livios logo

L’eau wallonne est de piètre qualité

Une étude menée par la Commission européenne tire la sonnette d’alarme : plus de 22 millions de citoyens auraient couru un risque sanitaire un buvant de l’eau dite potable. Et parmi eux, les Wallons…

Force est de constater que, si la Flandre présente des résultats exceptionnels notamment grâce à un renouvellement de son réseau de distribution, la Wallonie doit faire face à une déliquescence de son réseau.


  

Certes, la méthode utilisée par les autorités européennes est remise en question. Mais l’annonce permet de mettre en lumière certains dysfonctionnements. Le premier est que l’on ne s’inquiète pas assez de toutes nos canalisations enterrées et que celles-ci peuvent présenter, à terme, des risques sanitaires.

900.000 personnes menacées

Si l’on en croit le rapport européen, ce ne sont pas moins de 900.000 Belges qui seraient menacés par une qualité de l’eau médiocre. Et si les distributeurs régionaux prennent ces chiffres avec des pincettes, force est de constater qu’aucun audit sérieux n’existe réellement en Wallonie pour permettre de faire mentir ce signal d’alarme. Il existe toutefois des relevés de taux de conformité avec les standards sanitaires et de confort tels que prescrits par l’Europe. Et là, sur l’ensemble de la Belgique, on attendrait 99,99% de conformité.

Un réseau vétuste

Toutefois, force est de constater que, si la Flandre présente des résultats exceptionnels notamment grâce à un renouvellement de son réseau de distribution, la Wallonie doit faire face à une déliquescence de son réseau. D’aucuns affirment même que 10% du réseau pourraient être à l’origine d’une eau peu propre à la consommation. Pourquoi nous n’avons pas plus de malades ? Simplement par un phénomène d’accoutumance. À Virton, par exemple, il n’y a pas plus de malades qu’ailleurs parce que la population est habituée. Mais si des scouts venaient y établir un camp, il y a de fortes chances qu’ils rencontreraient un problème sanitaire.

50% de fuite

Pour déterminer que le réseau est vétuste, les chercheurs se sont basés sur les pertes. En Wallonie, 50% du réseau montreraient ces fuites synonymes de problèmes. À décharge, il faut savoir que le réseau d’eau wallon représente 40.000 kilomètres de tuyauteries et que des investissements conséquents sont accordés chaque année à la réparation de ceux-ci.

Source : Le Soir


https://www.livios.be/fr/info-construction/techniques/sanitaire/entretien-et-economiser-sur-leau/leau-wallonne-est-de-pietre-qualite/