Quel avenir pour la chaudière à condensation ?

Nous sommes encore très nombreux à posséder des chaudières à condensation, mais le succès de cette technologie semble progressivement s’éroder. Les réglementations sont de plus en plus contraignantes et, crise énergétique oblige, on cherche également des alternatives pour les bâtiments existants. Nous dressons la liste des solutions alternatives.

Réglementation

Dès 2035, les chaudières au mazout seront interdites de vente en Belgique. La mesure est déjà d’application en Flandre depuis cette année pour une nouvelle construction ou dans le cadre d’une rénovation énergétique importante. S’il s’agit de rénovations plus limitées, elle n’est autorisée que si le raccordement au réseau de gaz est impossible. Bruxelles suivra en 2025.

La Flandre a également décidé d’un plan d’interdiction progressive du gaz en construction. L’installation de chaudières à condensation à gaz reste autorisée dans le cadre d’une rénovation. Alors, quelles sont vos alternatives quand vous souhaitez passer à une source d’énergie plus durable ou quand votre chaudière tombe soudainement en panne ?

Rendre durable à long terme

Dans la plupart des cas, rendre un système de chauffage existant plus durable est un processus qui touche à plusieurs aspects et qui, idéalement, se déroule en trois étapes : il faut d’abord réduire la demande de chaleur en isolant l’enveloppe du bâtiment, puis installer un chauffage à basse température – un chauffage par le sol ou des convecteurs – et enfin seulement passer à une autre source de chaleur.

Si vous disposez du budget pour réaliser l’ensemble des travaux en une fois, vous pouvez, dès aujourd’hui, dire adieu à votre chaudière à gaz ou à mazout et passer à une alternative durable.

En revanche, si vous n’avez pas le budget nécessaire, établissez un plan à long terme. Conservez la chaudière encore quelques années et, entre-temps, investissez d’abord dans l’isolation et, dans un deuxième temps, dans le système de distribution. N’attendez pas le dernier moment pour y penser ! Préparez-vous dès maintenant à de futurs problèmes ou interdictions.

Mesures à court terme

Que faire dans l’hypothèse où un appareil de chauffage tombe en panne, le prix de l’énergie explose ou d’autres projets de rénovation réclament la priorité ? Il faudra trouver des solutions transitoires qui n’entravent ni techniquement ni financièrement la durabilité future.

1. Nouvelle chaudière à condensation

Aujourd’hui, il est encore parfaitement possible de remplacer une chaudière à gaz défectueuse par une nouvelle. Même ceux qui souhaiteraient réaliser rapidement des économies en remplaçant une vieille chaudière à gaz atmosphérique par une chaudière à condensation peuvent le faire. L’investissement est limité et rapidement rentabilisé, surtout avec les prix élevés du gaz. Avec un dimensionnement adéquat, une régulation en fonction des conditions météorologiques et un contrôle optimal, vous pouvez encore maximiser votre bénéfice.

Si vous installez aujourd’hui une nouvelle chaudière à gaz à condensation, vous pourrez en principe l’utiliser jusqu’à sa fin de vie. Toutefois, ne perdez pas de vue que, selon toute probabilité, vous devrez, lors de son remplacement, passer à une autre source de chaleur.

Dans certains cas, il n’est déjà plus possible de remplacer une chaudière au mazout par une autre du même type. Si vous en possédez une, investissez dès maintenant et le plus possible dans l’isolation de l’enveloppe du bâtiment afin de pouvoir passer facilement à un système à basse température le jour où elle rendra l’âme

2. Les systèmes hybrides

Les systèmes hybrides, composés d’une pompe à chaleur et d’une chaudière à condensation, constituent un moyen relativement bon marché de réduire la consommation de gaz ou de mazout d’une habitation existante. En effet, la chaudière ne s’allume que lorsque la pompe à chaleur ne fournit pas suffisamment d’énergie.

Le recours à un système hybride a du sens dans le cadre d’une rénovation par étapes ou lorsque l’isolation de l’enveloppe du bâtiment n’est pas prévue dans l’immédiat. L’idée est évidemment de pouvoir, à terme, déconnecter la chaudière.

3. Eau chaude sanitaire

La production d’eau chaude sanitaire représente également une importante consommation d’énergie pour la plupart des ménages, jusqu’à un tiers de la facture de gaz ! Un boiler solaire ou un chauffe-eau thermodynamique permettent de ‘verduriser’ cette production d’une manière relativement simple et abordable. Un boiler de pompe à chaleur est particulièrement intéressant si vous avez déjà des panneaux solaires. Remarque : dans certains cas, une source de chaleur supplémentaire, comme une chaudière, est nécessaire pour gérer les moments de pointe.

Articles partenaires

Voir tous les partenaires
  • Chauffage hybride : du bien à l’environnement tout autant qu’à votre portefeuille

    Vous disposez encore d'une ancienne chaudière de chauffage central qui, si elle fonctionne encore très bien, commence à accuser son âge ? L’envolée des...

    L'article en entier
  • Où puis-je trouver les outils pour calculer les déperditions, délais d’amortissement et subventions?

    Desco lance des outils de calcul en ligne Des outils pratiques pour calculer les pertes de chaleur, le délai d’amortissement et les subventions Des...

    L'article en entier
  • Pas de raccordement au gaz dans votre rue ? Voici comment se chauffer au gaz naturel malgré tout

    Depuis le 1er janvier 2022, vous n’êtes plus autorisé à remplacer votre ancienne chaudière au fioul si votre rue est raccordée au gaz. Et si votre...

    L'article en entier
  • Rendre intelligemment votre maison durable (et économiser de l’argent par la même occasion)

    Vous aimeriez remplacer votre chaudière par une pompe à chaleur, mais votre maison n’est pas encore suffisamment isolée et vos radiateurs ne sont pas...

    L'article en entier