi d’ajouter une option supplémentaire pour que le poêle dirige lui-même l’entrée de l’air. À base de la température de combustion qu’il mesure, il dirige l’entrée de l’air pour que nous puissions chauffer proprement avec plus de facilité et que le bois brûle de façon optimale. Cela, à son tour, garantit un rendement maximal. » Nick mentionne la possibilité de production de fumée lorsque vous voulez ajouter du bois comme l’un des désavantages peu nombreux. « La grande vitre offre une très belle vue sur le feu, mais elle fait aussi que si vous voulez ajouter du bois, il faut faire très vite et faire attention à la fumée qui entre dans la maison. »

Ventilation

Dans la nouvelle construction à ossature bois on a installé un système de ventilation D avec une alimentation et évacuation de l’air contrôlées. « Vu que dans ce cas, le poêle ne doit pas prendre de l’air de la maison, nous avons prévu une alimentation depuis l’extérieur qui entre via la cave », raconte Nick. L’air brûlé est ensuite simplement évacué via la cheminée.

Budget

Comme le poêle constituait ici la principale source d’énergie, il signifiait une partie considérable du budget de construction de Nick et Catheline. « Il y a aussi un collecteur solaire qui aide à alimenter le chauffage au sol pendant l’entre-saison. Cela, en combinaison avec un poêle aquifère et qui régule l’entrée de l’air, résulte en un prix considérable. Mais nous en avions tenu compte dans notre budget. » Par contre, les frais d’entretien et de consommation sont très raisonnables. Nick estime l’entretien annuel à quelque 50 euros. Cela, avec la consommation de bois minimale dans leur habitation à basse énergie, fait qu’ils ne doivent certainement pas se faire des soucis de l’aspect financier.

11 choses à savoir sur poêles et foyers

En collaboration avec

Découvrez tous les partenaires

Ce site web est sécurisé par reCAPTCHA et le politique de confidentialité et conditions générales d’utilisation de Google s’appliquent.

track

http://www.livios.be/fr/info-construction/techniques/chauffage-et-refroidissement/poeles-et-foyers/nick-et-catheline-chauffent-consciemment-au-bois-nous-sommes-independants-energetiquement/