Gaz naturel versus mazout

Le choix entre le mazout et le gaz a déjà fait couler beaucoup d’encre. Chacun a ses qualités et ses limites. On les compare au niveau de le consommation, des frais d'installation, de l'aspect écologique et du contrôle.

1. Consommation et frais d’installation

Même si les fournisseurs de gaz peuvent fixer eux-mêmes le prix du gaz et que ceci ouvre la porte à une réduction des prix, les prix de ces deux combustibles fossiles sont étroitement liés au prix du pétrole au niveau international. Le mazout réagit pratiquement instantanément aux fluctuations de prix, le gaz suit avec un retard d’environ six mois.

En ce qui concerne les frais d’installation, le gaz est notablement moins coûteux que le mazout. D’une part, parce que vous n’avez pas besoin de citerne, mais d’autre part, parce que les chaudières au gaz sont moins chères que les chaudières au mazout.

Payer mensuellement versus en une fois

La principale différence réside dans le fait que pour le gaz, vous payez votre consommation mensuellement et que vous recevez un décompte après relevé de votre compteur. Tandis que pour le mazout, vous devez payer en une fois votre facture à la livraison, mais vous connaissez le prix à l’avance. Vous pouvez néanmoins demander un paiement échelonné.

Attendre le moment propice

Le fait de devoir stocker d’importantes quantités de mazout présente toutefois des avantages. Vous pouvez notamment attendre le moment propice pour remplir votre citerne et, une fois remplie, vous êtes tranquille pour un moment et ne devez pas vous tracasser des fluctuations de prix. Si vous êtes distrait de nature, vous pouvez demander à votre fournisseur de mazout de vous contacter périodiquement pour vous inviter à remplir votre citerne.

2. Environnement

Lorsque l’on compare le gaz et le mazout, on évoque directement l’aspect écologique. Auparavant, le mazout n’avait pas très bonne réputation à l’égard de l’environnement, en raison de l’existence de citernes en mauvais état, de fuites de mazout dans le sol et des émissions de soufre et autres gaz de combustion. Même si les émissions de CO2 provoquées par le mazout lors de la combustion sont plus élevées (25 %) que pour le gaz, le secteur du mazout est parvenu, grâce à de nouveaux développements techniques, à combler son retard au niveau environnemental. Surtout au niveau de l’étanchéité des citernes, d’importants progrès ont été accomplis tant au niveau technique que législatif.

Grandes différences dans l’offre de chaudières

Tant pour le gaz que pour le mazout, l’éventail de l’offre de chaudières présente de grandes différences au niveau du rendement et de l’écologie. Si vous choisissez une chaudière à haut rendement et de faibles émissions, vous faites pour ainsi dire une bonne affaire tant pour votre porte-monnaie que pour l’environnement. Rappelez-vous par ailleurs que la cheminée doit être adaptée aux chaudières haut rendement.

3. Contrôle

En Wallonie comme à Bruxelles, la fréquence du contrôle obligatoire dépend du type de combustible. Pour les combustibles solides et liquides (comme le mazout), le contrôle est annuel, tandis que pour le gaz, le contrôle doit s’effectuer tous les trois ans. Cet entretien doit être effectué par un chauffagiste agréé. Avec une chaudière bien entretenue, vous consommez moins et vous prolongez la durée de vie de votre installation.

Le meilleur de Livios dans votre boîte aux lettres ?

Inscrivez-vous à la newsletter de Livios et recevez deux fois par semaine les dernières nouvelles dans le domaine de la construction et de la rénovation, des conseils utiles et des tonnes d'inspiration.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux