Les 10 commandements ultimes de la ventilation

La ventilation est un must pour une atmosphère intérieure saine, en rénovation comme pour une maison neuve. Mais par où commencer ? Quels sont les points d’attention les plus importants ? Et que ne devez-vous pas faire ? Nous avons posé ces questions à huit spécialistes durant notre grande table ronde sur la ventilation. Résultat : les dix commandements de la ventilation.

  • Livios Débat Ventilation
    Photo Livios

1. Ventilez pour votre santé

  • ventilation Duco tronic
    Photo Duco Ventilation & Sun Control
  • ventilation de maintenance
    Photo Zehnder Group Belgium
  • Regelklep_leefruimte_LowRes
    Photo Duco Ventilation & Sun Control
  • entretien de ventilation
  • Duco insonorisation vent
    Photo Duco Ventilation & Sun Control
  • app ventilation renson
    Photo Renson
  • airminder ventilation
    Photo Easykit
  • conduits
    Photo Ventilair Group
  • Vasco D500 système de ventilation Selfmatic Tips&Tricks
    Photo Easykit
  • ventilation dans le chantier naval
    Photo Ventilair Group
  • Renson Healthbox
    Photo Renson
  • renson Batibouw 2015
    Photo Renson
  • quai de ventilation
    Photo Ventilair Group
  • Sonair
    Photo Thermad Climate Systems

« Vous devez ventiler pour votre santé, pas pour améliorer votre niveau E » explique Luc Dedeyne, architecte et consultant en énergie pour Bouwunie. Yves Lambert de Renson est d’accord : « Les constructeurs ne savent pas toujours pourquoi ils ventilent alors que des études récentes en démontrent clairement l’importance. »

“Pendant l’enquête Renovair, effectuée en 2014 dans des logements non ventilés, le VITO (institut flamand pour la recherche technologique) a mesuré des valeurs maximales de formaldéhyde (un cancérigène qui s’échappe de certains cols, de plaques et de matériaux de construction, ndlr.). Ces valeurs ont été constatées six mois après les travaux de rénovation. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, l’homme ne peut être exposé à de telles valeurs que pendant une demi-heure!”

Les infections bactériennes

Toutefois, les gens pensent parfois le contraire : ventiler serait néfaste à la qualité de l’air. Rappelez-vous des histoires d’infections bactériennes en cas de mauvais équilibre de la ventilation. « Nous ne devons pas craindre d’en parler » explique Hendrik Daem, porte-parole de l’organisation Ventibel. “Toutefois, les enquêtes démontrent que dans la pratique, la ventilation ne provoque jamais de la pollution. Même s’il existe un certain risque au niveau scientifique. En plus, l’air à l’intérieur de la maison est toujours plus sain avec que sans un système de ventilation. Une bonne ventilation crée de l’air pur. Inversement, un manque de ventilation se traduit par la misère.”

Il existe encore des architectes qui font peur à leurs clients en ce qui concerne la ventilation, en partie en évoquant le risque de pollution. « Dans toutes les professions, vous avez 20% de personnes qui n’y connaissent rien » s’amuse Luc Dedeyne. « La plupart des architectes et des entrepreneurs en connaissent les avantages. »

Des histoires de cow-boy

« On est confronté à de histoires de cow-boy quand on parle de ventilation » s’insurge Roel Van den Eynde, marketing manager chez Easykit. « On vous dira que le mistral soufflera dans votre salon aec un système de ventilation D. OU que vous ne devrez plus jamais ouvrir portes et fenêtres. Il n’en est rien. Mais les gens sont attachés à ces rumeurs. Il faut insister sur l’importance de raison garder. »

2. Assurez-vous un bon concept

Votre satisfaction par rapport à votre système de ventilation dépend, selon Yves Lambert, de trois facteurs : « Le concept, le placement et un entretien correct ».

Un cadre de qualité pour la ventilation

En Flandre, depuis le 1er janvier 2016, en cas de nouveau bâtiment ou de rénovation énergétique majeure, vous devez prévoir un concept de ventilation pour la déclaration PEB de départ et une déclaration de performance en ventilation à intégrer à la déclaration PEB. Le projet préliminaire contient tous les paramètres de la ventilation.

« Il y en a de très bons et de très mauvais » s’indigne Luc Dedeyne. « Les meilleurs viennent des architectes. Les mauvais certificateurs PEB tentent de les concurrencer avec des prix extrêmement bas. Résultat : des projets sans valeur dans lesquels les grilles de ventilation, les orifices et les diamètres des tuyaux ne sont pas évoqués. Je souhaite que les projets soient normalisés et fassent partie de la demande de permis de bâtir. Les architectes sont habitués à dessiner les tuyauteries d’évacuation des eaux usées. Ils pourront bientôt dessiner un plan de ventilation. »

En tant que candidat à la construction, votre architecte ou votre certificateur PEB vous transmet toutes les spécifications de votre projet de ventilation. Cette déclaration reprend toutes les exigences en termes de performance de votre installation de ventilation, sur base des spécifications techniques STS-P73-1 ‘Systèmes pour la ventilation de base dans les applications résidentielles’’. L’installateur de votre installation fera son offre de pris sur base de ces spécifications.

Le contrôle est crucial

Avec ce cadre qualitatif pour la ventilation, la Flandre joue, selon Yves Lambert, un rôle de pionnier en Europe. « Toutefois, les exigences sont assez simples » explique Marc Achten, presales manager chez Vasco. « Il s’agit de vérifier où un système de ventilation est placé et si les choses ont été faites correctement. En outre, on contrôle si le système est performant. »
Ce dernier contrôle est, selon Dedeyne, crucial. « Ce n’est pas parce qu’un projet existe que son installation sera bonne. L’agence flamande de l’énergie (VEA) possède une liste pour effectuer ces contrôles. En première instance, les résultats sont communiqués à l’architecte ou au certificateur PEB. Mais, avec la Bouwunie, nous plaidons que pour le client soit informé. C’est lui qui paie au final. »

Un outil de communication
Steven Braekeveldt, spécialiste de la ventilation chez Ventilair, voit la réglementation comme un outil de communication. « Grâce au projet de ventilation, le client obtient un aperçu sur le système de ventilation ; ce qu’il peut en attendre en termes d’acoustique, de performance. Il peut ainsi discuter avec son architecte ou son entrepreneur. L’installation finale s’en verra améliorée aussi que la communication existera entre eux. »

3. Établissez l’étanchéité à l’air

Une ventilation contrôlée

« Ventilation et étanchéité vont de pair », souligne Bert Vanderwegen, architecte/ingénieur et conseiller technique chez Pixii, la plateforme de connaissances pour les constructions à énergie neutre. « Quel que soit le système choisi, assurez-vous toujours d’une bonne étanchéité à l’air. Dans une maison pleine de fuites d’air ne peut voir sa ventilation contrôlée. »

Une norme de ventilation

« La norme de ventilation belge offre comme étalon une valeur n50 de 1 si vous choisissez un système de ventilation D avec apport de chaleur (alimentation et évacuation mécanique). Cela signifie que l’air dans la maison sous une pression de 50 pascals entre l’intérieur et l’extérieur est renouvelé une fois par heure. »

« Si vous travaillez un système de ventilation C (alimentation naturelle via des grilles de fenêtre et évacuation mécanique), la norme décrit une valeur n50 de 3, donc de trois changements d’air par heure. Des études, par example à l’université de Gand, ont démontré que l’étanchéité à l’air est encore plus importante pour l’écoulement de l’air chez les systèmes C que chez les D. Pour le système D, l’étanchéité à l’air est surtout crucial pour le rendement de la récupération de chaleur.»

Yves Lambert : « L’étanchéité à l’air des maisons évolue de manière significative. Les gens savent seulement qu’avec un test d’étanchéité, ils peuvent faire baisser leur niveau E. Dans le calcul du PEB, vous gagnez toujours une valeur par défaut de 12 m³/heure.m². »

« Obtenir une bonne étanchéité n’est pas seulement important pour la ventilation » poursuit Steven Braekeveldt. « Une mauvaise étanchéité entraînera une hausse de vos coûts de chauffage. »

4. Rénovation rime toujours avec ventilation

Même si vous ne changez que les fenêtres

Yves Lambert estime que « la ventilation n’est nécessaire que dans les rénovations énergétiques majeures. Leur nombre est très limité et les gens ne le font que pour obtenir un meilleur niveau PEB. Le bon réflexe serait que mieux vous isolez, mieux vous ventilez ».

Luc Dedeyne met les gens en garde : « Même si vous ne changez que vos fenêtres… Si vous ne pensez pas à la ventilation, vous courrez un risque énorme. » Les principaux problèmes qui se posent, selon Bert Vanderwegen, apparaissent dans les petites rénovations. « Si vous rénovez en profondeur, vous savez que vous devez ventiler. Il n’en va pas de même pour les gens qui isolent leurs murs creux ou changent leurs fenêtres. Pourtant, ils transforment leur maison en boîte étanche à l’air, avec les conséquences que l’on connaît : une humidité relative élevée, une accumulation des polluants, la formation de moisissures… »

La formation de moisissure ?
Bert Vanderwegen explique : « A l’intérieur, l’air est chaud et humide, froid et sec à l’extérieur. Si l’air humide s’échappe, il se refroidit et se condense. Résultat : cela donne de l’humidité dans les mur et permet la formation de moisissure. »

Ventilation décentralisée

Jurgen Van Hasselt, certificateur en ventilation et installateur, voit un changement : « De plus en plus d’entreprises d’isolation informent leurs clients de la nécessité croissante d’une ventilation. En outre, il existe entretemps des systèmes de ventilation décentralisés, reconnus par le gouvernement, afin de travailler sur des espaces donnés sans travaux majeurs. »

Steven Braekeveldt acquiesce : « la ventilation décentralisée est intéressante dans les maisons existantes. La communication sera importante si vous installez plus unités. Les fabricants résolvent le problème à l’aide d’apps et de connexions wifi. »

Un besoin de cadre légal…

« L’importance croissante des rénovations est le défi le plus important du secteur » explique Hendrik Daem. « Les changements sont nombreux au niveau du produit. Le cadre législatif doit désormais suivre. Le marché est en avance sur la loi : il existe par exemple des spécifications techniques pour la post-isolation, mais l’on parle rarement de ventilation. »

Le phénomène est moins innocent qu’il n’y paraît. « Durant Batibouw, les stands concernant la ventilation sont visités par les personnes souffrant de moisissure dans leurs murs après une post-isolation du mur creux. Il est grand temps de prendre des mesures » poursuit Hendrik Daem.

… et d’un changement des mentalités

« Chez le client aussi, un changement de mentalité est nécessaire’ estime Marc Achten. « si les gens achètent une maison, le plus souvent, ils commencent par placer une nouvelle cuisine, des nouveaux sols, des portes intérieures, une salle de bain… après quelques années, toute la maison est rénovée, mais sans la moindre plus-value. Parce qu’ils n’ont pas investi dans l’enveloppe du bâtiment, dans une maison saine et efficace énergétiquement. »

5. Evitez le bruit

Crucial pour votre confort

« L’acoustique est pour le client une des plus grandes préoccupations » assure Jurgen Van Hasselt. Bert Vanderwegen y voit même de nouveaux défis : « J’y vois un problème tant en cas de système C que pour un système D. Avec un système C, le bruit vient essentiellement de l’extérieur. Vous pouvez l’éviter avec une ventilation insonorisée, mais beaucoup de gens ne savent pas que cela existe. »

« Avec les systèmes D, réduire les bruits de l’unité est un must. En outre, il est préférable de limiter au maximum les virages dans le circuit de ventilation. Cela évitera à l’unité de fonctionner trop dur pour atteindre le débit souhaité et donc produire plus de bruit. »

Quatre recommandations

Luc Dedeyne réaffirme l’importance des spécifications techniques uniques pour la ventilation. Il y souligne quatre recommandations pour éviter le bruit. Premièrement, l’emplacement de l’unité : elle doit idéalement se trouver dans un local technique indépendant. Mais il y a aussi des alternatives comme le garage, la buanderie ou un espace près des toilettes.

En deuxième, le débit de la ventilation dans les ventilateurs externes du système ne doit pas dépasser 3,5 m/s. En troisième, vous ferez attention à l’insonorisation.

La quatrième et dernière recommandation s’intéresse au specific fan power soit l’efficacité énergétique de l’unité. Celle-ci doit être de classe 1, 2 ou 3. L’essentiel est que l’unité ne doit pas consommer trop d’énergie par rapport au flux produit. En bref, le système ne doit pas présenter trop de pertes de pression.

Yves Lambert donne encore un conseil important : « ne placez jamais l’unité de ventilation contre un mur creux, mais toujours contre un mur massif ».

Des comparaisons transparentes

« La législation est limitée en termes d’acoustique » explique Hendrik Daem. « Raison pour laquelle nous avons mis en place un groupe de travail chez Ventibel. L’objectif est que tous les fabricants mesurent et communiquent les performances acoustiques, et ce, sans ambiguïté. Le client pourra ainsi effectuer de meilleures comparaisons. »

« Un système de ventilation est plus important que sa simple unité centrale » insiste Marc Achten. « Les tuyaux et autres vannes ont un impact. Les fabricants responsables ont résolu le problème en proposant aux installateurs un plan d’installation global, en ce compris les paramètres exacts pour différents types de ventilation. »

6. Vérifiez la qualité du placement

De bonnes références

La qualité de votre système de ventilation dépend d’un placement correct. Mais comment savoir si votre installateur fera les choses dans les règles de l’art ? « Les fabricants vérifient régulièrement si les installateurs montent correctement leurs systèmes. Ils n’hésitent pas à partager les noms des entreprises compétentes à leurs clients » explique Jurgen Van Hasselt.

« Vous pouvez aussi vous référer à votre architecte. Si celui-ci a eu trois ou quatre mauvaises expériences avec un installateur, il est certain qu’il ne le recommandera pas à ses clients. »

Astuce contrôle
Si vous construisez ou rénovez en Flandre, vous recevrez, à la réception de votre installation de ventilation, un rapport de performance concernant celle-ci. Ce rapport est émis par un certificateur agréé. Comparez celui-ci avec les spécifications de la ventilation afin de vérifier si votre installation répond à toutes les exigences. Votre certificateur PEB a besoin de ce rapport pour établir son rapport PEB.

7. Ne restez pas bloquer sur le niveau E

La ventilation a un impact majeur sur les performances énergétiques. « Les promoteurs visent à avoir un niveau E le plus bas possible, et ce, au plus bas coût » explique Marc Achten. Jurgen Van Hasselt confirme : « Pour un projet de 67 appartements, nous avons combiné quatre solutions différentes de ventilation. Certains appartements étaient insérés parmi les autres, nous avons moins dî nous inquiéter du niveau E. »

C et D ? Pas de différence significative

Yves Lambert de Renson nuance la différence énergétique entre un système de ventilation c et un D. « Nos calculs montres que les deux délivrent un niveau E de 30. Notre ventilation C+ (avec gestion de la demande) offre 28 points de niveau E contre 30 points pour un système D sans gestion de la demande.

Lus Dedeyne, expert en ventilation, est d’accord. « Soit vous optez pour un système C avec gestion des commandes soit pour un système D avec une demande réaliste, mais cela n’a pas beaucoup d’impact sur le résultat final. »

Steven Braekeveldt partage ce sentiment. « Auparavant, les différences énergétiques étaient importantes. Mais un système C est devenu plus efficace, notamment avec l’ajout de vannes et de capteurs. Désormais, les deux solutions sont budgétairement et énergétiquement semblables. » Jurgen Van Hasselt a fait les comptes. « Ils sont similaires en termes de prix. Pour une maison moyenne, la facture finale sera de 5.000 à 6.000 euros, hors TVA. (respectivement pour un système C+ ou D, ndlr.)

Braekeveldt nous met en garde. « Chez Ventilair, nous ne communiquons jamais de chiffres absolus en termes de niveau E. L’impact d’un système de ventilation est très dépendant du bâtiment. En outre, je considère que vous ne devez pas vous braquer sur le niveau E. D’autres facteurs sont tout aussi importants : souhaitez-vous, par exemple, préchauffer l’air ou le filtrer avant qu’il n’entre dans la pièce ? Attachez-vous de l’importance à la connectivité ? »

8. Pensez à temps à l’entretien

« Vérifiez les conditions d’entretien lors du choix d’un système de ventilation » conseille Luc Dedeyne. « Allez-vous habiter la maison ou la louer ? Vous avez, dans ce dernier cas, moins de temps. Cela facilite le choix entre C ou D. » Marc Achten abonde. « Chaque système nécessite un entretien. Par conséquent, il est bon que les spécifications techniques indiquent quels niveaux d’entretien sont prévus et quelle en est la fréquence. »

Système D : laver/remplacer les filtres

A quoi faut-il penser dans l’entretien d’un système D ? « Tous les trois à quatre mois, il faut nettoyer le filtre et, après un an et demi, vous devez les changer. Il n’est parfois pas possible de les nettoyer et vous devez changer les filtres tous les trois ou quatre mois » estime Marc Achten.

Système C : nettoyer les grilles de ventilation

Dans le cadre d’un système C, avec un apport d’air naturel via les grilles de ventilation, l’entretien se limite principalement aux grilles. « Celles-ci doivent être nettoyées tous les six mois ou tous les ans » explique Yves Lambert. « Cela signifie retirer la grille, l’aspirer et la frotter soi-même avec un linge légèrement humide. Vous feriez mieux d’appeler un installateur après un ou deux ans afin de contrôler le système d’extraction. »

9. Effectuez des choix à long terme

Et parce que l’entretien est important, il est aussi important de placer, selon l’expert en ventilation Luc Dedeyne, toutes les offres les unes à côté des autres. « Je conseille toujours aux architectes et aux entrepreneurs de tenir compte dans leur cahier des charges du coût de dix ans d’entretien. C’est non seulement plus transparent pour le client final, mais vous soutenez aussi l’artisanat local. Parce que je ne peux pas imaginer que des entreprises ukrainiennes ou polonaises fassent le déplacement pour un entretien. »

Un dernier conseil de Lux Dedeyne : « Souscrivez un contrat d’entretien avec l’installateur de la ventilation. »

10. N’éteignez jamais votre système de ventilation

« Il est étonnant de voir le nombre de personnes qui éteignent leur système de ventilation » semble savoir Roel Van den Eynde. « C’est ce que remarquent nos techniciens lorsqu’ils effectuent des entretiens ; ce qui prouve que trop de personnes ne comprennent pas pourquoi et comment bien ventiler. »

« C’est une double peine. D’une part, par ce que votre investissement de plusieurs milliers d’euros dans un système de ventilation ne sert à rien et, d’autre part, parce que vous ne profitez pas des avantages pour la santé de la ventilation. »

En savoir plus? Lisez plus dans notre rubrique ventilation.

Le meilleur de Livios dans votre boîte aux lettres ?

Inscrivez-vous à la newsletter de Livios et recevez deux fois par semaine les dernières nouvelles dans le domaine de la construction et de la rénovation, des conseils utiles et des tonnes d'inspiration.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux