L'installation électrique : par où commencer ?

Que vous construisiez ou rénoviez, vous ne pouvez pas faire l'économie d'une installation électrique sûre et en ordre de fonctionnement. Mais comment s'y prendre ? A quoi faut-il penser ? Vous vous en chargez vous-même ou faites appel à un professionnel ?

Construction ou rénovation ?

Dans une nouvelle construction, on part de zéro. Dans une rénovation, tout dépend de l'état de l'installation électrique. Si elle date d'avant le 1er octobre 1981, le vendeur doit vous présenter un rapport de contrôle.

Et si l'installation n'a pas été déclarée conforme ? Pas souci. Il s'agit le plus souvent de problèmes que vous pouvez résoudre simplement, comme l'absence de mise à la terre. Dans ce cas, vous pouvez placer une boche de terre dans le sol (éventuellement dans le jardin) et un différentiel au départ de l'installation. Cela n'implique pas de trop gros travaux. Lisez également : Installation électrique non conforme : les 5 erreurs classiques.

Si les travaux sont plus conséquents, vous n'éviterez pas le marteau et le burin. Dans ce cas, il est recommandé de réaliser ces travaux d'électricité en même temps qu'une rénovation complète qui consiste à dénuder complètement la maison pour ne conserver que le gros oeuvre.

Conseil : bien souvent, il vous reviendra moins cher de partir de zéro, comme dans une nouvelle construction. Vous pouvez procéder par étapes et continuer à utiliser l'ancienne installation jusqu'à ce que la nouvelle soit mise en service. Vous ne serez donc jamais sans électricité.

Faites un plan

Prises de contact et points lumineux

Tout va de pair avec un bon plan. Combien de prises, d'interrupteurs et de points lumineux souhaitez-vous ? Vous rêvez peut-être de volets à enroulement ? Tenez-en compte dès le commencement.

Mono- ou triphasé

Songez aux appareils que vous allez installer. Un raccordement standard monophasé (230 V) suffit dans la plupart des cas. Mais pour les gros consommateurs d'énergie à partir de 7.300 W, comme un four à induction ou un sauna électrique, vous avez besoin de triphasé (380 V).

Si vous installez des panneaux photovoltaïques aussi sur votre toit, il est recommandé d'avoir un raccordement triphasé.

Quel niveau de confort ?

Songez aussi au niveau de confort que vous souhaitez, car différentes options s'offrent à vous :

  1. Installation standard : avec des interrupteurs, prises, variateurs d'intensité, ... traditionnels.  C'est l'installation la moins chère qui n'évolue pas avec le temps.

  2. Domotique : tous les composants (éclairage, interrupteurs, capteurs, …) sont interconnectés au moyen d'un câble bus et peuvent être programmés à l'aide d'un PC, d'une tablette, d'un smartphone ou d'un écran tactile. C'est la solution la plus chère, mais idéale pour celui qui veut la flexibilité nécessaire pour pouvoir programmer et étendre son installation. Allumer la lumière avec votre smartphone, commander les volets à partir d'un écran tactile ou lancer le chauffage depuis votre bureau avant de rentrer chez vous… tout est possible.

  3. Commande centrale : Cette solution est à mi-chemin entre la domotique et l'installation standard. Tous les composants sont interconnectés au moyen d'un câble de commande. Mais au lieu de modules domotiques, ce sont des relais simples qui sont installés dans l'armoire électrique. Vous utilisez donc des connexions physiques. Ainsi, la commande centrale est nettement moins coûteuse, alors que vous utilisez la basse tension pour la commande (et vous pouvez utiliser des interrupteurs plus raffinés). Si vous souhaitez plus tard passer à la vraie domotique, il vous suffit de remplacer le relais par des modules domotiques.

Auto ou pro ?

Vous avez peu de temps et/ou vous n'êtes pas des plus habiles de vos mains, faites appel à un pro. Mais si vous aimez les défis, vous pourrez réaliser de belles économies en vous chargeant des travaux, en utilisant par exemple un kit pour auto-bâtisseurs d'une entreprise spécialisée.

Vous exprimez alors vos souhaits et tout est conçu sur mesure pour vous : matériel nécessaire, quantité de câbles, types de prises de contact, … Avant de vous lancer, vous pouvez suivre une soirée de formation où tout vous sera expliqué. De plus, vous ne devez pas faire tout vous-même. Vous pouvez par exemple faire le câblage vous-même mais confier l'installation de l'armoire électrique à un spécialiste.

Ordre et durée des travaux

Les travaux d'électricité ne sont pas réalisés d'un seul coup, mais étape par étape au fur et à mesure que la construction progresse. Souvent, les travaux suivent deux à trois étapes :

1. Réalisation des saignées et tirage des câbles

Cette étape intervient peu après le gros oeuvre, avant même que soient placées les fenêtres. Les câbles électriques sont placés en même temps que les conduites sanitaires et de gaz sur le sol. Viennent ensuite les travaux d'isolation et de chape.

2. Installation des prises de contact et interrupteurs

Après les travaux de chape et plafonnage le moment est venu d'encastrer les prises et interrupteurs dans les murs.

3. Raccordement de l'armoire à fusibles

L'armoire est placée à la fin. Ainsi l'installation peut être testée circuit par circuit. C'est l'élément le plus cher de l'installation.  Il est donc recommandé d'attendre que toutes les portes et fenêtres soient placées et que vous puissiez verrouiller correctement la maison.

Huit jours ouvrables

Pour une installation électrique moyenne, un électricien a besoin d'environ huit jours ouvrables.

Attention quand vous demandez des prix : l'électricien ne facture pas par heure, mais par point de raccordement (nombre de prises, interrupteurs, points lumineux, …). Si vous optez pour une habitation clé sur porte, vous aurez certainement des frais supplémentaires si vous souhaitez plus de raccordements que ceux prévus au cahier des charges.

Contrôle obligatoire de l'installation électrique

Après le raccordement de l'armoire électrique, il reste une seule étape cruciale : le contrôle obligatoire de l'installation électrique. Pour ce faire, vous devez contacter un organisme de contrôle agréé indépendant (OCB, BTV, Vinçotte, ATK, …).

Vous devez présenter le schéma unifilaire et le schéma de situation à l'expert chargé du contrôle. De cette manière, il a une vue d'ensemble des points de lumière, prises et emplacements des tableaux et coffrets de raccordement et dérivation et des prises murales.

L'installation ne doit pas encore fonctionner. Et donc si tous vos éclairages et appareils ne sont pas raccordés, cela ne posera pas de problème. L'expert ne contrôle pas le fonctionnement de l'installation mais bien si tous les éléments de sécurité indispensables sont présents.

Une fois que votre installation est agréée, vous devez remettre le rapport de contrôle RGIE à votre gestionnaire de réseau pour obtenir le raccordement définitif au réseau de distribution.

Produits

L'électricité/domotique Brainbox : simple à comprendre, simple à installer !

Brainbox®

L'électricité/domotique Brainbox : simple à comprendre, simple à installer !

Zennio Z41, écran tactile pour la gestion domestique. Aussi avec iPhone et iPad

Vecolux bvba

Zennio Z41, écran tactile pour la gestion domestique. Aussi avec iPhone et iPad

Vous voulez installer vous-même votre électricité?

Easykit

Vous voulez installer vous-même votre électricité?