livios logo

Placer l’électricité : la feuille de route ultime

Un boulot compliqué, mais incontournable. C’est la réponse par défaut des candidats à la construction ou à la rénovation quand vous leur demandez jusqu’où il est difficile d’installer son réseau électrique soi-même. Pas si difficile ? Jusqu’à ce que vous soyez au pied du mur, au propre comme au figuré… Au secours : par où dois-je commencer ? Voici notre feuille de route ultime. 

Tout commence avec un plan

Tout commence avec un plan. Un aperçu du nombre de prises et de leur emplacement dans chaque pièce. Où voulez-vous placer des points d’éclairage et leurs interrupteurs ? Si vous n’avez que peu de notions techniques, parlez-en avec votre électricien ou votre fournisseur de matériel électrique. Ils sont au fait, entre autres, des détails de câblage pour les salles de bains et pourront également organiser les différents circuits électriques de manière logique. 

Utilisez un plan de votre habitation afin de pouvoir y indiquer ce qui va où pour chaque étage. Si vous n’avez pas de notions d’où et avec quels éclairages vous souhaitez apporter de la lumière, vous pouvez toujours demander de créer un plan d’éclairage par un professionnel. 

1. Dessiner

Avec ce plan comme guide, dessinez les saignées à effectuer dans les cloisons, mais aussi les espaces où seront placés les boîtiers techniques. Ceux-ci recevront les interrupteurs et les prises. Ce dessin vous permettra de tracer un réseau de câblage. 

Vous pouvez effectuer les tracés au crayon, mais dérober les feutres du gamin peut être une bonne idée. Ceux-ci permettront de dessiner des traits résistants à la pluie et resteront donc visibles en toutes circonstances. Les feutres à l’alcool sont également une option. Choisissez de toute manière une couleur contrastée. Si les traits sont à peine visibles, ils le seront complètement une fois sous la poussière. 

Un bon réseau commence par un bon plan.

Photo Brainbox®
  

Dessinez les emplacements des différents boîtiers.

Photo Easykit
  

Nous commençons avec les boîtiers intégrés…

  • Tenez compte de la hauteur finale de votre plancher. À combien de centimètres du sol doit se trouver le boîtier pour vos prises ? Basez-vous sur vos plans. Attention, cette distance est souvent différente en fonction des étages. Au rez-de-chaussée, l’isolation au sol est souvent plus épaisse que pour les étages.
  • Dessinez les emplacements des interrupteurs et des prises partout à la même hauteur.
  • Votre sol est parfaitement à niveau ? Utilisez un carton et des marqueurs pour gagner du temps.
  • Vous déterminez la hauteur de vos boîtiers. Tenez compte d’une distance de 110 cm par rapport au sol pour un interrupteur et de 25 cm pour une prise. Les thermostats, panneaux de contrôle et parlophones se trouveront à un mètre et demi du sol.
  • Plusieurs commandes ? Les prises se posent les unes à côté des autres. Les interrupteurs, l’un au-dessus de l’autre. Pour les premières, n’en alignez que quatre, pour les seconds, trois.
  • Gardez une distance de sécurité avec les plinthes et les chambranles. Pensez également au sens d’ouverture des portes.
  • Un boîtier interne fait environ 8x8 cm. Un carré de 10x10 sera donc suffisant. L’espace supplémentaire est utilisé pour glisser plus facilement les fils par la suite.
  • Dessinez clairement les carrés, parallèles au sol. Vous pourrez effectuer des corrections dans la maçonnerie, mais c’est la première étape pour obtenir de beaux interrupteurs et de belles prises bien droits.

... et terminons avec les saignées.

  • Jamais à l’horizontale, toujours à la verticale. Vous pouvez aller en oblique s’il n’y a pas d’autres alternatives.
  • Dessinez depuis le boîtier vers le bas ou, pour certains interrupteurs, de bas en haut.
  • Une saignée doit faire deux doigts de largeur. Prévoyez plus d’espace si vous avez plus de câblage.
  • Plus qu’une prise ? Tirez une saignée vers la première puis une autre depuis la dernière. Cela facilite les connexions.

2. Découpe ou ouverture

Un masque et des lunettes de sécurité sont indispensables, car c’est un vrai travail de démolition. Il existe différents outils pour faire le travail. Vous avez ainsi le choix entre une disqueuse, un coupe-mur, un burin… 

Pour un bricoleur, une disqueuse de seconde marque est suffisante. Le plus important est la qualité du disque. Optez ainsi pour un disque diamant de 230 mm. Les disques doubles sont moins pratiques. Ils se bloquent souvent à cause des débris et ils ne permettent pas réellement de découper les espaces pour les boîtiers. 

Faites attention à l’espace pratiqué dans la brique.


  

Investissez avant tout dans une bonne meuleuse.

Photo Gamma Belgique
  

Toutes les saignées sont prêtes ? Un marteau et un burin feront le reste.

Photo Easykit
  

Évitez la poussière

Faire une saignée entraîne beaucoup de poussière. Certains outils sont équipés pour aspirer celle-ci dans une poche attachée. Autre option : une personne effectue la saignée pendant qu’une autre aspire avec un aspirateur industriel. Autre astuce : quelques minutes avant de commencer, humidifiez vos murs avec un pulvérisateur. Cela évite une partie du problème. Il n’y a pas de solution ultime. Essayez donc de toujours faire les saignées avant le placement des nouveaux châssis. Encore quelques conseils : enfilez une combinaison jetable, portez des lunettes de sécurité, des gants de travail solides et des protections pour les oreilles.

  • Ayez toujours une position de travail stable.
  • Les parois internes doivent ressortir au maximum d’un demi-centimètre du mur. Il vaut mieux creuser trop profond que pas assez.
  • Les saignées doivent faire deux doigts de largeur.
  • Préparez la saignée en fendant entre les deux bords pour faciliter l’extraction des gravats.
  • Faites attention aux autres réseaux et tuyauteries.
  • Casser le mur à l’aide d’un burin et d’un marteau.
  • Nettoyez l’espace creusé. Le mortier n’attache pas bien sûr les surfaces poussiéreuses.

3. Insertion

Bonne nouvelle, le travail sale est fini. Il s’agit maintenant d’évider les trous et les saignées et d’insérer le matériel. Il est important que tout soit solidement fixé. Ainsi, rien ne pourra bouger lorsque la paroi de finition sera posée. 

Les boîtiers internes

  • Reliez le nombre de boîtiers souhaités les uns aux autres.
  • Poussez-les dans les trous prévus à cet effet. Le câblage viendra ensuite.
  • Faites de même avec les boîtes de dérivation. Vous devez facilement pouvoir aller d’un boîtier à l’autre.
  • Créez un mortier, Il existe des sachets prêts à l’emploi. Vérifiez le temps de préparation. Vous pouvez également utiliser, dans certains cas, de la colle à Gyproc.
  • Mouillez la surface à traiter avec un pulvérisateur ou avec une brosse mouillée.
  • Appliquez le mortier avec une spatule à droite et à gauche du boîtier ? Une attache à l’arrière finit de stabiliser l’ensemble. Vérifiez que tout est bien à niveau.
  • Graissez les ouvertures afin de faciliter le passage des câbles par la suite.

Humidifiez votre maçonnerie pour que le mortier adhère mieux.

Photo Easykit
  

Les boîtiers sont fermement fixés ? Vient le tour des tuyaux.

Photo Luminus
  

Le câblage

  • Déroulez les tuyaux et glissez-les dans les saignées en les attachants avec des pièces Preflex transversales.
  • Posez un bloc de construction sur le câble.
  • Créez un mortier prêt à l’emploi.
  • Humidifiez la saignée.
  • Répartissez le mortier sur toute la saignée. La surface peut être inégale. Le mortier pourra mieux adhérer.
  • Dépassez d’un centimètre au-dessus et en dessous.
  • Laissez les câbles au sol afin qu’ils ne puissent pas glisser pendant la pose de la chape ou la pulvérisation de l’isolant. Utilisez des gaines pour plusieurs câbles, et du câble en nylon pour un boîtier unique.

De retour aux boîtiers

Dernière étape. Les boîtiers internes sont bien fixés ? Vous pouvez effectuer les finitions. Ajoutez du mortier et poussez fortement sur les côtés. Assurez-vous que tous les côtés sont correctement rejointoyés. Le plafonneur vous remerciera. 

Conseil : consultez aussi notre infographie

-------------------

Plus à ce sujet :
Aidez d’autres bâtisseurs et rénovateurs en partageant cet article

https://www.livios.be/fr/info-construction/techniques/electricite/placer-lelectricite-la-feuille-de-route-ultime/