livios logo

Déplacez votre salle de bains en cinq étapes

Scénario typiquement belge : vous achetez une vieille maison et vous vous retrouvez avec des pièces en enfilade, en ce compris la salle de bains. Loin derrière. Près du jardin. Loin de votre lit. Que pouvez-vous faire ?

Étape 1. Choisir la bonne place. "Le plus pratique est d’opter pour l’espace au-dessus de la cuisine", selon Huseyin Kaya de Lambrechts.


  

Étape 2. Réfléchissez à la structure. Une tendance dans le cadre de rénovations est d’enlever la baignoire et d’investir dans une grande douche.

Photo Lambrechts
  

Étape 3. Déterminez votre budget. Les appareils, les meubles de salle de bains ...


  

... et peut-être votre système de chauffage. Étape 4: vérifiez si votre chaudière est adaptée pour un plus grand volume d’eau.

Photo Viessmann Belgium SPRL
  

De nombreux postes doivent être abordés lors de l’installation d’une nouvelle salle de bains. Étape 5 : adressez-vous au bon homme de métier.

Photo Duravit
  

Un conseil budget de Huseyin Kaya : Le plus simple est de vous référer à un coordinateur de chantier. Vous êtes souvent trop occupé pour pouvoir suivre tous les travaux en temps réel. Cela entraîne des prolongations des délais et un surcoût.

Photo GROHE
  

Une tâche insurmontable ? Pas du tout. Mais un certain nombre d’obstacles vont se dresser devant vous. Huseyin Kaya, product manager chez Lambrechts, vous guide en cinq étapes vers la salle de bains de vos rêves.

Étape 1 : choisir la bonne place

Si vous voulez mettre une salle de bains à l’étage, vous devez accepter de sacrifier une chambre. Laquelle ?

Le plus pratique est d’opter pour l’espace au-dessus de la cuisine, à proximité des évacuations et autres arrivées d’eau. Cela offre, selon Huseyin Kaya, trois avantages :

  1. Moins de coûts liés au placement de tuyauteries.
  2. Moins de travaux de démolition. Vous ne devez pas traverser la maison avec des tuyaux.
  3. Moins de distance avec la chaudière. Celle-ci se trouve généralement à proximité de la cuisine où vous avez également besoin d’eau chaude.

« La solution la plus pratique si vous ne vous intéressez qu’à la salle de bains. Si vous vous attaquez à toute la maison, vous pouvez voir avec votre architecte quelle serait la pièce la mieux adaptée. »

10 m² ? L'idéal !

« 10 à 12 m² est amplement suffisant. Sauf si vous voulez y intégrer des fonctionnalités supplémentaires comme un espace bien-être. N’oubliez pas non plus que plus votre salle de bains est grande, plus vous aurez des frais de chauffage. »

Une baignoire dans la chambre ?

Les magazines de déco en font souvent état : une baignoire dans la chambre. Une bonne idée ? « Je ne le ferai jamais » indique Huseyin. « Tout d’abord, la température de confort d’une chambre est beaucoup plus basse que celle d’une salle de bains. 18 °C contre 23°C. Deuxièmement, les meubles d’une chambre ne résistent pas toujours à l’humidité. »

Étape 2 : réfléchissez à la structure

De quoi avez-vous besoin dans votre salle de bains ? « Une tendance dans le cadre de rénovations est d’enlever la baignoire et d’investir dans une grande douche. Cela facilite l’entretien et cela donne une impression d’espace. »

« Retirer la baignoire est intéressant pour les personnes qui vivent depuis vingt ans dans leur maison et qui ne prennent plus jamais de bain. Aux jeunes couples, je conseille d’y réfléchir à deux fois. Auront-ils des enfants ? Une baignoire s’avère alors pratique » poursuit Huseyin Kaya.

Charge au sol

Tenez également compte de la charge supplémentaire au sol. « Une baignoire a rapidement une capacité de 200 litres d’eau. Ajoutez-y une personne et vous atteignez 280 kilos. Vérifiez donc que la portance des sols est toujours optimale. »

Étape 3 : déterminez votre budget

Déplacer toute une salle de bains nécessite un investissement de taille. « Outre les meubles de salle de bains, il y aura des travaux à la structure de la maison, l’adaptation des évacuations et la démolition de l’ancienne salle de bains. »

Coût global = prix des dispositifs x 2,5

Huseyin nous donne une approximation : « Multiplier le prix de vos dispositifs de salle de bains par 2,5. Si vous en avez pour 2.500 euros, vous en aurez au final pour 12.500 euros. Et ce, si le chauffage existant peut être récupéré. Sinon, ce seront des coûts supplémentaires. »

Étape 4 : vérifiez si votre chaudière est adaptée

« Une nouvelle salle de bains, avec plusieurs lavabos, une baignoire et une grande douche peuvent exiger un plus grand volume d’eau. Si vous avez un boiler indépendant, il devrait être adapté. Mais parlez-en certainement avec votre installateur. »

« Vérifiez aussi les capacités de votre ancienne chaudière. Peut-être sera-t-il intéressant de changer l’installation de chauffage. Le problème si la chaudière a été surdimensionnée, c’est qu’elle consommera beaucoup pour chauffer l’eau. »

Boiler solaire ou pompe à chaleur

Votre système de chauffage n’est pas adapté, mais est trop récent pour être remplacé ? Huseyin nous propose deux possibilités. « Un boiler avec pompe à chaleur ou un boiler solaire, afin que votre eau puisse être chauffée de façon indépendante. Comptez sur 2.500 euros pour un boiler avec pompe à chaleur. Bien moins cher que le remplacement global de la chaudière. Quant au boiler solaire, il est plus intéressant en termes de subsides. »

Étape 5 : adressez-vous au bon homme de métier

De nombreux postes doivent être abordés lors de l’installation d’une nouvelle salle de bains : les sanitaires, le chauffage, l’électricité et les finitions au niveau du sol et des carrelages. Qui réalisera tout cela ?

Option 1 : l’entrepreneur global

« Certaines entreprises se concentreront sur la seule conception de votre salle de bains. Ils prennent tout le processus en main, des évacuations aux travaux de carrelage. »

« En règle générale, ces rénovations demandent de cinq à dix jours. C’est l’avantage à travailler de cette manière puisque la société gère tous les travaux, en confiant peut-être certains à des sous-traitants, mais en coordonnant tous ceux-ci. »

Option 2 : différents hommes de métier

« Si vous coordonnez les travaux vous-même, cela prendra plus de temps. La raison : vous avez besoin de différents professionnels (plombier, électricien, plafonneur…) et ceux-ci ne peuvent pas toujours répondre à temps à vos sollicitations. »

Option 3 : l’architecte

« En cas de rénovation totale, vous travaillerez probablement avec un architecte. Celui-ci pourra coordonner les travaux nécessaires, en fonction de vos desiderata. Votre avantage ? Comme avec un entrepreneur, vous réglez l’ensemble des problèmes avec une seule personne de contact. »

Conseil budget

Moins cher de faire le suivi vous-même ? C’est une erreur de penser cela. Huseyin Kaya : « La rénovation d’une salle de bains est un travail limité et tout surveiller vous-même est énergivore. Le plus simple est de vous référer à un coordinateur de chantier. Vous êtes souvent trop occupé pour pouvoir suivre tous les travaux en temps réel. Cela entraîne des prolongations des délais et un surcoût. » 


https://www.livios.be/fr/info-construction/techniques/sanitaire/systemes/35815/deplacez-votre-salle-de-bains-en-cinq-etapes/