livios logo

Pompe à chaleur : une bonne idée en rénovation ?

Les candidats rénovateurs se posent de nombreuses questions quant au choix du système de chauffage dans le cadre de leur projet. Conserve-t-on le système en place ? Change-t-on de combustible ? S’interroger sur le choix d’une pompe à chaleur (PAC) est alors légitime. La pompe à chaleur est-elle une solution envisageable sur le plan technique, économique et écologique ? La réflexion sera toutefois différente selon qu’il s’agit d’une rénovation légère du bâtiment ou d’une intervention lourde.

Rénovation légère

Lorsque la rénovation d’une maison s’axe simplement sur l’isolation de la toiture et le remplacement de quelques châssis de fenêtre, le niveau K n’est en général pas suffisamment amélioré pour garantir la rentabilité d’une pompe à chaleur basse température. Celle-ci risque ainsi de ne pas fournir la température de confort dans le bâtiment en période de grand froid. En effet, la conservation des radiateurs en place est peu compatible avec la basse température d’eau de chauffage préparée par une PAC.

1. Pompe à chaleur à haute température

Pour faire face à cette situation, les fabricants ont développé des pompes à chaleur air/eau dites « à haute température ». Celles-ci peuvent donc théoriquement être installées dans des bâtiments faiblement isolés. Pour chauffer l’eau, le compresseur sollicite davantage, ce qui entraîne une consommation d’électricité plus élevée et diminue donc la rentabilité. Ces PAC sont de surcroît plus coûteuses à l’achat. Le coefficient de performance (COP) et le rendement de la pompe chutent lorsque la température extérieure tombe sous 0 °C. La PAC ne permet plus de garantir la température de confort souhaitée dans le logement.

La complexité du problème réside dans le bon dimensionnement de la pompe à chaleur pour garantir un confort optimal lors des grands froids, sans qu’elle soit pour autant surdimensionnée pendant le reste de la période de chauffe. Cette dualité est souvent la cause de mauvais fonctionnements, et la rentabilité risque de ne pas être au rendez-vous, tant sur le plan économique qu’écologique.

2. Chaudière hybride

La meilleure solution, si vous désirez vous tourner vers une pompe à chaleur dans un bâtiment peu isolé, est de conserver le système de chauffage en place et de le coupler à une PAC air/eau. Celle-ci chauffera le bâtiment durant une grande partie de la saison avec une eau à basse ou moyenne température. Et votre chaudière produira de l’eau chaude à haute température en période de grand froid. La PAC peut ainsi couvrir la demande de chaleur durant la majeure partie de la saison de chauffe. Le mauvais rendement de votre ancienne chaudière n’est pas trop grave puisqu’elle ne travaille plus que pendant une période relativement courte de l’année.

IKO lieux enertherm_isolatie

Si vous n'isolez que la toiture, le niveau K n’est pas suffisamment amélioré pour garantir la rentabilité d’une pompe à chaleur.

Photo Aquaplan
  

Pompe à chaleur air / eau Altherma 3 H haute température de Daikin

Il y a des pompes à chaleur air/eau « à haute température » qui peuvent théoriquement être installées dans des bâtiments faiblement isolés.

Photo Daikin Airconditioning Belgium
  

pompe à chaleur hybride tzerra

La meilleure solution, si vous désirez vous tourner vers une PAC dans un bâtiment peu isolé ? Conserver le système de chauffage en place et le coupler à une PAC air/eau.

Photo Remeha
  

Rénovation lourde

Votre rénovation est plus ambitieuse ? Alors, l’intégration d’une pompe à chaleur basse température devient plus évidente. Une rénovation énergétique poussée, permettant d’obtenir un niveau K suffisamment bas (au minimum inférieur à 45), ouvre la porte à l’installation rentable d’une PAC. Atteindre ce niveau d’isolation nécessite de s’attaquer à toute l’enveloppe (toiture, sol, murs et fenêtres). L’étanchéité à l’air sera également soignée afin de ne pas anéantir les efforts consentis au niveau de l’isolation. Enfin, on veillera à installer un système de ventilation performant et intelligemment réfléchi.

Voudriez-vous installer une pompe à chaleur ? Vous devrez vous tourner vers un système de distribution à basse température (chauffage par le sol, radiateurs basse température ou ventilo-convecteurs). Opter pour une distribution de chaleur à basse température est de toute façon pertinent, même si vous n’installez pas une PAC dans l’immédiat, car un tel système améliore aussi le rendement d’une chaudière à condensation et vous laisse la possibilité, pour le futur, de remplacer celle-ci par une pompe à chaleur, sans toucher à l’ensemble du réseau de distribution de chaleur.

Relève d’un chauffage électrique

Nombre de maisons construites dans les années 80 sont équipées de chauffages électriques directs et/ou à accumulation. La question du mode de chauffage se pose donc de manière cruciale lors de la rénovation de ces bâtiments dépourvus de tout système de distribution de chaleur. Faut-il installer une chaudière et des radiateurs ou une PAC air/air ? D’un côté, il faut installer un réseau de distribution d’eau de chauffage et demander le raccordement au gaz naturel (ou installer une citerne propane ou mazout). De l’autre, des canalisations de gaz frigorifique doivent relier l’unité extérieure aux unités intérieures placées dans les différentes pièces à chauffer.

Dans le cas d’une PAC air/air, le ventilateur souffle de l’air chaud, ce qui peut entraîner une gêne sonore dans la pièce, selon la vitesse de rotation et la qualité de l’isolation phonique du ventilateur. En revanche, le prix de la PAC air/air installée est inférieur à celui d’un système de chauffage complet reposant sur une chaudière et des radiateurs. En inversant son mode de fonctionnement, la PAC air/air peut de surcroît être utilisée pour refroidir la pièce (climatisation). Attention toutefois, certaines PAC air/air affichent un moins bon rendement par temps froid ; elles consomment alors beaucoup d’électricité et peuvent, dans certains cas, ne pas arriver à maintenir la température de confort souhaitée.

Atlantique Batibouw 2018

Votre rénovation est plus ambitieuse ? Alors, l’intégration d’une pompe à chaleur devient plus évidente.

Photo ATLANTIC BELGIUM
  

pompe à chaleur air-air air conditionné

Remplacez-vous vos chauffages électriques par une PAC air/air ? Des canalisations de gaz frigorifique doivent relier l’unité extérieure aux unités intérieures.

Photo Daikin Airconditioning Belgium
  

800x600 panneaux solaires maison maison

Coupler une pompe à chaleur à des panneaux solaires photovoltaïques est l’un des moyens les plus efficaces pour se chauffer durablement.

Photo Eandis cvba
  

PAC et photovoltaïque : le couple gagnant

La grande majorité des pompes à chaleur consomment de l’électricité, une énergie trois à quatre fois plus chère que le gaz et le mazout, et potentiellement polluante (selon le combustible utilisé pour la produire). Or vous pouvez produire vous-même l’électricité consommée par votre PAC, au moyen d’une installation photovoltaïque. Coupler une pompe à chaleur à des panneaux solaires photovoltaïques est l’un des moyens les plus efficaces pour se chauffer durablement ! Vous réaliserez d’importantes économies d’énergie tout en diminuant votre impact sur l’environnement.

Source : Je vais Construire

14 choses à savoir sur énergies renouvelables

En collaboration avec

Découvrez tous les partenaires

Ce site web est sécurisé par reCAPTCHA et le politique de confidentialité et conditions générales d’utilisation de Google s’appliquent.

track

http://www.livios.be/fr/info-construction/techniques/energie/energies-renouvelables/pompe-a-chaleur-une-bonne-idee-en-renovation/?utm_source=7sur7&utm_medium=partnersite&utm_term=&utm_content=a043561&utm_campaign=content