livios logo

Installation sanitaire : les 5 principales erreurs

Bricoler les sanitaires est populaire chez les personnes effectuant des travaux eux-mêmes. Nous le voyons dans notre rubrique dédiée. Il est relativement facile de s’occuper de l’installation de ses toilettes, d’un lavabo ou d’une douche. Toutefois, dès le départ, les erreurs peuvent s’accumuler. Roel Van den Eynde, marketing manager chez Easykit, guide quotidiennement des candidats à la construction ou à la rénovation. Quelles sont les erreurs à absolument éviter ? 

1. Mettre une trop grande distance entre le chauffe-eau et le robinet

« Dès le moment où vous ouvrez votre robinet, chaudière à gaz ou boiler vous délivre de l’eau chaude. Mais vos tuyaux contiennent encore de l’eau refroidie. Plus longue sera votre canalisation, plus l’eau devra s’écouler avant d’avoir de l’eau chaude. Il est donc important de limiter autant que possible la distance entre le dispositif fournissant l’eau chaude et les robinets » indique Roel Van den Eynde.

« Si votre chaudière est au grenier et que votre salle de bain est au rez-de-chaussée, vous pourriez attendre un certain temps avant d’avoir de l’eau chaude. Si la distance est de plus de dix mètres, vous gaspillez de l’eau et de l’énergie. »

Conseils supplémentaires :

  • Placez votre chauffe-eau à une place centrale. Peu importe si votre eau doit s’écouler vers le haut ou vers le bas. Cela n’a pas d’incidence sur le confort ressenti en matière d’eau chaude. La longueur de la tuyauterie, oui.
  • Saviez-vous qu’un lave-vaisselle produit lui-même son eau chaude ? Dans la cuisine, vous aurez principalement besoin d’eau chaude. Cela prend trop de temps d’obtenir l’eau chaude ? Un petit boiler électrique de 10 ou 15 litres d’eau est souvent la solution.
  • C’est un fait, votre chaudière doit être à l’intérieur des murs isolés. 

Bricoler les sanitaires est populaire chez les personnes effectuant des travaux eux-mêmes. Quelles sont les erreurs à éviter ?

Photo Easykit

« Si votre chaudière est au grenier et que votre salle de bain est au rez-de-chaussée, vous pourriez attendre un certain temps avant d’avoir de l’eau chaude. »

Photo Remeha

Installation classique ou collecteur central ?

En règle générale, on compte deux types d’installation pour la distribution de votre eau sanitaire. Dans une installation classique, votre premier tuyau part de la chaudière. Du robinet A, un tuyau part vers le robinet B, etc.

Il est également possible d’installer un collecteur central aussi nommé réseau partagé. Ici, un tuyau principal par de la chaudière vers le collecteur. De là, chaque tuyau bénéficie d’un approvisionnement indépendant. « Un système pratique pour les bricoleurs. Pas besoin de placer des jonctions dans le sol, comme c’est le cas avec une installation classique », précise Van den Eynde.

Attention aux bactéries

Les deux systèmes ont leurs avantages, mais aussi des points de préoccupation. N’hésitez pas à faire appel à un expert pour des avis détaillés. Il y a une constante avec laquelle vous devez toujours composer : l’eau qui effectue de longs trajets et qui ne reste pas à la bonne température forme un terrain fertile aux bactéries. Pensez, entre autres, à la légionellose. Les réseaux longs et les zones de conservation sont plus sensibles à cela et peuvent contaminer le reste de vos tuyaux.

Vous n’utilisez pas un robinet durant une longue période ? Laissez l’eau couler un certain temps avant de la consommer à nouveau. 

2. Prévoir trop peu de débit

Tout comme la cuisine, la salle de bain est devenue un espace plus que fonctionnel. Nous exigeons plus de confort dans notre salle de bain. Raison pour laquelle nous devons accorder une attention particulière aux sanitaires, prévient Roel Van den Eynde. « Votre chauffe-eau doit fournir le débit suffisant (le nombre de litres par minute). Vous souhaitez une grande douche avec cinq sprinklers ou une grande baignoire ? Ayez les installations appropriées. Vous ne voudriez pas que votre douche de pluie ne soit qu’une légère brume…

Une bonne estimation du débit est aussi importante lorsque vous avez deux salles de bain. Si vous souhaitez fournir deux douches simultanément en eau chaude, une simple chaudière à gaz à condensation ne suffit pas. Vous devez opter pour un modèle plus conséquent. La plupart des marques disposent d’une offre à ce sujet. Elles prévoient une puissance inférieure pour le chauffage – nous isolons mieux – et augmentent celle prévue pour l’eau chaude sanitaire. »

Conseils supplémentaires

  • Vous rénovez ? La ligne d’alimentation de votre douche pourrait ne pas être assez large. « Les lignes d’alimentation standards pour les douches ont un diamètre de 16 mm. Si vous souhaitez une douche avec beaucoup d’eau, optez pour des tuyaux de 20 mm » conseille Roel Van den Eynde.
  • Pompe à chaleur ou boiler solaire ? Ne vous inquiétez pas pour l’eau chaude. Avec les bonnes dimensions, vous ne devriez avoir aucun problème. Deux facteurs importants interviennent ici : déterminez la capacité sur base du nombre de personnes habitant la maison, mais aussi sur le nombre de points d’eau. 

En règle générale, on compte deux types d’installation pour la distribution de votre eau sanitaire.

Photo Easykit

Vous souhaitez une grande douche ou une grande baignoire ?

Photo Facq

3. Conserver des anciennes tuyauteries

En cas de grosses rénovations, vous rencontrez souvent des tuyaux anciens, en cuivre ou en fer. « Avoir un nouveau chauffage et une nouvelle ligne électrique est important, mais des nouvelles tuyauteries pour les sanitaires est un must absolu. Les tuyaux existants sont pleins de tartre et de saletés. Remplacez-les par des tuyaux flexibles auxquels rien ne peut attacher. » 

Conseil supplémentaire

Vous envisagez d’installer un adoucisseur d’eau ? Avec des tuyaux anciens en cuivre, vous risquez l’apparition de fuite après que l’eau décalcarisée ne circule. Les changer est ici encore le message.

4. Laisser le champ libre au calcaire

« Beaucoup de ménages en Belgique reçoivent de l’eau contenant trop de calcaire. Lorsque vous chauffez l’eau, vous remarquez l’apparition rapide de tartre. Celui-ci se fixe à vos robinets, dans vos machines à laver, mais surtout aux éléments de chauffage comme la chaudière murale au gaz. Conséquence : la durée de vie de vos appareils se réduit considérablement et vous devez générer plus d’énergie pour obtenir la même température d’eau. Un adoucisseur est ici une solution, à condition que votre budget vous le permette. »

Conseil supplémentaire :

Vous n’avez pas le budget ? Préparez l’installation pour que vous puissiez aisément y ajouter un adoucisseur d’eau par la suite. De quoi avez-vous besoin ? Les bons connecteurs, les bons robinets, un robinet d’arrêt et une évacuation supplémentaire. « Attention » prévient Roel Van den Eynde, « les prix varient fortement. Comparez les différentes options. » 

« Beaucoup de ménages reçoivent de l’eau contenant trop de calcaire. Lorsque vous chauffez l’eau, vous remarquez l’apparition rapide de tartre. »

Photo FRANKE NV

« Nombre de personnes se limitent à connecter le récupérateur d’eau de pluie à un robinet extérieur alors que l’eau de pluie peut être utilisée dans de nombreuses circonstances. »

Photo Easykit

5. Ne pas faire un usage optimal de l’eau de pluie 

Vous êtes obligé d’installer un récupérateur d’eau de pluie ? Sachez que vous pouvez alors faire d’énormes économies sur l’eau potable. « Mais nous remarquons que nombre de personnes se limitent à connecter celui-ci à un robinet extérieur alors que l’eau de pluie peut être utilisée dans de nombreuses circonstances. »

Conseils supplémentaires:

Toutefois, vous devez installer de nombreuses stations intermédiaires pour amener votre eau de pluie au bon endroit. Roel Van den Eynde nous donne les conseils suivants : 

  • La pompe ? Sur sol ou enterrée ? « Si votre pompe est correctement installée, vous ne devez pas craindre la pollution sonore. Voter pompe ne fonctionnera que si vous demandez de l’eau. L’alternative est une pompe immergée dans la citerne d’eau de pluie. Mais attention : c’est plus cher et ce qui se trouve dans l’eau a une durée de vie moins importante que les appareils conservés au sec. »
  • Les filtres ? Il est important d’avoir un filtre à sable, un filtre à poussière et un filtre à charbon actif. Ce dernier permet d’expurger l’eau de toute odeur et de toute couleur.
  • La commutation automatique vers l’eau potable lorsque la citerne est vide. Si votre citerne est sous-dimensionnée, vous devez faire attention à la qualité de ce commutateur automatique ; Il existe des alternatives manuelles. Vous pouvez aussi utiliser un système de recharge ou simplement un tuyau d’arrosage. 

 

Vous avez encore quelques bons conseils que tout bricoleur devrait connaître ? Faites-le-nous savoir via redaction@livios.be ! 


https://www.livios.be/fr/info-construction/techniques/sanitaire/systemes/installation-sanitaire-les-5-principales-erreurs/